Présidentielle camerounaise : Sortir du double langage ou servir de faire valoir (2)

0

Message  aux candidats de l’opposition,

Par Jean Baptise SIPA

Chercher l’alternance ensemble

L’idée d’une synergie d’action des candidats de l’opposition dans le contexte d’une élection présidentielle à un tour, dans un pays où le tenant du pouvoir est candidat à sa succession

Jean Baptiste Sipa.

Le suffrage électoral universel est le moyen par lequel, faute de démocratie directe, le peuple transfère son pouvoir à un individu, ou un groupe d’individus, à l’effet de promouvoir le bien-être de la nation. C’est par ce simple transfert sur la base d’une offre politique, à une personne (ou à plusieurs) supposée capable de mettre en œuvre son offre au profit de la communauté, que l’on justifie la définition donnée à la démocratie, à savoir : le « gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple ».

Une échéance électorale est donc le moment où le peuple décide d’un changement de gouvernance par l’alternance du régime gouvernant désormais ressenti comme inefficace et insatisfaisant, ou de son maintien (par la reconduction des élus) si le régime est ressenti comme bon ou simplement perfectible.

Ce sera le cas au Cameroun en 2018, mais seulement pour l’élection présidentielle, les législatives et municipales ayant été reportées en 2019. Le principe de gouvernement du peuple par le peuple voudrait donc que le 7 octobre prochain, près de 6 millions d’électeurs aillent aux urnes pour décider d’une alternance au régime de M. Biya, s’il est ressenti comme insatisfaisant, ou de son maintien s’ils l’estiment bon ou perfectible.

Dans ce contexte, l’enjeu est la conquête de la Présidence de la République, c’est-à-dire la prise de pouvoir par le sommet. Ce qui n’est pas à la portée de qui veut, mais seulement de qui peut, tant il est vrai qu’il s’agit pour l’électorat de choisir, non pas un parti politique, mais un homme, qu’il soit investi par un parti politique ou par 300 notables sociopolitiques.

Dans un contexte de démocratie authentique, le scrutin eut été différé en raison de la crise dite « anglophone », le cas de figure étant bel et bien prévu par le Code électoral en cas de « grave  crise». Le Président de la République a néanmoins estimé qu’il n’y avait pas de crise, et a convoqué le corps électoral pour le 7 octobre prochain. Candidat à sa propre succession, il aura en face pour la circonstance, et dans une concurrence totalement inégale, une brochette de 8 opposants de fortunes diverses.

Comme le veut une tradition tropicale de la démocratie – d’aucuns appellent cela « démocratie totalitaire »« on n’organise pas une élection pour la perdre » – le Président-candidat a mis toutes les chances de son côté, grâce aux moyens de l’Etat, pour que ses adversaires ne puissent pas lui reprendre le pouvoir. Il sait par ailleurs que moins il y aura d’électeurs dans les urnes, plus sa victoire sera facile à organiser. D’où par exemple le fait qu’entre 2013 et 2018 (5 ans !), ELECAM n’ait apparemment pas réussi à inscrire 1,5 millions de personnes sur les listes électorales, malgré les efforts de mobilisation déployés par les partis politiques, les OSC et leaders sociaux. C’est comme si l’enregistreur de leur logiciel d’inscription était troué, et produisait des fuites !

Or, non seulement les 6 millions d’électeurs inscrits à ce jour ne représentent que le tiers de l’électorat potentiel du pays, mais plus ou moins 3,5 millions  seulement de ces inscrits  -comme d’habitude- se rendront aux urnes. Si ces conditions s’avéraient, la masse critique d’électeurs pour dégager un ou deux concurrents plus forts que le Président-candidat ferait grand défaut, et ce dernier – comme d’habitude – vaincra sans péril…

Le rapport de forces peut-il basculer le 7 octobre 2018 au détriment du Président-candidat ? Il faudrait pour cela que la majorité des inscrits se rende aux urnes et vote pour l’opposition, puisque son abstention coutumière indique son désaccord avec le pouvoir.

Bien qu’en 2018 cet électorat favorable à l’opposition soit relativement satisfait par la qualité de l’offre politique de ses candidats, elle semble d’accord avec le régime au pouvoir sur une chose : s’opposer à M. Biya en ordre solitaire, c’est consacrer la victoire de ce dernier. C’est bien ce qui est régulièrement arrivé ces 26 dernières années.

Eu égard à  cette expérience, les électeurs croient avoir de bonnes raisons de proposer aux 8 concurrents de M. Biya, une stratégie présumée gagnante, consistant en  la recherche entre eux, d’un candidat consensuel pour un mandat de transition.

Il est certain que quelques-uns y vont simplement à la recherche d’un gain financier, ou alors pour rechercher la 2ème place derrière Paul Biya. Mais, il n’est pas exclu qu’il y en est pour accepter de siéger dans un Conseil de transition comme le leur conseillent notamment la Coalition citoyenne pour le Cameroun (COACIC) et le réseau Dynamique citoyenne(1); Conseil de transition qui, a minima, leur permettrait de mutualiser leurs moyens pour avoir des représentants dans les quelques 35 000 bureaux de votes créés par ELECAM. Sans compter les perspectives stratégiques pour les élections de proximité de 2019. Mais, pourquoi un candidat qui a investi 30 millions de francs de caution, et qui va recevoir une cagnotte de campagne électorale, y renoncerait-il au profit de quelqu’un d’autre, pour perdre en plus l’opportunité de mesurer ce qu’il pèse dans l’espace politique du  Cameroun ?

Le peuple camerounais dit ne renoncer à son abstention coutumière que si l’opposition lui donne un candidat consensuel. Mais nous savons bien que le prix à payer d’un tel consensus, c’est le renoncement de chaque candidat  à son ambition propre. Si on admet que l’ambition de chacun est de prendre le pouvoir pour apporter au pays la meilleure alternance de gouvernance, pourquoi le candidat ne peut- il avoir la patience de contribuer à la création préalable des conditions donnant à tous les mêmes chances d’avoir et de réaliser l’ambition de gouverner ? C’est de cette création préalable des conditions idoines à l’accès au pouvoir qu’il s’agit, le régime en place ayant mis fin à l’égalité des chances depuis son avènement il y a 36 ans.

A Suivre !

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More