Présidentielle 2018 : Elecam plus que jamais face à ses responsabilités

0

La campagne électorale commencée il y a quatre jours est une période charnière pour Elections Cameroun, qui doit veiller à ce que tous les candidats respectent les règles du jeu. Lesquelles règles sont édictées par le code électorale et doivent pour certaines être complétées par le directeur de l’organe. C’est le cas de l’affichage par exemple. D’après l’article 91 alinéa 1 du code, «des  emplacements sont réservés par les municipalités  à la demande d’Elections Cameroon, pour  l’apposition des affiches et du matériel de campagne de chaque candidat ou liste de candidats.» Dans la démarche, Elections Cameroon en cette période introduit une demande auprès des mairies qui gèrent en temps normal les espaces publics pour solliciter des endroits où les candidats pourront apposer leurs affiches, et répartit  par la suite ces espaces aux différents candidats de manière équitable. La campagne électorale commencée il y a quatre jours est une période charnière pour Elections Cameroun, qui doit veiller à ce que tous les candidats respectent les règles du jeu

Anarchie et provocation du candidat au pouvoir

Mais ce qui est observé sur le terrain depuis le 22 septembre dans la nuit laisse voir que cet aspect de la campagne est encore dans l’anarchie totale. Les populations des villes et villages se sont réveillées le premier jour de la campagne et ont découvert que les affiches d’un, Paul Biya, étaient partout et nulle part dans la ville. Les affiches avaient été apposées de nuit sur tout ce qui se trouvait sur le passage : panneaux publicitaires, poteaux électriques, voitures garées, kiosques en bordures de routes, terre-plein des voies publiques, clôtures des chantiers, barrières des domiciles privés et mêmes des établissements scolaires publiques, sur lesquels il est strictement interdit de mettre des affiches. On a aussi vu ceux du candidat Franklin Ndifor.

Comme indiqué par l’alinéa 1 de l’article 91 du code électoral, les espaces pour l’affichage sont sollicités par Elecam auprès des mairies et attribués aux candidats. On imagine mal que les 5 communes de la ville de Douala, communauté urbaine comprise, aient attribué tous ces espaces à Elections Cameroun pour les affiches de campagnes.L’alinéa 2 de cet article précise que « tout affichage public, même par affiche timbrée, relatif à l’élection, en dehors de ces emplacements, est interdit, aussi bien pour les candidats que pour tout autre personne ou  groupement. » Il est vrai que même en temps normal l’affichage dans les villes camerounaises obéit plutôt à la loi de la jungle, le domaine ayant échappé au contrôle de ceux qui en ont la charge.

Le Code de bonne conduite piétiné

Mais la campagne électorale met en scène des personnalités supposées avoir un comportement plus responsable vis-à-vis des lois et règlements de la République. A ce sujet d’ailleurs, Elections Cameroun a cette année encore, comme à la veille de l’ouverture de toute campagne, fait adopter un code de bonne conduite aux candidats.Dans ce code de conduite qui s’applique à tous, les candidats s’engagent à  respecter les lois et règlements qui encadrent le processus électoral au Cameroun et surtout à ne pas « utiliser des positions de pouvoir à des fins de campagne.» C’est pourtant le constat qui se dégage dès les premiers jours. Par endroits ces affiches sont déjà détruites, considérés par des sympathisants d’autres candidats comme de la provocation. Et l’on glisse là lentement vers la violence, car il suffit que celui qui a apposé les affiches croise celui qui les déchire et c’est sera l’embrasement. Rejeter toute forme de violence est pourtant l’un des points contenus dans le Code de conduite proposé par Elections Cameroun.

Agir ou laisser pourrir

Cet organe est plus que jamais face à ses responsabilités. L’alinéa 5 de l’article 91 du code électoral dispose qu’«Elections Cameroon fait procéder à l’enlèvement des affiches apposées irrégulièrement.» Ses missions telles que définies à l’article 7 du même code précise qu’il est chargé de l’organisation, de la gestion et de la supervision du processus électoral et référendaire, et qu’à cet effet il est investi de tous les pouvoirs nécessaires à l’exercice de ses missions. Va-t-il utiliser ces pouvoirs pour remettre de l’ordre là où il faut ? Tout le monde y gagnerait, parce que déjà dans les quartiers généraux des autres candidats la réplique se prépare. Dans ces Qg où l’enthousiasme des militants n’est plus à démontrer, on promet que les affiches une fois disponibles, seront apposées même à des endroits insoupçonnés, et comme Elecam s’est tu sur le premier cas ils verront bien comment l’organe oserait lever le petit doigt.

Déjà accusé de partialité de par sa composition et de ne pas jouer franc jeu de par son fonctionnement, les dirigeants de cet organe ont souvent rétorqué qu’on juge le maçon au pied du mur, et qu’il faut les juger à l’œuvre. L’élection présidentielle de cette année en est une, et avec l’évolution de l’éducation politique des Camerounais, ses faits et gestes sont désormais scrutés au détail et notés, et tout silence devant une irrégularité sera retenu contre lui devant le tribunal du peuple.

Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More