A VousInternational

Côte d’Ivoire : la candidature de Ouattara à un 3è mandat est une bénédiction

0
La candidature d’Alassane Ouattara à un 3è mandat a suscité beaucoup de remous et continue. Déclarations lecture des textes de loi
La candidature d’Alassane Ouattara à un 3è mandat a suscité beaucoup de remous et continue. Déclarations lecture des textes de loi

La candidature d’Alassane Ouattara à un 3è mandat a suscité beaucoup de remous et continue. Déclarations lecture des textes de loi, leur interprétation, débats. Interviews. Cette annonce est apparue comme une grosse massue sur la tête de la majorité. Pourtant, il fallait s’y attendre. Ouattara c’est la science du contraire.

En quelques mois, il a réussi à faire l’unanimité contre lui. Suscitant une hostilité générale. Tout le monde ne voyant pas sa candidature d’un bon œil. A commencer par certains de ses alliés internes. Résultat? Son parti, le RHDP réduit en RDR, affaibli par les clans, est désormais en lambeaux : départs en cascade, démission du Vice-président Daniel Kablan Duncan, la case s’écroule et le «restaurant se vide», disent les Ivoiriens qui ont nommé le parti de Ouattara ‘restaurant.’

Lire aussi : Côte d’Ivoire : Où se cache Dominique Ouattara?

Pris dans son propre étau, «le régime désespéré et aux abois, paniqué à l’idée de la mise en œuvre imminente du mot d’ordre de désobéissance civile lancé par le Président Henri Konan Bédié et endossé par toute la classe politique significative de l’opposition et par toutes les forces vives de la nation» menace, a dénoncé le 30 Septembre 2020 la Coalition pour la Démocratie, la Réconciliation et la Paix (CDRP) après les invectives le 26 Septembre 2020 de Hamed Bakayoko dans la Marahoué.

Front uni de l’opposition         

L’Alliance des Forces Démocratiques (AFD) et la Ligue des Mouvements pour le Progrès (LMP), les auxiliaires du RHDP-RDR, lui ont aussi claqué la porte. Dans une déclaration conjointe du 29 Septembre 2020, ils ont «[demandé] à leurs représentants de ne plus participer aux réunions convoquées par les nouveaux bureaux locaux» de la Commission Electorale Indépendante (CEI). Institution chargée d’organiser la présidentielle du 31 Octobre 2020. Pascal Affi N’Guessan et Kabran Appia, signataires de cette déclaration respectivement pour l’AFD et le LMP disent «ne point se faire complice du hold-up électoral mis en place par le gouvernement, le Conseil Constitutionnel et la Commission Electorale Indépendante.» Ils informent que «l’AFD et la LMP ne peuvent s’associer à une mascarade électorale.» Et invitent Ouattara à sortir du «fétichisme des dates»,  tout en lui réitérant «l’urgence et la nécessité d’une concertation élargie entre le gouvernement et les forces politiques et sociales, parties prenantes aux élections.» Ils exigent entre autres au clan Ouattara de «respecter les accords internationaux, de sortir de leur posture actuelle, irréaliste, qui expose inutilement les Ivoiriens aux menaces de toute nature.» Bamba Moriféré de son côté accuse : «Le gouvernement [Ouattara] a vidé la CEI du minimum d’indépendance qu’elle avait dans le but de confisquer le pouvoir.»

Henri Konan Bédié, ex-allié de Ouattara pour faire tomber le Président Gbagbo, a appelé le 20 Septembre 2020 au nom de l’opposition, à la «désobéissance civile» face à la ‘forfaiture’ de la candidature du hors-la-loi Alassane Ouattara. ‘‘Face à la forfaiture, un seul mot d’ordre : la désobéissance civile’’ a-t-il dit. Le 8 Septembre 2020, la plateforme Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) qui a parrainé la candidature de Laurent Gbagbo, a demandé l’invalidation pour cause d’inéligibilité, de celle de Ouattara.

Guillaume Soro, un tueur de la secte-Ouattara s’est dit ‘déçu’ de son terroriste-de-mentor qu’il a qualifié dans un tweet le 1er Septembre 2020 de «dictateur Africain.» Et regrette avoir été l’un de ses premiers soutiens.

