Répression des journalistes : le pouvoir devient-il liberticide ?

0

Cela fait 4 jours que deux journalistes ont été interpellés à Douala au même moment qu’une centaine d’autres Camerounais, dans le cadre d’une vague d’arrestations commanditée depuis la capitale politique du Cameroun. Ils ont depuis lors été transférés en toute discrétion à Yaoundé, où après deux jours de recherches, la corporation les a retrouvés au Groupement spécial d’opération (Gso). Depuis lors, aucune communication officielle n’est faite sur ces arrestations. Le 26 janvier 2019 pourtant, après une journée marquée par des marches réprimées dans certaines villes du pays,  le ministre de la Communication René Emmanuel Sadi avait dressé un bilan des arrestations dans la journée  au cours d’une conférence de presse.

L’on avait alors pensé que le gouvernement était soucieux de tenir le pays informé de cette situation sociopolitique, tout le monde étant intéressé de savoir quelle est l’évolution de ces évènements qui ont irréversiblement un impact sur l’avenir du pays. Mais le mystère reste entier et entretenu sur les opérations menées en début de semaine. Sans doute parce qu’il y a des choses à cacher, ou que des choses que le gouvernement ne peut expliquer à cause du caractère arbitraire qui entoure ces agissement. Le cas des deux journalistes par exemple. Après 3 jours de détention, le pouvoir ne peut ignorer leur identité précise et les raisons pour lesquelles ils se trouvaient chez Albert Nzongang ce lundi soir.

Le journaliste

Le respect de la loi s’applique à tout le monde, le citoyen lambda comme le fonctionnaire de l’Etat. Et personne n’a le droit de se taire devant une violation, au risque de l’encourager. Dans la Constitution Camerounaise, il est écrit dans son préambule que le domicile est inviolable, que nulle perquisition ne peut y avoir lieu qu'en vertu de la loi. Il est écrit "

D’après l’article 2 du décret 2002/2170/Pm du 09 décembre 2002 signé par le premier ministre d’alors Peter Mafany Mussongue, est considéré comme journaliste , « toute personne qui sur la base de ses facultés intellectuelles, de sa formation ou de ses talents, a pour occupation principale et rétribuée, des tâches effectives de rédaction, de reportage, de collecte et de traitement de l’information pour le compte d’un ou de plusieurs supports médiatiques. » Il est reconnu que les deux journalistes, Théodore Tchopa et David Eyengue Nzima sont régulièrement employés au journal Le jour, et sont par ailleurs membres de plusieurs associations corporatistes comme le Syndicat national des journalistes du Cameroun ou l’association des journalistes sportifs du Cameroun.

De plus, au regard de l’article 47 de la loi de 90 sur la communication sociale, le journaliste est tenu de traiter l’information avec objectivité et responsabilité. Et pour mieux se conformer à cette exigence, il doit être sur le terrain des évènements, au cœur de l’actualité, et c’est ce que Théodore Tchopa et David Eyengue Nzima faisait ce 29 janvier au soir chez Albert Nzongang, il ne faisait que leur travail.

Conditions illégales de garde à vue

Les personnes interpellées ce 29 janvier sont accusées d’avoir participé aux marches blanches interdites pour certains et de les avoirs organisés pour d’autres. Si c’est le vrai motif derrière ces opérations, que font encore les journalistes entre les mains de la police ? On peut comprendre que les arrestations de ce soir-là ont été faites dans des conditions de rafles, mais une fois identifiés, ceux qui n’ont rien à voir avec les motifs des rafles ne devraient-ils pas être remis en liberté, dans un pays dit de libertés ?

D’après le chargé de la communication et des alertes, de la section régionale du Syndicat national des journalistes du Cameroun pour le Centre, une  délégation de ce syndicat s’est rendue hier 31 janvier 2019 au Groupement Spécial d’Opération à Mvan, pour s’enquérir de la situation de détention des 02 journalistes. Mais ils n’ont pas pu les voir, l’accès étant interdit à toute personne, notamment aux syndicats, d’après les consignes. Ainsi, les journalistes ne peuvent recevoir de visite,  une fois de plus en violation de la règlementation qui encadre la garde à vue.  L’article 122 alinéa 3 du Code de procédure pénal stipule en effet que « la personne gardée à vue peut, à tout moment, recevoir aux heures ouvrables la visite de son avocat et celle d’un membre de sa famille, ou de toute autre personne pouvant suivre son traitement durant la garde à vue. »

Persona non grata sur lieux des exactions

En plus, à ce jour, les deux journalistes ne savent pas toujours pourquoi ils sont gardés, alors que le même article dit à l’alinéa 1 qu’en cas de garde à vue, «  Le suspect doit être immédiatement informé des faits qui lui sont reprochés et doit être traité matériellement et moralement avec humanité. » Un jour une enquête indépendante dira si les conditions de détention de tous ces interpellées sont humaines. Au-delà des violations des droits humains avec ces arrestations et incarcérations, le pouvoir est en train de mettre à son palmarès d’autres cas de violation de la liberté de la presse et surtout d’entrave à la libre exercice de sa profession, pourtant consignée dans le préambule de la Constitution.

Que peut-on reprocher en effet à des journalistes, identifiés et connus comme tels et qui se trouvaient en situation professionnelle ? Quand les forces de l’ordre font l’exploit d’appréhender un gang de malfaiteurs, ils sont ravis de voir les journalistes sur place pour rendre compte. Parce qu’ils savent que ce sont des actes louables. Quand les gouvernants veulent inaugurer des ponts, offrir des dons, porter des médailles, organiser des meetings de remerciement au président de la République, le journaliste est sollicité, quand il tarde à venir ils l’appellent, l’événement ne commencera pas sans lui. Mais quand ils veulent arrêter des hommes politiques et des participants à une marche, le journaliste devient  persona non grata, et se trouver sur les lieux est un crime qui lui vaut arrestation, déportation et détention, même au mépris de la loi qu’on prétend défendre.

Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More