Antoine Bisaga : «Le problème du financement se pose»

0

Dans cet entretien, le Préfet du département de l’Océan revient sur les défis au développement économique de la ville de Kribi.

Dans cet entretien, le Préfet du département de l’Océan revient sur les défis au développement économique de la ville de Kribi. "Les défis qui attendent la ville sont nombreux. Notre ville, parce que industrielle, touristique, demande par exemple que le Port soit étendu. Nous avons une deuxième phase"

Antoine Bisaga.

Que représente la construction de la nouvelle station de traitement d’eau potable pour la ville de Kribi ?

Ce projet est une aubaine pour la ville. Elle a déjà pris une nouvelle forme en termes d’extension et aujourd’hui, les populations souffrent énormément des problèmes d’approvisionnement en eau. Cette station vient apporter un grand soulagement. Nous sommes très contents. C’est un bonheur pour l’année 2019 et les populations de Kribi. Nous devons dire aux populations que c’est une société d’Etat. Elle ne pourra survivre que si ces populations payent leurs factures pour que l’Etat soit à mesure d’assurer la maintenance, d’améliorer le système d’approvisionnement. Il faut saluer cette action du chef de l’Etat parce que nous ne nous y attendons pas aussi rapidement. Nous disons merci au chef de l’Etat et lui souhaitons une bonne chance avec ce nouveau mandat qui s’ouvre. Lire aussi :Hydraulique : Kribi dispose désormais d’une deuxième station de traitement d’eau

Quels sont les défis qui attendent la ville de Kribi pendant ce septennat du président Biya ?

Les défis qui attendent la ville sont nombreux. Notre ville, parce que industrielle, touristique, demande par exemple que le Port soit étendu. Nous avons une deuxième phase qui devrait commencer et qui ne l’est pas encore. Les populations attendent parce qu’il va résorber beaucoup de chômage. Nous attendons aussi que l’autoroute soit achevée, que les liaisons entre Ebolowa et Kribi soient fluides, avec la création d’une route bitumée. Je peux déjà vous annoncer que l’Etat a pris une décision, en déclarant d’utilité publique cette route. Je vais donc procéder à l’évaluation des biens, ce qui est un très bon signe pour dire que la route va suivre très bientôt. Les attentes aussi c’est que la ville prend de l’ampleur, et l’habitat est compliqué. Il est difficile de louer une maison à Kribi. Il faut des logements sociaux pour que tous ceux qui viennent puissent trouver où dormir. Il faudrait d’avantage assurer cette ceinture agricole, parce que la ville qui s’accroît devrait vivre. Il faudrait donc que la périphérie soit à mesure de fournir de la nourriture à la ville. Voilà les grands défis. Pour le vivre-ensemble, c’est une leçon chez nous. Les autres villes pourraient venir prendre des cours ici.

Quel rôle devra jouer la population dans le développement de la ville parce qu’on a comme l’impression que la jeunesse de Kribi n’aime pas entreprendre?

La réalité c’est que tout se passe comme si on a été surpris par la dimension que prend la ville. C’est comme si les gens se réveillent du sommeil pour se rendre compte que c’est donc vrai, ce qui était programmé. Et maintenant il faut réajuster les comportements. C’est ce temps d’hésitation que  nous connaissons. Mais déjà, on commence à constater des premiers pas pour que les populations prennent leur destin en main, que les jeunes prennent des initiatives, et qu’il y ait maintenant des financements. Vous savez que le problème du financement se pose aussi parce que les populations ici avaient pris comme activité principale la pêche. Or la pêche ne produit plus grand-chose parce que l’exploitation de la mer par des plateformes fait que le poisson se raréfie vers les côtes. Il faut aller loin, et ils n’ont pas l’équipement pour le faire. Il faut donc se retourner vers la création de petites activités génératrices de revenus. C’est dans cette phase que nous nous trouvons et je pense que dans les années à venir, ce que vous trouvez comme lacune sera déjà comblé.

Les entreprises chinoises sont très impliquées dans la construction des infrastructures à Kribi : Port en eau profonde de Kribi, financement de l’usine de l’eau… Quelle relation ces entreprises chinoises entretiennent-elles avec la population ?

Il y a eu des étapes dans cette relation. Ça a été très difficile au début parce que c’est deux mentalités différentes. Le Chinois ne comprenait pas toujours grand-chose de notre perception de la vie humaine et ça nous a fallu beaucoup de travail je vous assure. J’ai tenu des dizaines de vingtaine de réunions pour dire à nos partenaires que chez nous le travail n’est pas un ring de boxe, il y a des droits à respecter. Nous sommes arrivés après une longue lutte à ce qu’ils acceptent notre législation du travail. Aujourd’hui, les relations sont même amicales dans une certaine mesure.

Entretien avec Valgadine TONGA

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More