Fabrique de Souza : de la pensée à l’action

0

Une dizaine d’intellectuels et chercheurs (écrivains, anthropologues, sociologues, économistes,…) ont été mis à contribution pour réfléchir sur comment donner un cadre de vie nouveau répondant aux besoins des habitants de cette localité. La restitution publique de ces ateliers a eu lieu dimanche 1er décembre à l’Ifc à Douala.

Simon Njami, Felwine Sarr, Hemley Boum, Nadine Machikou, Diego Landivar, Chancia Plaine, Parfait Akana,… étaient face au public en fin d’après midi de dimanche 1er décembre à la médiathèque de l’Ifc de Douala. Au menu, la restitution de leurs travaux sur la Fabrique de Souza. Un laboratoire d’idées et de projets tenu du 28 au 30 novembre 2019 pour cette localité située à 20km de la ville de Douala.

Engagées dans un renouveau de la pensée critique, ces intellectuels et chercheurs de plusieurs domaines ont fait un constat du désastre et la décrépitude dans lesquels le néolibéralisme a plongé la majorité des populations à travers le monde.

«L’économie du monde est en crise et ne répond plus aux besoins de la majorité», déclare Diego Landivar, professeur en économie et humanités numériques. Régie en grande partie par l’économie néolibérale, elle est, d’après cet enseignant d’économie, co-fondateur et directeur du laboratoire Origens Média lab, à l’origine des inégalités structurelles et d’une distribution déséquilibrée de la plus-value, source de misère et de désolation dans lesquelles se retrouvent plusieurs peuples dans le monde. Un mal être qui a fait perdre à plusieurs peuples leurs acquis qui constituaient pourtant les éléments que ce soit sur le plan culturel, structurel et scientifique sur lesquels étaient fondée leur bonheur.

Les fondamentaux qu’essaient de remettre à jour ces  intellectuels et chercheurs en s’inspirent aussi bien des savoirs théoriques que ceux des tradipraticiens, des techniciens et des professionnels pour redonner le goût à la vie et un semblant de prospérité, en y intégrant une gestion écologique.

Un projet assez intéressant pour cette petite ville qui abrite la commune de Bonaléa dans la région du Littoral. Cependant, le public à la fois septique  et impatient de voir le projet aboutir, est appelé à garder son mal en patience. «Nous venons juste de commencer. Donnez-nous au moins le temps de mettre en pratique nos idées», a indiqué à la fin des échanges l’anthropologue Parfait Akana.

Félix ÉPÉE

Share.

About Author

Laisser un commentaire