Football professionnel : la Fifa et l’esclavage du football camerounais

0

Après un démarrage qui ressemblait à tout point de vue à un accouchement difficile de la saison 2018/2019 du championnat national de football, c’est désormais depuis  Zurich en Suisse, que l’ordre a été donné de payer le salaire des joueurs de la ligue de football professionnel du Cameroun. Dans une correspondance signée le 18 février 2019, la secrétaire générale de la Fédération internationale de football Association Fatma Samoura, somme la Fédération camerounaise de football de « bien vouloir prendre de manière urgente les mesures nécessaires pour faire en sorte que les salaires et primes dues au joueurs de ces 24 clubs, conformément aux obligations contractuelles pertinentes soient payés à brève échéance. » Comme à un subalterne qui ne mérite aucun respect, la patronne de l’administration de la Fifa ordonne à la Fécafoot : « Vous voudrez bien, à cet égard nous soumettre d’ici le 4 mars 2019, un rapport résumant les mesures que la Fécafoot aura prise dans cette affaire

Esclavagisme

Ce qu’on peut appeler désormais l’affaire des joueurs esclaves, a en réalité été déclenché par un ancien lion indomptable, Gérémi Njitap, en sa qualité de président du Syndicat national des footballeurs du Cameroun (Synafoc). Dans une étude rendue publique récemment, il révélait que 24 des 33 clubs de ligue 1 et 2 ne respectent pas leurs engagements contractuels vis-à-vis de leur joueurs. Les primes ne sont pas payées, les salaires non plus. Gérémi Njitap qui porte aussi la casquette de président de la branche africaine de la Fédération internationale des footballeurs professionnels, a pris le problème à cœur, connaissant très bien quelle peut être la situation des joueurs, étant lui-même passé par là. Après avoir saisi la Fécafoot, il a préféré porter l’affaire directement devant les instances internationales. Lire aussi :Professionnalisation : le coup franc direct du Synafoc

Général Pierre Semengue en mission, Lavoixdukoat.com

Général Pierre Semengue à la tête de la Lfpc.

Et la Fifa qui ne joue pas avec la dimension sociale et humaine des acteurs du football de réagir le 18 février. Ce qui a aussi fait bouger le président de la ligue de football professionnelle, le général Pierre Semengue, avec un communiqué signé le 19 février. Dans ce document, le Général informe l’opinion qu’il est mis à la disposition des clubs professionnelles du Cameroun la somme de 84 millions de francs, soit 3 millions pour chacun des club de ligue 1 et 2 millions pour ceux de la ligue 2, et ce titre d’une première avance de la contribution du gouvernement au salaire des joueurs et encadreurs techniques des clubs professionnelles . Lire aussi :Football professionnel : 84 millions Fcfa débloqués pour calmer le jeu

Navigation à vue

On en est là. Encore l’image du Cameroun trainée dans la boue. Jour après jour, le pays de Roger Milla donne raison à la Confédération africaine de football qui lui a retiré l’organisation de la Coupe d’Afrique de football 2019. Au-delà des infrastructures, l’on voit bien que le pays montre ses limites pour faire fonctionner un simple championnat local. Le pays montre bien aux yeux du monde qu’il règne une cacophonie indescriptible dans la gestion du football, où des instances multiples avec des rôles mal définis se marchent dessus au quotidien, chacune revendiquant des compétences et des pouvoirs, mais aucune ne montrant une volonté réelle de sortir le football de l’impasse. Entre la Fecafoot, le Gouvernement et la Ligue professionnelle de football, qui fait quoi en réalité ? Dans le cas d’espèce, c’est un syndicat qui s’émeut de la situation des joueurs traités comme des esclaves, et saisi la Fifa. La Fifa quant à elle interpelle la Fécafoot, mais c’est la Ligue de football professionnelle qui réagit pour dire que le gouvernement a envoyé un peu d’argent de beignets aux joueurs.

Le démarrage du championnat pour cette saison a déjà  connu beaucoup de retard, les présidents de clubs exigeaient une assemblée générale de la Ligue après la dernière saison, pour faire le point et établir de nouvelles bases. Ce que le président de la Ligue le général Pierre Semengue ne voulait pas entendre, redoutant qu’au cours de cette assemblée il ne soit débarqué de son poste. Il a fallu une réunion tripartite mettant ensemble la Fécafoot, la Ligue et les Club le 3 janvier 2019 au siège de la Fecafoot à Yaoundé pour colmater les brèches et trouver une voie de sortie. Entre autres décisions, il a été convenu de la reprise du championnat le 26 janvier pour la Ligue 1 et le 30 janvier pour la Ligue 2.

Après un démarrage qui ressemblait à tout point de vue à un accouchement difficile de la saison 2018/2019 du championnat national de football, c’est désormais depuis  Zurich en Suisse, que l’ordre a été donné de payer le salaire des joueurs de la ligue de football professionnel du Cameroun

Seidou Mbombo Njoya.

Au cours de cette réunion, la Fecafoot avait surtout décidé d’octroyer une subvention à la Ligue et aux clubs pour le démarrage du championnat, sans en préciser le montant, et tout le monde est sorti de la rencontre en donnant l’impression que les violons étaient désormais accordés et que la balle était désormais au centre.  Sous-entendu que dans les prochains jours on n’allait plus entendre des bruits de mauvais jeu et des tacles par derrière entre les acteurs.

Dignité piétiné                                             

Mais voilà qu’après quelques journées de championnat seulement, les joueurs n’avaient même pas de l’eau à boire aux entrainements, et c’est une fois de plus, une fois de trop, que la Fifa est obligé d’intervenir pour rappeler les Camerounais au respect du minimum élémentaire.  Est-ce finalement de l’extérieur que l’on va venir gérer notre pays, s’est exclamée une dame à la lecture du courrier de Fatma Samoura. Pour combien de temps encore les Camerounais vont rester des enfants aux yeux du monde, incapables de trouver des solutions à leur propres problèmes ? Les Camerounais n’ont-ils plus un minimum de dignité, au point où c’est de l’international que l’on vienne demander de payer les primes des joueurs dans un pays qui se vante d’être une nation de football ? Il est vraiment temps que les Camerounais descendent le miroir du mur et se regardent à l’intérieur, de la tête aux pieds.

Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More