Fédération de Karaté : Lynda Raymonde dénonce la pratique des violences sexuelles

0

Les scandales d’orgies sexuelles au sein de l’équipe nationale camerounaise de karaté ont été dévoilés au grand jour, faisant sortir de sa pénombre la chanteuse Lynda Raymonde. Autrefois athlète au sein de cette fédération, elle a reconnu chez nos confrères d’ABK radio, avoir été victime de ce phénomène.

Le «Rapport sur les violences sexuelles dans le karaté au Cameroun », en circulation sur la toile a créé un véritable choc au sein de l’opinion publique comme le rapportait Lebledparle.com dans un précédent article. Réagissant à ce «grand déballage», l’auteur du tube «forme 0» a affirmé dans un première sortie que ces pratiques ne sont pas inédites dans ce milieu sportif.

 « Les victimes de viol dans la sphère du karaté au Cameroun préfèrent souvent garder le silence », a-t-elle indiqué par l’entremise de sa page Facebook.

Lynda Raymonde en dit davantage  

La chanteuse de bikutsi ne s’est guère limitée à ses premières révélations. Dans la foulée de son post, elle est intervenue sur les antennes d’ABK. Elle dira au cours de sa réaction qu’elle a également fait les frais de harcèlements sexuels lorsqu’elle évoluait en tant que karatéka avec l’équipe nationale.

«Les témoignages que vous avez reçus sont de celles qui n’ont pas cédés…il y a celles qui ont cédé que les ceintures noires n’ont pas voulu exposer dans le rapport et qui avouent qu’elles ont cédé pour pouvoir toucher leur prime», déclare entre autres Lynda Raymonde non sans appeler au triomphe de la justice.

«Il s’agit d’un réseau de responsables à qui les parents confient leurs enfants depuis l’âge de 11 ans, qui sont entrés minimes et qui sont passés de junior à senior…le karaté c’est l’école de la vie… Le karaté doit servir de justice. Il n’est pas question de sabotage. Il est question de harcèlement, séquestration, de tentatives de viol».

Source : Le Bled Parle

Share.

About Author

Laisser un commentaire