Opération Epervier : comment Beh Mengue s’est retrouvé à Kondengui

0

L’ancien Directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications a été placé sous mandat de dépôt hier au tristement célèbre pénitencier de Yaoundé. Il est reproché à l’homme qui a présidé aux destinées de cette institution pendant 18 ans, des détournements présumés de fonds publics. Une vieille habitude chez les gestionnaires de la fortune publique au Cameroun.

La République du laisser-aller ! La soif du trône, le désir d’éternité et ses délires. Loin d’un jeu de mots, c’est le triste constat effectué plus d’un mois après la publication des trois décrets du Chef de l’Etat relatifs aux statuts généraux des entreprises et sociétés d’État au Cameroun. Si beaucoup ont applaudi des deux mains cette décision (courageuse) de l’homme du 6 novembre 1982 puisque intervenant à un moment où l’État tente enfin de réduire ses dépenses et son train de vie princier, l’application de ces importants textes sur le terrain reste un véritable serpent de mer. Un petit exercice d’observation permet de comprendre que beaucoup d’entreprises publiques et parapubliques ne se sont pas gênées pour violer allégrement les dispositions de ces décrets qui abordaient pourtant des questions clés telles que la rémunération et les autres avantages financiers des principaux dirigeants desdites entreprises. Jean Louis Beh Mengue qui a géré l’Art durant 18 ans avant de céder son fauteuil le 8 juin 2017 à Philémon Zo’o Zame médite sur son sort à Kondengui depuis hier soir.

Manquements

Il faisait l’objet depuis deux ans d’une interdiction de sortie du territoire pour des affaires liées à sa gestion du régulateur de télécoms au Cameroun. L’on parlait alors de détournement présumés de fonds publics parce que plusieurs fois épinglés par des rapports du Contrôle supérieur de l’Etat. Il emporte dans sa chute la sœur cadette du Dr Pierre Ismaël Bidoung Mpkatt, présentée comme sa secrétaire. De 2008 à 2013, il a été reproché à l’ex-Dg d’avoir évanouit 20,5 milliards représentant des fautes de gestion. Il y figure aussi parmi les potentiels chefs d’accusation au Tcs la manipulation de 4,1 milliards et 523,22 millions de Fcfa d’amendes infligées à Orange et Mtn représentant leurs manquements. Beh Mengue aujourd’hui au gnouf aurait demandé à Orange de ne payer qu’1, 32 milliard sur les 4 possibles et d’investir le reste dans le déploiement de sa structure, ce qui aux yeux des inspecteurs du contrôle sentait du louche.

Mtn quant à lui a vu son ardoise nettoyé pour des raisons non avouées. Le Dg de l’Art de l’époque, demandait à cette entreprise d’investir avec l’argent qui devait être reversé dans le trésor public ; ce qui était aussi suspect et léger pour les contrôleurs qui ont voulu voir clair dans ces transactions. Après avoir passé 48h dans les cellules du Tcs, Beh Mengue s’en va retrouver d’autres hauts commis de l’Etat trempés dans les sales draps.

Daniel NDING

Share.

About Author

Leave A Reply