Municipales 2020 : Anicet Ekanè à la conquête de Nkongmondo

0
Le candidat du Manidem à la Mairie de Douala 1er était à la rencontre des populations de ce vivier électoral  jeudi 6 avril dernier à Douala.

Le carrefour Nkogmondo est tout en rouge ce jeudi 06 février 2020 pour accueillir Anicet Ekanè, candidat du Manidem aux Municipales 2020. Sa candidature à la mairie de Douala 1er, est portée par le rassemblement des upécistes, (coalition du Manidem et de l’Upc). Pour la dernière ligne droite de la campagne électorale, il faut convaincre les électeurs indécis.

Le meeting est lancé aux environs de 17h. Serge Armand Ndjakè, militant de l’Upc et habitant de Nkongmondo, présente l’importance des enjeux de cette rencontre aux populations, tout en les invitant à voter le bulletin rouge le 09 février prochain.

Enseignante dans un lycée et membre du bureau politique du Manidem, Florence Aimée Titcho entretient la foule sur la problématique des aires de jeu, de la violence en milieu scolaire. La militante énumère en sus les causes et les solutions que propose la liste dont elle fait partie,  pour une «nouvelle école». A Douala 1er, soutient Denis Nkwebo, militant du Manidem, la population est abandonnée à elle-même par les maires et députés «fantômes», qui n’apparaissent qu’à la veille du scrutin pour solliciter ses suffrages. Il demande par conséquent aux populations de Nkongmondo d’aller aux élections et de ne  voter que les gens qu’ils connaissent, de surcroît, ceux qu’ils voient tous les jours. «Il est temps que les upécistes reprennent la place qui est la leur. Ne laissons pas aux fantômes notre place», lance-t-il à l’assistance.

Lire aussi :Nkongmondo : le rebelle converti

Anicet Ekanè, postulant au poste de maire, quant à lui, revient sur le bilan de Lenguè Malapa, maire sortant de Douala 1er, qu’il juge «catastrophique». La mairie selon lui est devenue «un nid de moustiques et exposé aux inondations en saison de pluies à cause du manque d’infrastructures de drainage et à une politique d’assainissement digne de ce nom». Une «honte», estime Anicet Ekanè, président et candidat du Manidem, à la mairie, considérée comme la vitrine du pays pour sa position de porte d’entrée du Cameroun. Il mettra plus d’accent sur le futur. «Notre alliance (Manidem-Upc) est stratégique pour l’avenir et non circonstancielle. Nous préparons le chemin pour les générations avenirs. Les listes plurielles à Douala 1er et à Dibombari, consiste d’abord à la conquête des mairies, ensuite à l’Assemblée nationale puis après à Etoudi. Ce pays n’a pas d’avenir sans l’Upc», rappelle Anicet Ekanè.

Pour le candidat du Manidem, le 09 février déterminera l’avenir. C’est le commencement de la révolution. Il appelle les populations de ce grand vivier électoral de Douala 1er à parler régulièrement à leurs enfants d’Umet d’autres martyrs pour qu’ils s’en souviennent. Anicet Ekanè et Denis Nkwebo, dans leur posture de combattant des libertés et de la démocratie, mettent en garde tous  les artisans de la fraude qui seront tentés de voler l’espoir des camerounais.

Félix ÉPEE                            

Share.

About Author

Laisser un commentaire