Lâché par ses parrains

Le 3è mandat de Ouattara déçoit également ses soutiens extérieurs et fervents avocats qui se sont mus en irréductibles procureurs. Mais il y a encore parmi eux des incrédules. Le 5 Mars 2020 Emmanuel Macron Twitte. «Je salue la décision historique du Président Ouattara, homme de parole et homme d’Etat, de ne pas se présenter à la prochaine élection présidentielle. Ce soir, la Côte d’Ivoire donne l’exemple.» Il répondait au tweet de Ouattara déclarant, «je voudrais annoncer solennellement, que j’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle du 31 Octobre 2020 et de transférer le pouvoir à une jeune génération.»

Le démocrate tant vanté et fabriqué de toutes pièces par les occidentaux humilie Macron le 6 Août 2020 en revenant sur sa déclaration ‘solennelle’ de ne pas briguer un 3è mandat. Ces derniers découvrent en lui un vulgaire charlatan politique. Ils tiennent à garder leurs distances avec ce dictateur qu’ils accueillaient avec des flonflons sur leurs terres. L’ONU, par Mohamed Ibn Chambas, représentant spécial du SG de l’ONU, et Chef du bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) a annoncéle 21 Septembre 2020 qu’elle «n’accompagnera que l’organisation d’une élection présidentielle pacifique, inclusive, transparente et crédible.» La Fondation Kofi Annan, qui, comme l’ONU, a combattu le Président Gbagbo en 2010, explique dans une déclaration signée le 30 Septembre 2020 qu’il y a «une absence de justice pour les atrocités passées et de vraie réconciliation dans le pays.» Puis insiste qu’un «risque d’une nouvelle confrontation dans le pays est réel.» Parmi ceux qui tirent sur cette sonnette d’alarme, l’ex-Président Nigérian Olusegun Obasanjo, Ruth Dreifus ex-Présidente de la confédération Suisse, Bert Koenders ancien ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas, Carlos Mesa ex-Président de Bolivie, José Manuel Ramos ex-président du Timor Leste et prix Nobel de la Paix. Pourtant, certains n’étaient pas admiratifs du combat de Gbagbo contre les impérialistes.

Lire aussi :Ndongo Samba Sylla : «Rester dans le Fcfa c’est souscrire une assurance sous-développement »

Technocrate à l’européenne

Le 26 Janvier 2012 dans sa propagande anti Gbagbo, la Revue Internationale titrait «Alassane Ouattara, un technocrate au pays des éléphants.» Elle boucla son contenu flatteur par d’autres louanges : «Technocrate à l’européenne, habitué des questions économiques, Ouattara avait déjà mis en pratique un plan de rigueur efficace lorsqu’il était Premier ministre. Il entretient de bonnes relations avec l’Europe et notamment avec Nicolas Sarkozy, dont il déclare être un ami. Amateur de lecture, de ping-pong et de football, «ADO» a déjà presque réussi à rendre à la Côte d’Ivoire une vie politique «normale.» La transition démocratique étant en bonne voie, il lui reste à remettre la machine économique en route. Après des années de conflits internes meurtriers, le pays semble avoir trouvé le chemin de la paix. La mutation vers la modernité repose désormais sur les épaules d’Alassane Ouattara. Le défi politique de la réconciliation ne devra pas lui faire oublier le challenge de la croissance pour que la Côte d’Ivoire retrouve son statut de «bon élève de l’Afrique».’

Les media occidentaux, en particulier français, «achetables mais pas vendables», qui ont placé Ouattara au firmament de la démocratie et du savoir économique peuvent-ils se relire ou se réécouter?

3è mandat une bénédiction

La candidature de Ouattara à un 3è mandat est en définitive une bonne chose. Elle a fédéré les Ivoiriens contre son monstre. La Première Dame Simone Ehivet Gbagbo à France 24 le 30 Septembre 2020 a déclaré : «Nous avons constitué le Front Uni de l’Opposition, –pour ne pas que- ‘Ouattara instaure en Côte d’Ivoire un pouvoir à vie.» Informe Moriféré sur Afrique Media. Pour ce dernier, cette «Union sacrée» des forces politiques de l’opposition est une première en Côte d’Ivoire.

FEUMBA SAMEN (Cp)

LA VOIX DU KOAT

Immobilier : Ketcha Courtès veut assainir le secteur

Previous article

Trafic : des ossements humains en vente à Douala

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *