Vaccination contre la poliomyélite : les journalistes s’imprègnent

0
Ils étaient une trentaine d’Hommes de média à s’armer mardi 16 mars à Douala auprès des spécialistes de la santé, sur les informations relatives à la nouvelle campagne nationale de vaccination contre la poliomyélite qui sera lancée demain sur toute l’étendue du territoire.

Du 20 au 22 mars, le Cameroun lance sa énième campagne nationale de vaccination contre la poliomyélite. Comme il est de coutume à la délégation de la Santé publique du Littoral, les journalistes, ont été invités pour un briefing sur les messages à véhiculer dans le cadre de cette campagne pour une adhésion massive des populations.

Plusieurs rechignent de plus en plus à faire vacciner leurs enfants. Pour les autorités de la santé, la faute revient aux fake news. Le Cameroun reste parmi les quatre pays en Afrique à risque à la recherche de la certification d’éradication de la polio.

Lire aussi :Lutte contre la rougeole et la rubéole : bientôt une nouvelle campagne de vaccination

Selon Dr Jacques Georges Otti, coordonnateur régional du Programme Élargi de Vaccination PEL Littoral, pour atteindre cet objectif, la mobilisation doit être générale. «Le succès des campagnes est lié à la bonne information», indique le spécialiste de la santé. «Plus l’enfant est vacciné, mieux il est protégé. Et l’enfant qui n’est pas vacciné expose les autres à la  maladie», renchérit-il. Les journalistes sont sollicités par les responsables de la santé pour accompagner l’opération dans la durée. Ils invitent la presse à se transformer en mobilisateurs sociaux.

Réservée pour les enfants âgés de 0 à 5 ans cette nouvelle campagne contre la polio qui débutera ce weekend, a pour objectif de renforcer l’immunité collective chez les enfants sur l’ensemble du territoire national ; rattraper les enfants qui n’ont pas reçu leurs vaccins pour une raison ou une autre ; et la prise de la vitamine A aux enfants de 6 à 59 mois. Du fait du Coronavirus qui a poussé le gouvernement à notamment ordonner la fermeture des établissements scolaires, les agents passeront plutôt dans les maisons et les centres de santé administrer les vaccins.

L’autre plus grand enjeu serait l’obtention de la  documentation complète validée par la Commission Régionale de Certification pour l’éradication de la poliomyélite en Afrique (CRCA) qui pourrait déclarer le Cameroun libre de polio.

Félix Épée

Share.

About Author

Laisser un commentaire