Jeûne du Ramadan : Sosucam veut « sucrer » les inquiétudes des consommateurs

0

Alors que des rumeurs annoncent de possibles pénuries de sucre sur le marché, la Société sucrière du Cameroun assure disposer de 52 000 tonnes dans ses magasins de stockage. De quoi couvrir la demande durant plusieurs mois y compris la période du jeûne du Ramadan qui s’annonce.

Pour les sceptiques et adeptes des intox autour de la disponibilité du sucre sur le marché camerounais, Sosucam répond par des actes concrets. Pour ceux des musulmans qui redoutent une pénurie pendant la très importante période de jeûne du Ramadan qui pointe à l’horizon, il suffit de faire un tour dans les magasins de la Société sucrière du Cameroun pour dire adieu aux incertitudes. Ce mastodonte de l’agroalimentaire dispose de 52 000 tonnes de cette denrée répartie sur ses différents sites. A savoir, le magasin de Mbandjock (11 000 tonnes), le magasin de Nkoteng (38 000 tonnes), Douala (2 000 tonnes), et Ngaoundéré (600 tonnes). Ces chiffres concernent uniquement l’approvisionnement des réseaux traditionnels de distribution.

A coté de ceux-ci, la Sosucam dispose dans son entrepôt de Yaoundé, de 150 tonnes, celui de Douala, de 10 tonnes et celui de Ngaoundéré, de 150 tonnes, pour l’approvisionnement des réseaux professionnels de distribution. Ce qui, pour Jean François Ntsama, le Directeur commercial et marketing de la Sosucam, constitue « une garantie de couverture des différents marchés à l’approche des grandes échéances qui arrivent. C’est-à-dire la période de Ramadan, la période festive aux alentours de la fête de l’Unité, et puis toutes les entrées en production de toutes les grosses unités brassicoles, les fabricants de biscuits, les producteurs de yaourt, les producteurs de jus ».

8000 tonnes de cannes à sucre broyées par jour

Alors que des rumeurs annoncent de possibles pénuries de sucre sur le marché, la Société sucrière du Cameroun assure disposer de 52 000 tonnes dans ses magasins de stockage. De quoi couvrir la demande durant plusieurs mois y compris la période du jeûne du Ramadan qui s’annonce(...)

Sosucam, usine de Mbandjock.

De l’emballage à la qualité du contenu, il y a visiblement tout pour plaire. La qualité du sucre de Sosucam n’est-elle pas mondialement reconnue ? Certifiée ISO par des instances internationales, et certifiée par des institutions camerounaises habilitées. Descendu dans les champs de Sosucam le 27 mars dernier, on a pu se rendre à l’évidence que la pénurie n’est pas pour demain. Toutes les équipes s’emploient à satisfaire le cahier de charge qui est le leur. Dans les champs, ce sont par exemple 8000 tonnes de cannes à sucre broyées par jour. Représentant 123 hectares de cannes récoltés par journée de coupe. Et on relève 500 tonnes de sucre qui  sont produites par jour à l’usine de Nkoteng et 300 tonnes à l’usine de Mbandjock. « Il était important de communiquer sur ces chiffres. Vous avez vu qu’ils sont conformes par rapport à ce que nous avons annoncé. La Sosucam se porte bien, elle produit du sucre, elle mobilise ses ressources et a du stock disponible. Le sucre Princesse Tatie est disponible pour le consommateur camerounais », martèle Jean François Ntsama.

Lire aussi :Sosucam : Alexandre Vilgrain est le nouveau patron

Lui qui indique par ailleurs que la filiale du groupe Somdiaa au Cameroun, ne connait pas de problème de méventes. Ce qui se justifie par la chaine de distribution des cargaisons de sucre qui ne connait d’interruption sur la journée. Un travail de professionnels à mettre sans doute à l’actif de la nouvelle équipe qui trône à la tête de la Sosucam depuis le 1er janvier 2019. Alexandre Vilgrain (président du groupe Somdia), a été nommé président directeur général de Sosucam. Deux directeurs généraux adjoints pour le soutenir : Gilles Drouin en charge des Opérations, et Samuel Libock en charge de la Communication et des Relations publiques.

Daniel NDING

Share.

About Author

Laisser un commentaire