Transport urbain : à qui profite l’activité des moto-taxis ?

0

Le phénomène de moto taxi est devenu au Cameroun plus qu’une mode, un mode de vie. Introduit dans la ville de Douala vers les années 90 à la faveur des opérations villes mortes, qui rentraient dans le cadre des revendications politiques, le transport par moto a progressivement gagné du terrain. Comme toute activité économique, il génère des gains d’une manière ou d’une autre, de la fabrication jusqu’au client qui en est le consommateur final. Mais de quel gain s’agit-il et à qui il profite ?

 

Importation

Toutes les motos en circulation au Cameroun sont importées d’Asie et arrivent dans les caisses. Les mécaniciens se chargent de les assembler dans les ateliers annexes des magasins, avant exposition et vente. En l’absence des chiffres actualisées, l’on peut déjà retenir qu’entre janvier et décembre 2012, le Cameroun a importé des motocycles d’une valeur de 9 milliards 305 millions, et les autres parties et accessoires de motocycles évaluées à 2 656 tonnes pour un montant de près de 2.5 milliards. Le chiffre va grandissant chaque année, et même s’il était constant, il est évident que la masse financière transférée à l’extérieur pour cela est incommensurable. Et pour enrichir qui ? Les usines chinoises qui connaissent un essor particulier depuis que la moto est devenue le moyen de transport prioritaire au Cameroun. Et dire que la Chine n’inonde pas seulement le Cameroun, elle fournit aussi les 6 pays de la sous-région Afrique centrale, pour ne s’en tenir qu’à cette partie du continent. Question simple : qu’est-ce qui empêche les opérateurs économiques de saisir cette occasion de l’invasion des motocycles pour mettre sur pied une ou des usines de fabrication des motos ?

Absence de vision

On remarque déjà là pour le regretter, que le Cameroun, plaque tournante de la sous-région a encore manqué de vision sur ce plan. Pour peu que les dirigeants aient eu pour soucis le développement économique, qu’ils auraient depuis longtemps imposé le transfert technologique en la matière. Il aurait suffi de faciliter l’implantation d’une usine de fabrication de motocycle au Cameroun, même par les Chinois, avec clause d’employer le maximum de main d’œuvre locale, et obligation de procéder au transfert de technologie dans les années qui suivraient.

Lire aussi :Gestion urbaine : les motos taxi au-dessus de tout

De manière certaine, cette usine aurait employé une très grande partie de ces jeunes camerounais qui conduisent les motos justement à longueur de journée. Les pièces détachées de ces engins à deux roues, qui constituent aussi un volume important des importations, ne sont pas fournies uniquement pas la Chine, mais proviennent aussi du Nigéria voisin qui a surement des centaines d’usines de fabrication. Il se pose d’ailleurs constamment le problème du respect des normes par ces pièces, ce qui pouvait être réglé si les produits étaient fabriqués localement.  On nous apprend que les pneus sont fabriqués à base du caoutchouc, une matière produite au Cameroun. Et le Cameroun étant devenu avec les motos un très gros consommateur de ces pneus, la logique aurait voulu qu’à ce jour il existe au moins deux usines de production, avec les produits dérivés.

Mais rien. Au mois de décembre 2015, rapporte le site internet investiraucameroun.com, la société KTM avait signé avec le gouvernement camerounais, une convention lui donnant accès aux exonérations prévues dans la loi portant incitation à l’investissement privé au Cameroun. Ces avantages sur une période allant de 5 à 10 ans visaient à faciliter l’entreprise dans le cadre d’un projet de construction d’une unité d’assemblage des tricycles à Douala. Le projet devait coûter 12.6 milliards de Fcfa et permettre de créer environ 630 nouveaux emplois. Difficile de dire si l’unité a déjà vu le jour, même comme c’était juste pour faire de l’assemblage sans rien produire.

Quel profit pour la Cameroun ?

Que profite finalement le Cameroun dans cette affaire de motos qui ont envahi tout son espace ? Un pays sérieux peut-il être inondé par un produit manufacturé pour lequel il ne fabrique même pas une pièce ?  Le bienfondé de la prolifération de cet engin devient dès lors questionnable pour la Cameroun, pour trois raisons au moins :

D’abord aucun jeune assis sur cet engin ne peut faire carrière là-dedans, le pourcentage de ceux qui réussissent à faire une épargne et réaliser un investissement est peu visible. Sur le plan social, le comportement des conducteurs de motos dans les rues montre bien qu’ils ont perdu quelque chose, et ne sont plus des êtres humains entiers.

Ensuite la moto est une véritable source ou cause de désordre urbain. L’incapacité de l’autorité municipale à discipliner et mettre de l’ordre dans le secteur, le rend incertain dans les contributions aux recettes communales. La moto est aujourd’hui devenue un véritable casse-tête chinois, et si les autorités en charge de la gestion urbaine avaient trouvé le bouton sur lequel appuyer pour l’éradiquer, elles l’auraient déjà fait depuis longtemps. Enfin, les pertes en vies humaines causées par les motos ne se comptent plus au quotidien. L’hôpital Laquintinie de Douala a même été obligée de créer un pavillon Benskin en son sein, tant les accidentés des motos sont récurrents et effroyables. On ne peut négliger également le rôle que joue la moto dans les agressions, les braquages, les vols à l’arrachée. Elle est ainsi un outil très prisé par les criminels du fait de sa mobilité et sa capacité à se mouvoir même dans des conditions difficiles.

Pendant que d’autres pays s’enrichissent donc dans la fabrication des motos et ses accessoires, le Cameroun lui, refusant de s’arrimer, est ainsi devenu plutôt une poubelle des résidus. Et l’emploi illusoire que donne l’activité de moto taxi à des centaines des milliers des Camerounais, ne devrait pas contenter les gouvernants, car cela ne vaut même pas un simple lot de consolation.

Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More