Système éducatif/Uniforme scolaire : Quelle utilité ?

0

L’école qui reprend le 4 septembre prochain, est devenue depuis longtemps un cauchemar pour les parents, au vu des dépenses qu’elle engendre, même celles qui pouvaient être évitées. C’est le cas des dépenses liées à l’acquisition de l’ uniforme scolaire, devenue obligatoire de la maternelle au primaire dans toutes les écoles en zones urbaines. Paradoxalement les écoles de même niveau dans les zones rurales ne s’encombrent pas des uniformes, sans que cela ne modifient le programme scolaire ni la qualité. Sur le plan légal, aucun texte n’autorise le port des tenues dans les écoles primaires, aucun ne l’interdit non plus. Donc, comme on dit en droit, ce qui n’est pas interdit est autorisé…

Sur le plan légal, aucun texte n’autorise le port d'un uniforme dans les écoles primaires, aucun ne l’interdit non plus. Ce qui n’est pas interdit est

Roland Tsapi.

Historiquement, la tenue scolaire ne trouve ses origines dans aucune coutume camerounaise. On ne parlait alors à l’école que de la tenue du défilé pour le 20 mai et le 11 février, qui se résumait à l’époque au boubou cousu avec un pagne aux effigies du feu président Ahidjo. La pratique s’arrêta d’ailleurs dès 1982, quand il démissionna de la magistrature suprême.  La tenue scolaire est dès lors peu à peu entrée dans les habitudes avec l’influence des cultures extérieures, notamment occidentales et religieuses. Aujourd’hui le phénomène a pris de l’ampleur surtout avec le business qui s’est développé tout autour.

Dans le monde en général,  l’uniforme scolaire n’a pas réellement laissé de traces de son apparition, néanmoins on le retrouve dans différentes ethnies partout à travers le monde. Les plus anciennes traces dataient du Moyen-Age, mais l’uniforme que nous connaissons débute en Angleterre au 16e siècle, dans les écoles les plus démunies. Plus tard, Aux USA, on avait tendance à associer l’uniforme scolaire aux plus nantis. Dans ce pays, Au 18 e et 19 e siècle les écoles deviennent dangereuses et anarchiques, les familles les plus aisées prennent alors la voie des cours particuliers pour leurs enfants, qui portent des uniformes pour se distinguer.  Rapidement, l’uniforme devient une obsession, un signe de prestige et de haut statut social (par exemple, selon le nombre de boutons d’un blazer, on connait le rang de l’élève et ses privilèges). La discipline va peu à peu passer par les vêtements, l’uniforme scolaire va imiter l’uniforme militaire, c’est à dire qu’elle est maintenue par une hiérarchie autoritaire : les enfants portaient sur eux un signe constant de soumission.

Exhiber la fortune de ses parents

Mais dans notre société, ceux qui militent pour l’uniforme en milieu scolaire pensent plutôt que sans  ses ornements et des signes distinctifs, il permet de niveler la société. Tous les élèves sont à égalité, aucune possibilité pour un enfant d’exhiber la fortune de ses parents à travers ses vêtements et frustrer ainsi ses camarades. Le port de l’uniforme à l’école impliquerait alors une meilleure intégration des élèves, ceux-ci ne pouvant plus se définir en fonction des vêtements qu’ils portent, à partir des marques vestimentaires. D’autres arguments avancés en faveur de la tenue scolaire s’appuient sur  la laïcité, mettant en avant le fait que le port d’un uniforme permet de masquer les signes vestimentaires d’appartenance religieuse. Mais la raison cachée, est que le port d’un uniforme permet de porter les couleurs d’un établissement scolaire, faisant d’eux des ambassadeurs de l’établissement à l’extérieur, et renforçant ainsi l’unité des élèves en créant un sentiment d’appartenance. Mais il y a surtout un commerce derrière.

Sur le plan légal, aucun texte n’autorise le port d'un uniforme dans les écoles primaires, aucun ne l’interdit non plus. Ce qui n’est pas interdit est

Des élèves en cours.

Les arguments contre l’uniforme à l’école ne manquent pas non plus. Cette tenue est accusée de rapprocher l’école du fonctionnement d’un corps militaire. Certains n’hésitent pas à parler d’« embrigadement de la jeunesse ». Imposer une tenue vestimentaire aux jeunes, c’est restreindre l’expression de leurs personnalités. L’uniforme scolaire ne prépare pas les enfants à la vie dans le monde « extérieur », où l’uniforme n’existe plus. Notamment, cela ne préparerait pas les enfants à l’acceptation de la différence. Selon le sociologue Alain Touraine, tout ce qui fait de l’école  un monde isolé, séparé, protégé  semble néfaste. La grande affaire aujourd’hui, c’est au contraire d’intégrer les enfants venus du dehors sans rompre leur histoire personnelle. Au lieu de leur imposer un uniforme, il faudrait leur apprendre l’importance et la beauté du multiculturalisme, de la communication entre les cultures. Aussi, les personnes trouvent l’uniforme inefficace dans la lutte contre les inégalités et l’intégration. Sur le plan économique, il est reproché à l’uniforme de coûter plus cher, et à son coût de se rajouter à celui des vêtements de ville portés dès la sortie de l’école. S’il profite aux responsables d’écoles qui multiplient les astuces pour faire un commerce derrière, ainsi que derrière tous les accessoires comme la tenue de sport, l’écusson, la toge, la tenue des fêtes de fin d’années, tous des éléments qui d’après eux concourent à projeter l’identité de l’école.

Vivre ensemble

Dans le milieu éducatif au Cameroun, le problème n’a pas encore fait l’objet d’un débat tranché, comme on en a vu pour le port du voile à l’école en France ou de la Burqa à la plage. Le domaine reste comme beaucoup d’autres domaines, un terrain en friche, un no man’s land où chacun fait ce qu’il veut. Dans un même pays, le port de l’uniforme à l’école primaire est obligatoire ou non, selon que l’on se trouve en ville ou en zone rurale, selon que l’on se trouve dans telle ou telle partie du pays, selon que les cours se font dans un bâtiment ou sous un arbre. Mais il est urgent que le problème soit définitivement réglé, pour un pays où on parle de vivre ensemble. L’on pourrait par exemple faire comme dans d’autres pays où l’on n’impose pas d’uniforme aux élèves, mais un code vestimentaire, qui réglementent en particulier la longueur des jupes et la surface de peau exposée.

Roland TSAPI, Journaliste

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More