Commémoration : la Pâques ou la souffrance comme passage obligé pour l’humanité

0

La communauté chrétienne commémore ce 19 avril 2019 le Vendredi Saint, qui marque le jour de la crucifixion et de la mort de Jésus-Christ. Il est également considéré comme précédant le dimanche de Pâques, qui elle célèbre la résurrection du messie crucifié 2 jours plus tôt. Symboliquement, cette journée est en réalité celle de la célébration de la souffrance, qui parait finalement comme la raison d’être ou le fil conducteur de toute l’histoire chrétienne. Une souffrance finalement sublimée et qui parait être le prix à payer pour tous ceux qui croient en Dieu, Jésus lui-même ayant servi d’exemple.

La souffrance au début de l’évangile

Présenté et reconnu par une bonne partie de la population comme le sauveur, le Christ de Nazareth a été condamné pour subversion, c’est-à-dire accusé d’être un opposant au régime établi de son époque. Il refusa de s’en défendre pourtant. Le Sanhédrin, qui était l’assemblée législative traditionnelle et en même temps le tribunal suprême l’ayant condamné à une peine mortelle, il fut torturé et cloué sur une croix, avec deux bandits, sur la montagne des crânes, plus connue du nom de Golgotha. Son histoire est racontée dans la deuxième partie de la Bible appelée nouveau testament, qui se veut être une collection de récits attribués à ses 12 disciples, et à un ancien persécuteur du nom de Saül de Tarse, reconverti sur la route de Damas et qui s’est rebaptisé Paul.Les auteurs du nouveau testament ont été dans l’ensemble martyrisés aussi, après avoir été persécutés et emprisonnés dans différentes nations où ils s’étaient rendus pour prêcher la bonne nouvelle du Christ. Un peu comme si suivre Jésus était devenu un pacte avec la souffrance. Et c’est dans les prisons où en captivité qu’ont été rédigé les matériaux essentiels des textes aujourd’hui rassemblés et édités dans la collection des livres du nouveau testament. Un blogueur sur internet, dans un article intitulé « Les terribles martyrs des 12 apôtres, les pères de l’église… ! », revient sur ces souffrances.

La douleur comme essence de tout engagement

Matthieu a souffert le martyre en Ethiopie, et a été tué par une blessure d’épée. Marc est mort à Alexandrie, en Egypte, après avoir été traîné par des chevaux dans les rues jusqu’à ce qu’il rende l’âme. Luc a été pendu en Grèce à la suite de son énorme prédication aux perdus. Jean a été bouilli dans un énorme bassin d’huile lors d’une vague de persécution à Rome. Après avoir miraculeusement résisté à la mort suite cette épreuve, il a été alors condamné aux mines sur l’île prison de Patmos, où il a écrit son livre prophétique de l’Apocalypse.

Libéré plus tard, il est retourné servir comme évêque d’Edessa dans la Turquie moderne. Finalement emporté par la vieillesse, il est le seul apôtre à mourir pacifiquement. Pierre de son côté a été crucifié à l’envers sur une croix en forme de X. Selon la tradition de l’église, c’est parce qu’il a dit à ses bourreaux qu’il se sentait indigne de mourir de la même manière que Jésus-Christ était mort. Jacques, chef de l’église de Jérusalem fut jeté à cent pieds au-dessus du pinacle sud-est du Temple quand il refusa de nier sa foi en Christ. Quand on découvrit qu’il avait survécu à la chute, ses ennemis décidèrent de le battre à mort avec une sorte de marteau. Jacques le Fils de Zébédée était un pêcheur et vendeur de poisson quand Jésus l’a appelé à une vie de ministère. En tant que chef puissant de l’église, il a été décapité à Jérusalem. L’officier romain qui le gardait le regarda, étonné de la manière dont il avait défendu sa foi à son procès. Plus tard, il marchait près de lui jusqu’au lieu de l’exécution, et fini par se convertir et déclarer sa nouvelle foi au juge, s’agenouilla à côté de Jacques pour se faire décapiter comme un chrétien.

Lire aussi :Religion / Vendredi Saint : route obstruée à Yaoundé

Barthélemy, aussi connu sous le nom de Nathanaël était un missionnaire en Asie. Il témoigna du Seigneur en Turquie actuelle, fut martyrisé pour sa prédication en Arménie où il fut écorché à mort par un fouet. André lui a été crucifié sur une croix en forme de X à Patras, en Grèce. Après avoir été fouetté sévèrement par sept soldats, son corps fut attaché à la croix avec des cordes pour prolonger son agonie. Ses disciples ont rapporté que, lorsqu’il fut conduit vers la croix, il l’a salué en disant qu’il avait longtemps désiré et attendu cette heure heureuse, la croix ayant été consacrée par le corps du Christ suspendu sur elle. Il continua alors à prêcher à ses bourreaux pendant deux jours jusqu’à ce qu’il ait expiré.Thomas lui a été poignardé avec une lance en Inde pendant un de ses voyages missionnaires pour établir l’église dans le Sous-continent. Jude a été tué par des flèches quand il a refusé de nier sa foi en Christ, Matthias, l’apôtre choisi pour remplacer le traître Judas Iscariot, a été lapidé puis décapité. Enfin Paul ou Saül de Tarse, a été torturé puis décapité par l’empereur à Rome en l’an 67. Il a enduré une longue prison, ce qui lui a permis d’écrire ses nombreux Épîtres aux églises qu’il avait formées tout au long de l’Empire romain.

La vérité persécutée

Voilà le sort qui a été réservé à Jésus le Sauveur, et à ses disciples. Une vie de souffrance. La spécificité ici c’est que cette souffrance découlait simplement de ce qu’ils avaient tous envie, d’après les récits, de porter la bonne nouvelle qui pourrait sauver le peuple. Mais ils ont toujours eu devant eux des hommes et femmes qui pour défendre un système établi, se sont dressés comme obstacle, et ont usé de leur position de pouvoir pour trouver des motifs à les coller et les envoyer à la pitance. Cela existe depuis les temps immémoriaux, et dans la commémoration annuelle du Vendredi Saint qui rappelle que la souffrance est un passage obligé pour l’humanité, il y a de quoi rafraichir la mémoire d’une société devenue amnésique, dans laquelle tout le monde veut aller au paradis…mais personne ne veut mourir

Bonne fêtes de Pâques!

Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire