Education : l’école entre les mains des commerçants

0

La vocation de l’éducation est-elle de s’enrichir ou de participer à l’édification de l’homme ? Cette question vaut la peine d’être posée au Cameroun, dans un contexte où les promoteurs des établissements scolaires privés, profitant de ce terrain laissé en friche par une gouvernance hasardeuse, ont trouvé dans le secteur de l’éduction une niche d’investissement d’où ils voudraient tirer le maximum de profit en donnant le moins possible. Tous les élèves de ces établissements privés qui vont en congés à la fin de l’année scolaire, reçoivent annexées à leurs bulletins, des fiches de renseignement donnant des informations sur les inscriptions de l’année suivante. Presque toujours, les parents se rendent compte que les frais de scolarités sont revus à la hausse.

Prix hors de portée
De nos jours, on trouve sur le territoire camerounais des établissements scolaires privés où les frais vont au-delà de 600 000 Fcfa, partis de 50 000 Fcfa. S’appuyant en effet sur la porte ouverte dans loi n° 004/022 du 22 juillet 2004 fixant les règles relatives à l’organisation et au fonctionnement de l’enseignement privé au Cameroun, qui dit à l’article 21 alinéa 1 que «les taux de frais de scolarité des établissements libres sont fixés par le fondateur». Chaque année, les promoteurs trouvent des prétextes pour augmenter les coûts, sans que cela ne soit soutenus par autre chose que du superflu et des accessoires inutiles.
Superflus publicitaires du genre « personnel de qualité et à la pointe. » Pourtant, non seulement il est difficile de voir ces promoteurs respecter les dispositions de l’article 16 de cette loi qui stipule à l’alinéa 4 qu’un établissement scolaire ou de formation privé ne peut, en aucun cas, fonctionner avec un quota de personnel enseignant vacataire supérieur à 40 % de l’effectif global des enseignants. En plus, il est rare de voir un promoteur d’établissement scolaire organiser des séances de formation ou des ateliers de remise à niveau au bénéfice des enseignants. Nous parlons là des séances de recyclage faite par des cabinets agréés soit en développement personnel soit en utilisation de l’outil internet, pas de séance de spiritisme où le promoteur rassemble les enseignants plus diplômés que lui dans une salle et fait le savant et racontant combien de fois il consent des efforts pour honorer ses engagements salariaux.

Lire aussi :Education/Secteur privé : L’enseignement vaut de l’or

Le fond reste le même
1+1 est égal à 2 et le restera, que cela soit enseigné aux élèves par un enseignant blanc ou jaune, dans une salle de classe au sol recouvert de marbre ou de simple béton. L’élève utilise le manuel scolaire inscrit au programme par le ministère concerné. Le contenu du livre ne change pas parce que les frais de scolarité sont plus élevés dans un établissement. La mission de l’éducation est dévolue à l’Etat et est son rôle régalien. L’article 3 de la loi sus-cité dit que « Les établissements scolaires ou de formation privés poursuivent les mêmes objectifs que ceux assignés aux établissements scolaires ou de formation publique, A ce titre, ils appliquent les programmes officiels ou autonomes dûment agréés et préparent aux diplômes correspondants. » Si l’on comprend que l’Etat ne peut pas tout faire, cela ne veut pour autant pas dire qu’il devra laisser l’anarchie s’installer dans le domaine.
Promotion de l’exclusion par l’absence de régulation
Autant l’Etat a fixé un standard et un certain nombre de conditions à remplir pour ouvrir une école primaire, un collège d’enseignement secondaire général, technique ou polyvalent, un institut privé d’enseignement supérieur, autant il peut fixer un seuil à ne pas franchir pour ce qui est des frais de scolarité. Cela n’a aucun sens qu’un élève inscrit en classe de terminale au lycée paye 8 500 francs de frais exigible, tandis que son camarade du même niveau d’études paie 300 000 frs de scolarité dans un collège privé tout à côté. Cela n’a aucun sens qu’un élève de la classe du cours élémentaire 2eme année inscrit dans une école primaire publique paie 1500 Fcfa de frais d’inscription et en principe pas de frais de scolarité, tandis que son camarade à l’école privé « le grand tantampion » paie 150 000 Fcfa.
Cela contribue seulement à creuser le fossé dans la société, créer des classes sociales et renforcer le sentiment d’exclusion au sein de la jeunesse grandissante. Cela permet surtout d’exclure une bonne partie de la population du système éducatif. Il n’est un secret pour personne que les Camerounais en grande majorité vivent dans la pauvreté. Dans une situation pareille, que deviennent les enfants qui n’ont pas eu la chance d’être déclarés admis au concours d’entrée en 6eme au lycée, et dont les parents n’ont pas 250 000 pour l’inscrire dans un établissement privé ?

Lire aussi :Education : violence à l’école comme reproduction de la société

Décrochage scolaire
Il ne leur reste pas beaucoup de choix que le décrochage scolaire, c’est-à-dire une sortie définitive ou temporaire du système éducatif. Pour faire quoi ou pour devenir quoi ? Les plus chanceux se retrouvent dans le garage de papa ou de l’oncle, l’atelier de soudure du cousin, la boutique du frère au marché ou le champ de la grand-mère. D’autres qui n’ont pas qui suivre se retrouvent dans le commerce à la sauvette où ils vendent avec plateaux et cartons sur la tête. Il est fréquent en effet de rencontrer des jeunes filles de 12 ans en pleine année scolaire avec des beignets sur la tête, qui arpentent les rues, et répondent à ceux qui demandent pourquoi elles sont là qu’elles n’ont pas eu le concours d’entrée en 6eme et les parents n’avaient pas d’argent pour payer la scolarité au privé. Une dernière catégorie se retrouve simplement dans la rue, ou à errer oisivement dans les quartiers sans repères, exposés à toute sorte de danger ou de tentations passives ou actives.
Il est temps que l’Etat reprenne conscience du rôle de récupération et d’occupation de la jeunesse que joue l’éducation scolaire. Faute de pouvoir ouvrir des écoles pour tous les jeunes, il ne devrait pas abandonner cette jeunesse entre les mains des commerçants pour qui les élèves sont plus des clients que des êtres humains à éduquer.
Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More