Élections locales : la problématique de la représentativité nationale

0

Avec les élections annoncées dans les prochains mois, les municipales, les législatives et les régionales, il se pose désormais plus que jamais le problème de la représentativité de la population en général, et des différents peuples qui composent cette la population camerounaise. Contrairement à l’élection présidentielle, au cours de laquelle le pouvoir est transféré entièrement à une seule personne, les autres élections quant à elles donnent lieu à un transfert de pouvoir à la base à plusieurs personnes qui représenteraient les différents peuples dans différentes instances. En principe, dans le conseil municipal d’une commune donnée, devraient se retrouver les représentants de toutes les composantes sociologiques qu’on puisse trouver dans cette commune. Et le nombre de conseillers est alors fonction du nombre de la population, plus elle est nombreuse, plus le nombre des conseillers sera aussi élevé.

Caducité dans les communes

Pour les trois scrutins à l’horizon, le nombre de conseillers par région est déjà défini, même de manière contestable par la loi 1047/Pjl/An qui vient d’être adoptée par l’Assemblée nationale. Le nombre des conseillers municipaux et des députés est aussi connu, mais a été fixé sur des bases qui paraissent à tout point de vue obsolètes de nos jours.

S’agissant  des conseillers municipaux d’abord, l’article 24 de la loi n° 2004/018 du 22 juillet 2004 fixant les règles applicables aux communes détermine les sièges  ainsi qu’il suit : 25 conseillers pour les communes de moins 50 000 habitants, 31 conseillers pour une population entre 50 000 et 100 000 habitants, 35 conseillers pour les communes dont les populations sont comprises entre 101 000 et 200 000 habitants, 41 conseillers pour les communes de 200 001 à 300 000 habitants et 61 conseillers pour les communes de plus de 300 000 habitants. L’alinéa 2 de cet article précise que « le recensement officiel de la population précédant immédiatement les élections municipales sert de base pour la détermination par voie réglementaire du nombre de conseillers municipaux par commune, conformément aux dispositions de l’alinéa (1). »

Lire aussi :Elections régionales 2019 : l’enjeu des dates (2)

Dans la ville de Douala par exemple, la commune de Douala IV  compte 41 conseillers municipaux. Créée en 1987, le nombre de 41 sera fixé par le décret numéro  2007/118 du 25 avril 2017. En restant dans l’esprit de la loi, on peut déjà se demander sur quelle base ce chiffre a été arrêté, puisqu’en 2007 le résultat du 3eme recensement général de la population réalisé en 2005 n’était pas encore connu. Et si l’on admet qu’à cette date la commune comptait effectivement 300 000 habitants ce qui justifie le nombre de 41 conseillers, on ne peut pas dire que 12 ans plus tard la population est la même, alors que le taux de croissance attribué au Cameroun par la Banque Mondiale est de 2.6% par an.  Il en est de même pour la commune de Douala IIeme créée la même année, et jusqu’à ce jour conserve le nombre de 41 conseillers également fixé par le décret de 2007.

Avec la population qui croit constamment, toutes les communes se retrouvent aujourd’hui dans la même situation. Ce qui veut dire que pour coller à la réalité le nombre des conseillers municipaux dans les communes devraient logiquement être revu à la hausse, en prélude aux élections municipales futures. Le même problème se pose d’ailleurs au niveau du nombre des députés à l’Assemblée nationale.

Comment comprendre que les députés de la Nation soient en train de se tourner les pouces en ce moment au Cameroun, avec tous les problèmes qui minent la société ? Les députés ne peuvent-ils pour une fois dans l’histoire avoir de la compassion pour le peuple qu’ils prétendent représenter, et être un peu regardant sur ce qu’ils laissent passer comme loi ? A quoi sert l’Assemblée nationale si tous les projets de loi du gouvernement doivent y passer comme s’ils n’existaient pas ? Dans ce mode de fonctionnement, ne serait-ce pas judicieux de dissoudre purement et simplement cette institution ? Cela permettrait au moins de faire des économies : en temps parce que les projets de lois sortis de la présidence seront directement transformés en loi (…)

L’Assemblée nationale.

Représentativité hasardeuse à l’Assemblée nationale

Au terme du décret n° 2013/222 du 3 juillet 2013 portant répartition des sièges par circonscription électorale à l’Assemblée Nationale, la région de l’Adamaoua compte 10 députés, le Centre 28, l’Est 11, l’Extrême Nord 29, le Littoral 19, le Nord 12, le Nord-Ouest 20, l’Ouest 25, le Sud 11 et le Sud-Ouest 15, pour un total de 180. D’après les résultats du 3eme recensement général de la population rendus public en 2010, la région du Centre comptait 3 098 440 habitants, et la région du Littoral 2 510 283 habitants. Avec 28 députés pour la région du Centre, cela fait donc un député pour 110 644 habitants, alors que dans le Littoral, avec 19 sièges on en est à un député pour 132 120 habitants. Dans la région du Sud, avec 634 855 habitants et 11 députés, le  quota est d’un député pour 57 714 habitants, alors que dans le même temps le Sud-Ouest avec 1 318 079 habitants   et 11 sièges, fait un député pour 119 825 habitants. Le quota le plus élevé se retrouve dans la Région du Nord, qui avec ses  12 députés et 1 687 859 habitant, se retrouve avec  un député pour 140 654 habitants.

Les disparités sont énormes en somme, pour ce qui est de la distribution des sièges de députés à l’Assemblée nationale. Suivant quelle logique devrait-on avoir un député pour 57 000 habitants dans une région, et dans une autre un député pour presque 3 fois plus de nombre d’habitants ? Doit-on comprendre que les populations de certaines régions valent plus que d’autres ? Si par extraordinaire l’argent des micro-projets parlementaires bénéficiait effectivement aux populations, on se retrouverait dans un cas de figure où pendant  qu’un habitant bénéficiait d’un projet de 57 francs dans le Nord, dans l’Adamaoua ce serait 91 FCfa pour un habitant et 138 F pour un habitant de la Région du Sud.

Nécessaire réparation

Tous les Camerounais sont égaux en droit et en devoir, nous rappelle la Constitution. Ce qui voudrait dire que si un député représente 20 personnes dans une région, son collègue ne devrait pas représenter 40 voire 50 personnes dans une région. Autrement dit le gouvernement serait en train d’instituer lui-même l’injustice au sein des populations. Cette situation presqu’inaperçue n’a que trop duré, et le pouvoir qui cherche à rassurer la population  et instaurer un climat de confiance devrait commencer par redéfinir le nombre des députés par régions et des conseillers municipaux par commune avant les élections législatives et municipales, si tant est que les populations doivent se sentir concernées, à moins que le développement que l’on dit vouloir impulser à la base dans le cadre de la décentralisation ne soit une fois de plus qu’un slogan politique.

Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More