Fêtes de fin d’année : festins au sommet sur la misère du peuple

0

Pendant que les populations continuent de ployer sous le poids de la misère, avec un difficile accès aux soins de santé et des services de base comme l’eau et l’électricité, au sommet de l’Etat et dans les instances dirigeantes on ne se gêne pas pour des dépenses les plus folles.

 

Le 20 décembre 2019, près de 200 malades d’insuffisance rénale, dans un mouvement d’humeur, ont bloqué l’entrée de la plus prestigieuse institution hospitalière  de la capitale politique Camerounaise, l’hôpital général de Yaoundé. Ils dénonçaient la rupture de stocks de dialyse. D’après leurs récits, ils payent 475 000 francs  par mois, ce qui leur donne droit à trois séances de dialyse par semaine, mais jusque-là ils ne pouvaient avoir que deux, ce qui était déjà un problème. Mais en plus de cela, on était arrivé à la rupture totale. A ces ruptures de stocks des kits, il faut ajouter  le nombre des appareils de dialyse, jugé insuffisant par les malades qui se comptent par centaine, pour 20 appareils disponibles selon eux. La conséquence de cette rupture est bien entendu la mort précipitée de certains malades qui ne peuvent supporter de ne pas avoir le traitement.

Un jour avant cela, le 19 décembre 2019, Energy of Cameroun, l’entreprise en charge de la distribution du courant électrique, a rendu public un communiqué à propos de la fourniture approximative du service électrique en cette fin d’année. L’entreprise exprimait à ses clients ses regrets pour les désagréments causés par les coupures des dernières semaines. Elle expliquait surtout que « l’origine de cette situation est la crise aigüe de liquidité qui crée un déséquilibre dans le secteur en général. La conséquence la plus visible se traduit par des difficultés dans l’approvisionnement en fuel des centrales thermiques, entrainant des rationnements dans le réseau interconnecté Sud. » En français facile, les coupures que connaissent les populations sont dus au fait qu’Enéo n’a plus d’argent pour payer le gazole nécessaire à faire tourner les groupes qui qui génèrent l’électricité dans les centrales thermiques, ce qui l’oblige à faire des économies par  le rationnement, c’est-à-dire en coupant l’électricité dans un quartier pour alimenter l’autre et ainsi de suite.

Misère ambiante

Mais à qui Enéo dit-elle qu’elle n’a plus d’argent ? Pas au client lambda en tout cas. Le communiqué public est en réalité un message en direction de l’Etat. A la fin du premier semestre de l’année 2019, le futur ancien directeur général Joël Nana Kontchou, adressait une lettre interne à ses directeurs, faisant état de ce qu’au cours de la moitié qui venait de se terminer, la situation financière s’était fortement dégradée. Il pointait du doigt entre autres les recouvrements des créances en baisse drastique, du fait de l’accumulation des créances sur les sociétés à capitaux publics et l’Etat. D’après le journal économique en ligne investiraucameroun.com, cette dette réclamée à l’Etat et à ses démembrements tournait autour de 100 milliards de Fcfa.

Encore que parler de coupure d’électricité suppose que l’on connait même ce que c’est. Dans certains coins du pays, au 21eme siècle on ne sait même pas à quoi ressemble la lumière produite par le courant électrique, l’éclairage se fait encore de manière archaïque, les plus chanceux ont des lampes torches qui s’alimentent à l’énergie solaire. Dans ces coins également, les enfants continuent à gratter le sol de leurs doigts pour chercher de l’eau, et quand ils ne trouvent pas ils s’abreuvent simplement dans les mêmes nappes d’eaux que les animaux, ils ne savent pas ce que c’est que l’eau potable. Même dans les villes, l’adduction d’eau reste très insuffisante, et les ménages qui ont la chance d’être connectés au réseau de distribution voient le robinet couler en fonction de l’horoscope, personne ne fait un programme en comptant sur l’eau qui sortira du robinet.

L’éducation maternelle et primaire, obligatoire dans les lois camerounaises, ne l’est pas dans la réalité. Les scènes des élèves assis sous les arbres, à même le sol ou sur des morceaux de bois sont fréquentes au Cameroun. Le tableau est plus sombre que cela dans les faits, pour ceux qui regardent le Cameroun réel et non le Cameroun de surface, de l’apparence. Et ces  exemples montrent à suffire que les populations camerounaises sont en cette fin d’année 2019 encore, en incapacité de bénéficier du minimum élémentaire, à savoir l’accès au soin de santé, à l’électricité, à l’eau potable, à l’éducation, faute de financement par l’Etat. Si l’on ajoute à ce tableau la misère désormais installée dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest à cause de la salle guerre, les souffrances des populations du Septentrion encore soumises aux attaques du Boko Haram, il y a de quoi écraser une larme.

L’Etat a plutôt de quoi fêter

La République s’apprête pourtant à fêter, en cette fin d’année. Il est très bien préparé pour cela, et il y a du liquide prévu, ce liquide-là même qu’Eneo réclame comme dette pour continuer à fonctionner. Ce liquide pour festoyer est d’ailleurs la priorité de l’Etat camerounais, avec la bénédiction des députés à l’Assemblée nationale. Par ordonnance 2019 / 001 du 29 mai 2019, le président de la République a modifié le budget de l’exercice 2019, procédant à des coupes des lignes de consommation au profit des lignes d’investissement, mais jusque-là, le budget final à consommer est resté de 1 580 156 000 000 Fcfa, contre 1 311 198 000 000 Fcfa pour l’investissement public. Soit une différence de 268 958 000 000 de plus à consommer.

Avant cette modification, les députés avait prévu dans leur vote un total de 1 666 599 000 000 Fcfa de consommation, contre 1 167 723 000 000 Fcfa d’investissement, soit une différence de 498 876 000 000 Fcfa destinée à la consommation. Comme quoi, au regard de ces chiffres que  Paul Biya a eu pitié des populations pour réduire cette enveloppe de consommation. C’est dire que ce n’est pas faute d’argent que les hémodialysés meurent, que l’électricité est coupé tous les jours, que les enfants de la République boivent la même eau que les animaux,  que les enfants ne vont pas à l’école ou ne peuvent y aller décemment.

La République a même déjà commencé à fêter, sur la misère du peuple. Dans les artères de certaines  grandes villes, les jeux de lumières sont déjà installés sur des routes crevassées ornées par des ordures. Les feux d’artifices se préparent de partout dans le pays à coups de centaines de millions, le 31 décembre de l’alcool va couler à flot dans les résidences officielles des gouvernants lors du réveillon de fin d’année, même si à quelques mètres de là, à l’entrée de l’hôpital, un malade sera en train de mourir faute de dialyse.

Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More