Primes des Lions indomptables : dans le labyrinthe d’une affaire d’Etat

0

Avant de quitter Yaoundé ce jour à destination de leur camp de base, les champions d’Afrique en titre qui ont entamé un mouvement d’humeur au sein de la tanière il y’a 48h, ont boudé les 5 millions Fcfa de rallonge proposés par les pouvoirs publics sur le montant des primes mises à leur disposition en vue de leur participation à cette grand’messe du football continental. Chronique.

 

Narcisse Mouelle Kombi a eu chaud ! De souvenir de ministre, le patron des Sports n’oubliera jamais ces dernières 48h de toute sa vie. Pris en tenaille dans la tanière des Lions indomptables pour une affaire de primes, le diplomate revient de loin. Sa réaction aux allures de soulagement publiée sur sa page Facebook, suffit à comprendre qu’il revient de loin. Après des conciliabules et des médiations à n’en plus finir, les Lions indomptables ont finalement quitté Yaoundé pour Ismaila cet après-midi. Confirmation faite à double trait par le Minsep. «En route pour l’Egypte avec les Lions indomptables», a-t-il écrit sur sa page Facebook, publiant plusieurs photographies des joueurs de la sélection nationale fanion à l’aéroport de Yaoundé-Nsimalen. « Je conduis cet après-midi à destination du Caire la délégation officielle du Cameroun à la Can », a-t-il ajouté. Les champions d’Afrique en titre ont refusé hier soir d’embarquer pour l’Egypte réclamant un doublement de leur prime pour la participation à la prestigieuse compétition de football qui démarre ce vendredi et doit se tenir jusqu’au 21 juillet.

Arrêt des négociations

Après le refus des Lions indomptables de prendre l’avion, le ministre des Sports s’est privé de sommeil pour présider dans la nuit de jeudi à vendredi une réunion de concertation avec les représentants des joueurs. Des indiscrétions de ce conclave, le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) a proposé une prime supplémentaire de performance de 5 millions de Fcfa aux joueurs. Proposition que ces derniers ont bottée en touche au motif qu’elle était insignifiante. D’ailleurs, dans une lettre adressée vendredi au ministre, Choupo Moting et ses camarades ont annoncé avoir « décidé d’arrêter toutes négociations » estimant que la prime proposée n’était toujours « pas satisfaisante », mais indiquant qu’ils allaient toutefois « voyager pour l’Egypte ce vendredi ». Joignant la parole à l’acte, les quintuples champions d’Afrique qui mettent en garde Mouelle Kombi de se tenir à bonne distance de la tanière lors de leur séjour au pays des Pharaons, ont pris les airs aux environs de 16h cet après-midi. Marquant ainsi la fin d’un long feuilleton dont les sirènes ont retenti depuis hier au stade omnisport Ahmadou Ahidjo où a eu lieu une séance d’entraînement à guichet ouvert, en guise de cérémonie d’au revoir.

Le public venu en masse donner sa bénédiction aux Lions en route pour un sixième sacre, fait la fête dans les travées de Mfandena. Animation des fans clubs, parades, commentaires et autres anecdotes meublent ce moment d’adieu. Sur la pelouse, Christian Bassogog et ses camarades devisent par petits groupes. Entre sourires et petites intrigues, l’ambiance est visiblement bon enfant. Pendant ce temps, des photos de reçus de virements bancaires inondent la toile. Sur ces documents sont inscrits des noms des joueurs de la sélection nationale fanion, des membres de la sécurité, du staff administratif et le montant des virements dans leurs comptes… L’affaire fait le buzz sur les réseaux sociaux, charriant une pluie de questions sans réponses et ouvrant le boulevard à toutes sortes d’analyses.

Crise sécuritaire

Au-delà du caractère indécent de cette campagne de publication de documents confidentiels, il y’a le doute qui pèse sur l’origine, l’authenticité desdits documents mais aussi des auteurs de cette scabreuse manœuvre. A la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), on nie tout en bloc, pointant un doigt accusateur sur les joueurs qui auraient sans doute eux-mêmes décidé de publier ces documents de banque ou de les envoyer à des proches ou des amis qui les ont ensuite ventilés sur les réseaux sociaux. Mais à quelle fin ? Mystère et boule de gomme. A la Coordination administrative des sélections nationales, l’un des responsables que nos confrères du Messager ont joint au téléphone, préfère ne coller aucun commentaire à cette actualité qui défraie la chronique.

C’est que, cet épisode est consécutif à une première qui a secoué le gotha footballistique la veille. D’abord présentée comme un fake, l’information a été authentifiée et confirmée. Les autorités ont proposé 20 millions de Fcfa de primes de participation à chacun des 23 joueurs retenus pour la Can 2019. Mais ces derniers ont refusé cette enveloppe qu’ils jugent dérisoire. Ils réclament 40 millions de Fcfa, chacun, soit le double de l’enveloppe à eux proposée par les dirigeants. Un montant que les autorités jugent à leur tour exorbitant, brandissant la situation économique des plus chaotiques que traverse le Cameroun, pris en tenaille par la menace sécuritaire et l’absence des liquidités. «Les joueurs ne comprennent pas que le montant des primes leur soit imposé sans une discussion préalable», a confié notre informateur en début d’après-midi.

Situation kafkaïenne

C’est finalement en fin d’après-midi qu’un communiqué aux allures de mise au point et signé de Gabriel Loga, Chef du département Communication au ministère des Sports et de l’Education physique est venu clarifier la situation (kafkaïenne). Intitulé « la vérité sur les primes des Lions », le message se résume ainsi qu’il suit : « Depuis hier, une polémique enfle à propos des primes des Lions Indomptables pour laquelle je souhaite apporter des éclairages suivants: Les Lions indomptables ont reçu chacun 20 millions de prime de participation pour la Can 2019 en Égypte  contre 15 millions en 2017 au Gabon. La prime de participation qu’on appelle également prime de présence, à été intégralement versée dans les comptes des intéressés. En cas de victoire finale, chaque Lion touchera 54 500 000 Fcfa… L’ensemble des primes, y compris celles du staff, pèse plus de  02 milliards de Fcfa dans le budget de la participation du Cameroun à la Can, représentant environ 80 pour cent de ce budget. Peut-on négliger un tel effort dans un environnement qui est le nôtre ? »

Une vielle habitude

Une situation qui rappelle la Coupe du monde 2014, pour laquelle les Lions indomptables avaient déjà menacé de ne pas décoller. Le Mondial 2010 n’a été différente que de par l’intensité de la bêtise. Cette fois-ci, le ministre d’alors, Michel Zoah, s’était arrangé pour que les histoires de primes pour la compétition soient traitées en amont. Chaque joueur a obtenu le pactole de 45 millions de Fcfa de frais de participation payé à même le budget de la République du Cameroun. Malgré ce fait, le Cameroun n’a jamais été aussi honteux qu’au sortir du Mondial 2014, en encaissant pas moins de trois défaites en trois matchs. La faute cette fois-ci à la lutte pour le brassard de capitaine de l’équipe nationale. Le Marrakechgate de 2011 est venu asseoir le concept du bras de fer permanent entre les joueurs et les autorités. Le rubicond ayant été franchi pour une question de frais olympique de 500 000 Fcfa que le Minsep ne souhaitait plus verser à chaque rassemblement. On a encore parlé des Lions dans la rubrique « faits divers ». Une malédiction !

Daniel NDING

Share.

About Author

Leave A Reply