Dr. Ginette Youatou : «Les malades d’Alzheimer chez nous sont confondus aux sorciers»

0

Médecin, consultante en gériatrie et membre du bureau de l’Association comprendre la maladie d’Alzheimer, Docteur Ginette Youatou revient sur la conférence de presse organisée mardi 17 septembre dernier en prélude à la 26èmejournée mondiale consacrée à cette pathologie.

Vous venez de tenir une conférence de presse sur la maladie d’Alzheimer en prélude à la 26ème journée mondiale liée à cette maladie. C’est quoi l’Alzheimer ?

La maladie d’Alzheimer est une maladie du système nerveux qui entraîne le dysfonctionnement et la mort progressive des neurones.

Quel est l’état de cette maladie au Cameroun ?

Actuellement, nous n’avons pas de statistiques sur la maladie d’Alzheimer au Cameroun. Plusieurs personnes ignorent encore ou ne sont pas informées de cette pathologie chez nous. Les malades sont très souvent confondus aux sorciers (communément appelés avions de nuit) ou aux personnes victimes d’envoûtement. Sur le plan clinique, cette pathologie n’est pas encore reconnue comme une maladie en tant que tel au Cameroun. Ce qui ne permet pas d’avoir les signes sur cette maladie. Néanmoins, au niveau de l’Afrique,  le taux de prévalence lié à cette maladie est de 8% sur 33 millions de malades dans le monde avec 7 millions de nouveaux cas par an.

Comment se manifeste-t-elle ?

C’est une maladie qui évolue très sournoisement. Au début, elle n’est pas facilement reconnue. Le diagnostic peut être tardif. Elle a quatre grandes caractéristiques. La première, la plus importante est la perte de  la mémoire. La personne oublie de plus en plus. Elle oublie surtout les faits récents. Elle peut se souvenir des faits d’il y a 40 ans mais oublier ceux d’hier ou d’avant-hier ou  la personne avec laquelle elle est en train de parler à l’instant.

Deuxièmement, le manque de reconnaissance. Reconnaissance des personnes, des objets, des formes.  La personne n’arrive plus à reconnaître son propre fils, ni ses frères et sœurs. Troisièmement, la perte des mouvements. La personne n’arrive plus à faire les mouvements dont elle avait l’habitude au quotidien comme prendre un verre d’eau, fermer ses boutons, peigner ses cheveux. Et la dernière caractéristique est la perte de la capacité à s’exprimer et comprendre le langage.

Qu’est ce qui est à l’origine de cette maladie ?

Les causes de cette maladie sont multiples. Les principaux sont l’hypertension artérielle et le diabète. Les personnes atteintes de ces maladies sont susceptibles de développer facilement la maladie d’Alzheimer. Il y a aussi le mode de vie malsain caractérisé par la sédentarité, l’obésité, le manque d’activités physiques et intellectuelles, le tabagisme, l’alcoolisme et les facteurs génétique.

Comment faire pour se protéger de cette pathologie ?

La prévention est relativement simple. Il s’agit d’adopter un mode de vie sain, en faisant beaucoup d’activités physiques. L’activité physique protège le système nerveux. Il faut manger les aliments riches en fruits, légumes, protéines et graisses de bonne qualité. Toujours garder le cerveau en état de travail en stimulant intellectuellement. Éveiller son esprit et se cultiver. Ça aide à rester en bonne santé. Surtout avoir des comportements qui permettent de préserver une bonne hygiène de vie.

Quel est donc le rôle de l’ACMA,  l’association dont vous êtes une des membres  par rapport à cette pathologie ?

Justement, notre association à pour but de mettre sur pied une banque de données avec toutes les statistiques liées à cette maladie. L’autre objectif est de sensibiliser et de relever le niveau de connaissance de la maladie d’Alzheimer auprès des populations.

Votre plan d’action est la sensibilisation. Sur quoi est-elle axée ?

Notre sensibilisation va d’abord au personnel soignant. C’est lui qui doit mieux connaître la maladie afin de contribuer aux statistiques et à la prise en charge de la maladie. Ensuite aux familles des malades. Et la plupart  des familles nous les touchons à travers les établissements scolaires (élèves de la classe 2nde à Terminale), les lieux de rassemblement (lieux de culte) et les associations qui nous ouvriront leurs portes. Si vous avez un parent ou un membre de la famille qui manifeste les signes de perte de mémoire et autres symptômes que  nous vous avons cité plus haut, n’hésitez pas de vous rapprochez de nous. Nous saurons vous accompagner.

Entretien avec Félix ÉPEE

Share.

About Author

Leave A Reply