Campagne électorale : le meeting et les électeurs

0

Le meeting et les électeurs, c’est ainsi qu’on peut caricaturer l’ambiance des premiers jours de campagnes électorale pour l’élection présidentielle du 7 octobre prochain. Les foules que drainent les candidats au fils des descentes, l’accueil et la chaleur des populations, font entrevoir déjà des victoires à l’issue du scrutin, et soulève en même temps le problème de la participation au vote. Les personnes qui constituent les foules sont-elles celles qui iront voter ? « Est électeur, toute personne de nationalité camerounaise, sans distinction de sexe, âgée de vingt (20) ans révolus, inscrite sur une liste électorale et ne se trouvant dans aucun cas d’incapacité prévue par la loi. », selon l’article 45 du code électoral.
Entre faire foule et être électeur…
Cet article de la loi, quoique contesté de tout temps par les partis politiques de l’opposition et la société civile, à cause de la restriction imposée aux jeunes de 18 ans, est celui qui reste pour le moment applicable : toute personne qui n’est pas inscrite sur une liste électorale ne peut pas voter, il n’a même pas le droit de s’approcher d’un bureau de vote, n’ayant rien à y faire. Et comme le jour du vote toutes les activités sont à l’arrêt, boutiques fermées, voitures et motos garées, tous ceux en âge de voter qui ne se sont pas inscrits sur une liste électorale, n’ont rien à faire dehors, ils doivent rester chez eux. Ce jour-là en somme, ceux qui ne peuvent pas voter doivent en quelque sorte avoir l’impression d’être inutiles pour la nation. Ceci est rappelé pour souligner l’importance d’être inscrit sur une liste électorale, et faire comprendre à ceux qui pour quelques raisons que ce soit ne se sont pas inscrits sur la liste électorale quand il était encore temps, qu’ils ont commis une grave erreur. Ils doivent se rendre compte aujourd’hui que le pays est en train de prendre un tournant important de l’histoire à l’occasion de cette élection présidentielle, et qu’ils ne sont pas de la partie.

Malgré un arrêté d’interdiction, Maurice Kamto a rassemblé une foule immense sur deux sites différents de la capitale économique.

Au meeting du Mrc à Bonabéri.

Participer aux mouvements de foule sans être en mesure de prendre part au vote le moment venu, c’est comme se précipiter dans un champ de guerre les mains nues, dépourvue de l’arme, qui dans le cas d’une élection est la carte électorale, le récépissé d’inscription ou tout au moins une certitude d’être inscrit, même si la carte est momentanément introuvable. Il est vrai qu’il existe une communauté de personnes, convaincues pour des raisons religieuses qu’il ne sert à rien de voter. Mais là c’est un autre débat, puisque les membres de cette communauté font pourtant recours aux élus pour leurs actes d’état civil.
L’universalité du vote
A côté de ceux qui font foule et qui se sont délibérément mis hors course en refusant de s’inscrire sur une liste, il y a d’autres Camerounais qui vont malgré eux, assister impuissants aux évènements du 7 octobre. Le sentiment d’exclusion des élections concerne aussi aujourd’hui hélas, les déplacées internes du fait de la crise anglophone. Estimés à 200 000 aujourd’hui par un candidat, ils ne pourront pas voter, ce qui posera au passage le problème de l’universalité du vote.
D’après l’analyste politique et journaliste Jean Baptiste Sipa, tous ceux qui sont habiletés par la loi à voter doivent accéder au vote. S’ils ne peuvent pas y accéder du fait d’une force extérieure, le scrutin ne peut pas être dit universel, et c’est ce qui est redouté en ce moment en ce qui concerne l’élection du 7 octobre. A l’en croire, la situation sécuritaire dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest va en s’aggravant, et va faire en sorte que de nombreux électeurs ne puissent pas accéder au vote parce qu’ils ont quitté le chez eux et sont empêchés physiquement de voter. Et de relever que pour une élection présidentielle, on a une seule circonscription électorale constitué de 10 régions pour ce qui est du Cameroun. Si sur les 10 régions il y a une, deux ou même un demi qui ne peut pas accéder au vote, cela voudra dire que le vote n’est pas universel, et en tout temps il est reconnu que c’est l’universalité du vote qui lui donne une légitimité. Pour le cas d’espèce poursuit l’analyste, conduire les élections en excluant les parties anglophones comporte un risque de valider implicitement la logique de partition du pays. « Je ne crois pas que ce soit la meilleure manière d’organiser une élection qui consacre la cohésion d’une nation », conclut-il.
Exclus du vote malgré eux
Mais que peuvent y faire ces déplacés internes ? Rien du tout en ce moment. La participation aux meetings en masse est la seule issue qui leur reste pour se donner l’impression d’exister dans ce contexte, une sorte de guérison interne d’un mal profond qu’ils vivent mal, et malgré eux. Ces déplacés internes sont plus présents dans les villes le long la route nationale numéro 5, le corridor ouest du pays, de Douala à Mbouda en passant par Dschang et Bafoussam. Ils participent aux meetings avec beaucoup de passion, tout en regrettant intérieurement de ne pouvoir faire plus, parce qu’ils ne le peuvent pas.
De leurs côté, les candidats ne doivent pas se laisser tromper et confondre les foules à l’électorat. Dans l’histoire des élections au Cameroun, il y a des candidats qui se sont laissés bercer par ces foules, mais qui se sont retrouvés avec un score de moins de 2% à l’issue des élections. Les candidats de cette année doivent en tirer des leçons et retenir que le succès d’un ou de plusieurs meeting n’est pas la réussite à l’élection.
Roland TSAPI

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More