Liberté d’expression : l’Ong Un Monde Avenir réclame la libération immédiate la journaliste Mimi Mefo

0

DECLARATION LIBERTE DES JOURNALISTES

En date du 31 octobre, la journaliste Mimi Mefo, en service au Groupe Equinoxe Radio et télévision, a reçu une convocation à se présenter le 2 novembre 2018 dès 14hà la légion de gendarmerie du Littoral pour comparaître dans le cadre de « l’enquête ouverte pour fausse nouvelle et cybercriminalité »

Rendue à la Légion ce jour, le rendez-vous a été reporté au 7 novembre 2018 à la même heure. La journaliste a respectueusement honoré le deuxième rendez-vous et s’est rendue dès 14h en compagnie de ses avocats.

D’après Me Alice Kom, l’une des avocats de la journaliste dans une voice note diffusée dans les réseaux sociaux, ils ont attendu sur place toute la journée pour être reçue. Sans possibilité de se ravitailler ni en eau ni en nourriture.

La journaliste a été informée de ce qu’elle était accusée d’avoir publié sur sa page Facebook l’information selon laquelle le missionnaire américain tué dans la région du Nord-Ouest le 31 octobre 2018, était tombé sous les balles tirées par l’armée régulière.

Sur les conseils de ses avocats, elle a usé de son droit de garder le silence pour refuser de répondre à toute question, et l’audition a duré à peine 30 minutes. C’est autour de 21h que finalement l’enquêteur lui a fait savoir que le Commissaire du gouvernement demandait à la voir.

L’attente a aussi été longue chez le Commissaire du gouvernement qui semblait ne pas savoir qu’elle et ses avocats étaient là. Une attitude que l’avocate elle-même qualifie de « traitement dégradant, cruel et inhumain, bref, de la torture. »Finalement le Commissaire du gouvernement les a reçus, pour leur apprendre que ce que Mimi Mefo a fait « s’apparente aux actes de terrorisme, une atteinte à la sûreté de l’Etat ».

L’agent enquêteur  a ainsi déclaré de ce fait que c’est le tribunal militaire qui doit s’occuper du cas de de la journaliste, et  a  ordonné sa détention préventive à la prison de Douala New-Bell. La journaliste, telle un vulgaire bandit, Mimi Mefo s’est ainsi vue mettre les menottes, avant d’être conduite à la prison où elle a été écrouée à 23h 15 minutes.

L’Ong et ses partenaires associés notent :

Que la journaliste a publié l’information en citant sa source, un site internet que tout le monde peut visiter, que dans le même élan elle a publié une autre version de la même information, celle du Ministre camerounais de la Défense qui disait que les terroristes qui ont tué le missionnaire américain ont été neutralisés, se pliant ainsi à l’exigence de l’équilibre de l’information.

Que les faits reprochés à la journaliste ne constituent en rien un acte de terrorisme et une atteinte à la sûreté de l’Etat, comme veut le faire croire le Commissaire du Gouvernement,

Que comme le relève Me Alice Kom dans son voice note, le Cameroun a ratifié des conventions internationales interdisant un civil d’être jugés par un tribunal militaire.

Que de toutes façons, les faits reprochés à la journaliste ne correspondent à aucune infraction dont le tribunal militaire a compétence pour connaître, tel que stipulé par l’article 7 de la loi n° 2008/015 du 29 décembre 2008 portant organisation judiciaire militaire et fixant des règles de procédures applicables devant les tribunaux militaires.

Que depuis un certain temps, les journalistes font l’objet des arrestations arbitraires et barbares suivi des détentions abusives, sous le fallacieux prétexte de lutte contre le terrorisme. C’est notamment le cas du journaliste du Quotidien Le Messager à Bafoussam Joseph Olinga Ndoa, brutalement et sauvagement interpellé dans la nuit du samedi 3 novembre 2018 aux environs de 22h30 minutes.

Il a été gardé dans des conditions inhumaines, accusé d’apologie du terrorisme, faits qui ont été requalifiés le lendemain en outrage à « fonctionnaires » et il a été appelé à comparaître le 8 novembre 2018. A cette date, le procès a été renvoyé pour défaut de plainte et de témoin.

L’Ong Un Monde Avenir et ses partenaires associés relèvent ainsi, et pour le regretter, le recul des libertés individuelles en particulier et de la liberté de la presse en général au Cameroun, la récurrence des techniques de musellement et d’intimidation des journalistes, systématiquement réprimés quand il relaient une information que le pouvoir estime lui être défavorable.

En conséquence, l’Ong Un Monde Avenir et ses partenaires associées demandent :

La libération immédiate et inconditionnelle de la journaliste Mimi Mefo et l’arrêt de toute poursuite à son encontre,

L’arrêt des poursuites contre le journaliste du Quotidien Le Messager Joseph Olinga Ndoa,

Le respect des dispositions de la loi du 19 décembre 1990 sur la communication sociale, qui consacre la liberté d’expression et la liberté de presse.

Fait à Douala le 08 novembre 2018,

 Philippe NANGA

Coordinateur de l’ONG Un Monde Avenir

 

 

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More