L’entreprise parle plutôt d’une mise en veille de ses activités, pour des raisons stratégiques. Jumia ferme ses portes au Cameroun.…
Ces opérateurs de téléphonie mobile qui brassent des milliards sur le territoire camerounais, viennent d’être sanctionnés par l’Agence de régulation…
Alors que la Conac l’avait déjà interpellée pour des pratiques contraires à l’éthique il y a quelques années, cette entreprise…
CHAÎNE YouTube LA VOIX DU KOAT
Play
Play
Play
Play
Play
Play
Play
Play
Play
Play
previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Shadow
Slider
CHRONIQUE
Le Cameroun doit protéger les marchés locaux contre la concurrence déloyale. C’est peut-être en cette phrase, contenant une bonne dose de protectionnisme, que l’on peut résumer l’essentiel de la communication faite hier, par le nouveau Premier ministre, chef du gouvernement. L’Etat du Cameroun ambitionne de relancer cette machine grippée à travers la valorisation des savoirs sur les enjeux de production agropastorale, la transformation
Aucune voix dénonçant l’inhumation par les sécessionnistes d’une dame encore en vie, survenue le 16 septembre dernier à Batibo dans le Nord-Ouest du Cameroun, n’a été entendue. La violence serait-elle tolérée venant d’un camp et impardonnable dans l’autre ? Selon une indiscrétion, la dénonciation des exactions des sécessionnistes par les Ong et les associations de défense des droits humains ne fait pas recette. «L’argent n’est pas du côté des rebelles. Il faut faire un maximum de chantage aux gouvernements pour les amener à acheter votre silence», nous confie
Face à la montée en puissance de l’opposition, le parti au pouvoir se veut désormais plus regardant sur la qualité des hommes qui vont le représenter dans les conseils municipaux et à l’Assemblée nationale. Le premier tri des candidats se fera au niveau des commissions de présélection, mais si jamais des caciques traversent les mailles du filet à ce niveau, le comité central du parti qui donne l’onction finale pour les investitures, pourra toujours remettre de l’ordre là où il faut, si l’on accorde le bénéfice de la bonne foi à ces circulaires. Sauf que sachant la hargne qui habitent certains militants du Rdpc qui donneraient tout pour s’accrocher à leurs écharpes de député, on entrevoit d’ici peu au siège du
C'est la principale observation faite pendant le processus électoral ce dimanche 7 octobre, dans cette ville du Moungo.
Bien que détenteur de la carte d'électeur, l’absence de noms sur le fichier électoral, a contraint de nombreux citoyens camerounais à ne pas exécuter de leur devoir civique ce dimanche.
ILS ONT DIT…
Le président national du Mrc soutient qu'il est favorable à une coalition gagnante des forces politiques représentatives du champ politique
Au sortir des consultations avec le chef du gouvernement à qui les autorités religieuses ont remis un ouvrage de 400 pages contenant leurs propositions pour un retour à paix, le Cardinal Christian Tumi s’est adressé à la presse : «En tant que leaders religieux, nous savons bien que le Seigneur Jésus est pour nous les chrétiens le prince de la paix. Là où il y a la paix, Dieu est là. Là où il y a la guerre, il est absent
L’expédition coloniale a vidé l’Afrique de près de 90% de ses objets de culte et d’adoration. Parmi ces objets, le Tangué du roi Lock Priso, exposé au Musée des Cinq continents à Munich. Pour des médias allemands, le silence assourdissant de la presse camerounaise, de ses universitaires et des Africains en général, ne plaident pas en faveur du retour des objets volés en Afrique. "En Europe, on n’entend pas beaucoup de voix venant d’Afrique sur ce sujet. J’ai eu à interroger des personnes en Afrique mais elles ne m’ont jamais répondu. C’est très difficile d’avoir des avis là-dessus pourtant je vous assure que le sujet fait des vagues en Allemagne. Plusieurs personnes veulent la restitution aux Africains de leurs objets de culte, mais le Musée de Munich, comme a dit le Prince Kum’a Ndumbe, refuse, prétextant qu’il n’a pas la légitimité pour faire cette demande. Le fait est que le Musée ne veut absolument rien rendre même si le gouvernement allemand est beaucoup plus ouvert sur la question. Le prince n’est pas aidé dans son action parce que le gouvernement camerounais ne fait aucune réclamation. Ça conforte le Musée. Les universitaires, les médias camerounais, les artistes et les Africains devraient prendre au sérieux cette problématique...