Accaparement des terres : des peuples autochtones Bagyeli disent non à Biopalm

0

Un décret présidentiel de Décembre 2018 autorise l’Etat à louer plus de 18 mille hectares de forêts à la société agro-industrielle Biopalm pour la production du palmier à huile, au détriment des droits des communautés autochtones Bagyeli du département de l’Océan.

Dans la région du Sud, l’Etat vient d’être autorisé à conclure un contrat de bail d’une parcelle de 18 mille hectares de forêts pour une durée de 50 ans renouvelables, avec la société PALM RESSOURCES CAMEROON S.A (Biopalm). C’est la substance du décret Présidentiel N°2018/736 du 04 Décembre 2018. Selon le décret, la parcelle louée en vue de la création d’une plantation agro-industrielle de palmier à huile, se trouve à « Gwap, Nkollo et Bella »dans l’arrondissement de la Lokoundje, Département de l’Océan.

Informé des limites géographiques de la société agro-industrielle, l’un des leaders Bagyeli du département de l’Océan sillonne les différents campements Bagyeli pour sensibiliser la communauté.

La nouvelle relative à Biopalm sonne comme une « condamnation à mort » pour les Bagyeli, comme l’affirme celle que nous avons choisi d’appeler Pauline pour des raisons d’anonymat, membre de l’association des représentants Bagyeli de l’Océan. « Si l’Etat nous enlève la forêt, il nous a enlevé la vie. Chez nos frères à Kilombo (dans l’arrondissement de la Lokoundje où sont situées les plantations de Socapalm) par exemple, les communautés n’ont plus où faire les champs, la chasse et autres, à cause des palmeraies. Si nous acceptons la palmeraie, cela signifie que nous sommes morts ».

Pour Virginie Ngo Woulè, femme autochtone Bagyeli de Gwap, l’arrivée de Biopalm compromet l’avenir des fils et filles Bagyeli. « Si ce projet entre ici, notre forêt va disparaître. Ils [Biopalm] vont arracher nos terres. Cette histoire de palmeraie : nous n’avons pas besoin d’elle. Nous voulons ce qui sécurise notre forêt.», explique Virginie.

Les communautés autochtones Bagyeli entendent parler de Biopalm depuis 2012, suite au décret N°2012/168 du 28 Mars 2012 portant attribution en concession provisoire à la société Biopalm deux dépendances du Domaine National d’une superficie globale de 3.348 hectares sises au lieu-dit « Bella ». D’après le décret, seul le village « Bella » était concerné par le projet du palmier à huile de Biopalm.

Un fait apparemment éloigné survient des mois plus tard. Le Premier ministre Camerounais signe le Décret N°2012/3509/PM du 01er Novembre 2012 portant désaffectation d’une parcelle de forêt relevant du Domaine Privé de l’Etat. Du décret, les communautés apprennent que « la parcelle de forêt désaffectée située dans l’arrondissement de la Lokoundje, couvre près de 21.552 hectares et est désormais affectée à la production agricole ».

La partie résiduelle de ce Domaine Privé de l’Etat évaluée à 104.016 hectares, quant à elle, demeure affectée à la production du bois d’œuvre.  On aboutit ainsi à la modification des limites de l’Unité Forestière d’Aménagement (UFA) N°00 003. Ayant auparavant appartenu à MMG (Mba Mba Gregoire), cette UFA appartient maintenant à la Compagnie Forestière de Kribi CFK.

La parcelle désaffectée recouvre les 4 villages abritant des peuples autochtones Bagyeli à savoir Gwap, Nkollo, Mounguè et Bella.

Mais jusqu’ici, les communautés ne font aucun lien entre Biopalm et la nouvelle désaffectation de forêt. Au contraire, elles espèrent que la parcelle désaffectée sera octroyée aux communautés.

Les forêts communautaires compromises

Craignant que l’Etat n’attribue aussi leurs terres à la société agro-industrielle, les communautés des villages voisins, Gwap, Nkollo et Mounguè ont marqué leur opposition au projet le 31 Août 2015. Elles ont adressé un courrier au Gouverneur de la région du Sud avec pour objet : « Opposition des populations des villages, Nkollo, Gwap et Mounguè à l’implantation du projet Biopalm ».

Fin 2015, la concession provisoire de Biopalm s’achève, mais les populations n’ont aucune information sur la suite accordée à ce projet. Elles adressent une lettre au Président de la République dont l’objet est : « Opposition à l’accaparement des terres des communautés Bagyeli, Bassa, Bakoko des villages Moungue, Gwap, Nkollo et de Bella des arrondissements de Bipindi et la Lokoundje ».

De plus, sous l’accompagnement des organisations de la société civile (notamment l’Association Okani), les communautés de Gwap, Nkollo et Mounguè (village voisin situé dans l’arrondissement de Bipindi ayant une communauté Bagyeli) ont entamé le processus de sécurisation de leurs forêts par voie des Forêts Communautaires. Elles ont déposé leurs dossiers de demande de Convention Provisoire avec l’Etat pour la gestion des Forêts Communautaires en Novembre et Décembre 2018. Bella veut le faire aussi, mais n’a pas encore déposé son dossier. Mais la nouvelle concession de Biopalm chevauche les parcelles choisies par ces communautés pour abriter des Forêts Communautaires, comme la carte le montre.

Au Village Bella, la question du consentement des communautés s’est toujours posée. « L’Etat nous a-t-il consultés en tant que Bagyeli ?», s’interroge un fils Bagyeli de Bella. Dans le village Bella, la communauté Bagyeli s’oppose à l’arrivée de Biopalm. Mais au sein de la communauté Bantou, il subsiste une divergence de point de vue.

Les communautés autochtones Bagyeli du département de l’Océan disent n’avoir pas été consulté au sujet de la concession agro-industrielle de Biopalm.« Même si c’est un décret présidentiel, qu’ils laissent notre forêt tranquille parce que c’est dans cette forêt que nous vivons. Quand ils viennent ici, nous apprenons seulement qu’ils sont en forêt. Comme eux ils ont alors l’argent et nous nous sommes pauvres, c’est pour cette raison qu’on devrait disparaître de la vie ? Nous n’aimons pas cette manière », s’indigne, ce fils Bagyeli de Bella.

Selon les conventions internationales dont le Cameroun est parti, les terres et territoires coutumiers des peuples autochtones et des communautés locales leur appartiennent en l’absence d’un titre foncier, et leur Consentement libre, informé et préalable (CLIP) est nécessaire avant toute forme d’activité qui affectent ces terres. Sinon, il s’agit d’un accaparement en violation des droits humains. Ces droits découlent entre autres de la Charte Africaine des droits de l’homme et des peuples et de la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones (DNUDPA) adoptée en 2007.

La nouvelle décision est difficile à admettre pour les peuples Bagyeli. Mais, ils maintiennent leur détermination à défendre ce qui leur appartient : la forêt.

Madeleine NGEUNGA

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More