42ème session du Conseil d’administration du Cradat : ça cogite à Yaoundé

0

Pour la 3ème fois, le Cameroun abrite du 17 au 19 septembre 2019, les travaux du Conseil d’administration du Centre  régional africain d’administration du travail. Au programme, la réunion du Comité d’experts et le conseil des ministres en charge des questions du travail de ses 18 Etats membres.

C’est parti ! Les ministres des 18 pays membres du Centre régional africain d’administration du travail (Cradat) sont en conclave à Yaoundé. C’est à l’occasion de la 42ème session de son Conseil d’administration, qui se tient du 17 au 19 septembre 2019. Dans son allocution,  le ministre camerounais du Travail et de la Sécurité sociale, Grégoire Owona, a salué le choix du Cameroun pour la tenue de ces importantes assises. Le Cameroun occupe une position stratégique au sein de cette institution de formation inter-états, lui qui abrite par ailleurs le siège depuis sa création en 1965.

Directeur général du travail en Côte-d’Ivoire, Bintou Coulibaly est également la présidente du Conseil des Experts du Cradat. «C’est avant tout une session ordinaire. Nous allons essayer d’évaluer et d’apprécier tout ce qui a été fait depuis la 41ème session, afin de fixer des meilleures bases pour l’avenir. En cette 42ème session, nous avons également comme point central la révision des statuts du Cradat», explique-t-elle. Et de poursuivre : «Il s’agit pour nous d’améliorer les prestations du Centre, et ceci dans l’intérêt des différentes administrations de nos pays respectifs. Comme vous pouvez le constater, le Cradat est en pleine réforme. Nous avons un nouveau directeur du Centre, et nous nourrissons pour objectif d’avoir une école doctorale, entre autres

Pour la 3ème fois, le Cameroun abrite du 17 au 19 septembre 2019, les travaux du Conseil d’administration du Centre  régional africain d’administration du travail. Au programme, la réunion du Comité d’experts et le conseil des ministres en charge des questions du travail de ses 18 Etats membres. Il s’agira aussi pour les représentants des dix huit pays membres de statuer sur les difficultés du centre. Le cœur du problème c’est l’argent. «Le Cradat, avoue Bintou Coulibaly, a depuis plusieurs années déjà des soucis financiers non négligeables. Les contributions des Etats membres ne rentrent pas comme on le souhaiterait.

Bintou Coulibaly, présidente du Conseil des Experts du Cradat.

Il s’agira aussi pour les représentants des dix huit pays membres de statuer sur les difficultés du centre. Le cœur du problème c’est l’argent. «Le Cradat, avoue Bintou Coulibaly, a depuis plusieurs années déjà des soucis financiers non négligeables. Les contributions des Etats membres ne rentrent pas comme on le souhaiterait. Nous allons envisager ensemble des solutions et nous avons bon espoir que des mesures seront trouvées afin de booster ces contributions, et faire véritablement du Cradat un centre d’excellence

Tout premier centre de formation permanent des agents et cadres de l’administration du travail en Afrique francophone, avec actuellement 18 pays membres : Cameroun, Benin, Togo, Gabon, Côte d’Ivoire, Rwanda, Congo, Niger, Centrafrique, République Démocratique du Congo, Sénégal, Tchad, Burkina Faso, Burundi, Djibouti, Guinée, Mali, et Mauritanie. La Présidence du Conseil d’administration est tournante, entre les différents ministres du Travail des pays membres, pour un mandat d’un an non renouvelable.

Selon le Directeur des études, Gaglozoun Alphonse, de nationalité béninoise, le Cradat offre des formations continues, professionnelles et spécialisées en recyclage, en renforcement de capacités arrimés désormais au système LMD (Licence-Master-Doctorat). Les candidats sont admis sur étude de dossier, et les coûts de formation sont abordables. Les diplômes sont reconnus à l’échelle internationale. On citera par exemple les cycles Licence, Master et Master Spécial en Ressources Humaines, en Administration du Travail entre autres. Il affiche une capacité d’accueil de près de 100 étudiants chaque année.

Samuel BONDJOCK et Valgadine TONGA

Share.

About Author

Leave A Reply