A La UneInternationalPolitique

Offense à Chef d’Etat : le gouvernement centrafricain traîne Rémy Ngono en justice

0

Le journaliste et activiste camerounais et dame Ntsama Sabine Hortense sont accusés d’outrage à Chef de l’Etat centrafricain, Pr Faustin Archange Touadera.

Présentées comme des journalistes panafricanistes, ces deux personnalités sont poursuivies en justice par Arnaud Djoubaye Abazene, ministre d’Etat, chargé de la Justice, de la Promotion des Droits Humains et de la bonne gouvernance, Garde des Sceaux  de la République centrafricaine pour le compte de son gouvernement. Rémy Ngono et Hortense Sabine Ntsama devront comparaître le 23 juin 2022 devant le tribunal de grande instance de Bangui, statuant en matière correctionnelle. Ils devront y répondre des faits d’outrages à chef d’Etat, réprimé par les articles 132, 1333, 134 et 135 du code pénal centrafricain.

Le membre du gouvernement reproche aux accusés de s’être écartés de la déontologie journalistique pour verser  dans l’invective et la diffamation à l’encontre du président Faustin Archange Touadera.

Lire aussi :Après avoir adopté le bitcoin…la Rca annonce Sango 

Selon le gouvernement, « dans leur émission diffusée sur les réseaux sociaux, ces journalistes prétendument panafricanistes ont insidieusement fait un rapprochement au professeur Faustin Archange Touadera et les instructeurs russes, et ont incité la population centrafricaine à la haine et à la révolte.» Ils ont par cette occasion, porté atteinte à  l’honneur et à la dignité du Président de la République le Professeur Faustin Archange Touadera par des propos injurieux et diffamatoires en le traitant de «minable voyou».

Lire aussi :Centrafrique : des légionnaires français tentent d’assassiner le Président 

Sur sa page Facebook, Rémy Ngono a réalisé une vidéo dans laquelle il tente de convaincre que le Professeur Touadera utilise sa position pour protéger des entités criminelles internationales. Il va jusqu’à présenter le Chef de l’Etat comme le «parrain d’une mafia savamment orchestrée par des feymen camerounais».

Lire aussi :Cryptomonnaie : la Russie à la rescousse de Liyeplimal 

Quant à  dame Ntsama Sabine Hortense, elle a allégué dans un Live sur Facebook ce qui suit : « Liyeplimal : Plainte contre le président Centrafricain pour complicité. Notre dossier vient de prendre un dernier virage. On va poursuivre aux États-Unis toutes personnes ayant de près ou de loin contribué au crime de monsieur Simb». Aussi, accuse-t-elle le président centrafricain d’être le complice de recel de produits d’arnaque et de produits de blanchissement. Dans les chaumières, certains disent déjà que ces deux compères, qui croyaient toujours s’en prendre à la personne d’Emile Parfait Simb sans défense, ont poussé le bouchon très loin, en proférant des injures et des propos diffamatoires à l’encontre du Chef de l’Etat centrafricain.

Le gouvernement demande que les deux mises en cause soient déclarées coupables du délit d’offense à Chef d’Etat; que la Constitution soit déclarée partie civile; qu’ils soient condamner solidairement à servir au plaignant la somme de 50 millions Fcfa.

D.N.

LA VOIX DU KOAT

Bertoua : le Collège bilingue Teerenstra célèbre ses meilleurs

Previous article

Lions indomptables : le discours d’après-match d’Eto’o fait jaser

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in A La Une