Uniffac : Seidou Mbombo Njoya pour la renaissance du football jeune

0

Elu vice-président de l’Union des fédérations de football d’Afrique Centrale, réuni en Assemblée générale extraordinaire les 03 et 04 mars à Malabo, le nouveau président de la Fédération camerounaise de football est désormais l’adjoint de Gustavo Ndong, nouveau patron de l’instance.

 

Accro des nouvelles technologies de l’information et de la communication, c’est par un tweet que Seidou Mbombo Njoya annonce à ses nombreux followers la bonne nouvelle. «J’ai eu l’immense honneur d’être désigné nouveau vice-président de l’Uniffac. Merci à mes homologues de l’Afrique Centrale », écrit le patron de la Fécafoot sur son compte twitter lundi 4 février 2019. Porté à la tête de l’instance faîtière du football camerounais en décembre dernier, l’ancien boss du Bureau Afrique centrale de la Fédération internationale de football association (Fifa) se voit confier de nouvelles responsabilités dans le développement du football sous-régional. L’Union des fédérations de football d’Afrique centrale dont il est désormais le vice-président, est une confédération dépendante de la Confédération africaine de football (Caf) et dont l’image et la renommée commençaient à perdre de leur superbe ces quatre dernières années. Abandonnée, oubliée sous-financée et mal organisée en interne comme lors des compétitions, l’Uniffac était devenue presqu’un machin aux yeux des amateurs du sport roi. Reconfigurée et portée vers de nouveaux objectifs dans le sens de l’émulation du football jeune, l’instance organise désormais des compétitions de jeunes, notamment la Coupe de l’Uniffac des moins de 17 ans pour les sélections nationales masculines et féminines.

Rassemblement

Après avoir constaté la vacance de la présidence de l’Union due à l’indisponibilité actuelle du président, l’assemblée générale extraordinaire, a donc décidé, à l’unanimité de procéder au réaménagement de son bureau exécutif les 03 et 04 mars derniers. Au terme du scrutin, Gustavo Ndong Edu qui était encore jusque-là le vice-président a été porté à la tête l’Uniffac en remplacement de Patrice Edouard Ngaissona en détention à la Cour internationale de justice de la Haye depuis le mois de décembre dernier. Elu président de la Fédération centrafricaine de football pour la première fois en 2008, il était à son 3ème mandat à la tête de la fédération.

Elu vice-président de l’Union des fédérations de football d’Afrique Centrale, réuni en Assemblée générale extraordinaire à Malabo, le nouveau président de la Fédération camerounaise de football est désormais l'adjoint de Gustavo Ndong, nouveau patron de l’instance.

Seidou Mbombo Njoya.

La fédération Centrafricaine est dirigée depuis lors par son premier vice-président célestin Yanindji conformément aux textes de l’instance. Gustavo Ndong Edu dirigera donc l’Uniffac pour terminer le mandat en cours. Et pour réussir dans les missions à lui assignées, il devra compter sur son collaborateur et « frère » Seidou Mbombo Njoya qui a placé son mandat à la tête de la Fécafoot sous le signe du rassemblement. Lire aussi :Fécafoot : Appelez-moi Prince Seidou Mbombo Njoya !

Football jeune, un air de renouveau

Lui qui confesse que tous les chantiers qui l’attendent ne pourraient se réaliser que grâce à la synergie qu’il appelle de tous ses vœux entre les acteurs du football camerounais qu’il présente comme des maillons importants et même incontournables dans toute la chaîne. « Joueurs, entraîneurs, clubs, arbitres, administratifs… Personne ne doit être mis sur le carreau. Relancer le football amateur, c’est le densifier dans les ligues régionales et départementales, créer un fond d’assistance pour le football amateur, mettre sur pied une compétition entre les sélections régionales et une prime à la licence incitative à l’augmentation du nombre de licenciés. Quant au football professionnel, nous allons œuvrer pour la collaboration entre la Fécafoot et la Ligue dans le but d’accompagner cette Ligue dans le processus de professionnalisation notamment à travers la mutualisation de la recherche des sponsors ; la mise en place d’une bonne politique de protection des joueurs et les encourager à penser à l’après-football qui est parfois mal gérée par nos footballeurs », avait-il promis au lendemain de l’Ag qui l’a porté à la tête de l’instance faîtière .

Lire aussi :Elections à la Fécafoot : ce que Seidou Mbombo Njoya veut changer

Quid du football jeune ? L’homme croit dur comme fer que c’est aussi un segment très important de son programme puisqu’il constitue le ciment des clubs professionnels et même des sélections nationales. « Tout part du football jeune et nous envisageons en faire un pan prioritaire de notre mandature si les délégués nous accordent leurs suffrages au soir des élections. Il s’agira pour nous, de réorganiser la pratique du football jeune, recenser, classifier et catégoriser les différentes structures de formation ; renforcer la formation des administrateurs ; augmenter la dotation financière pour le développement du football jeune qui est jusqu’ici insignifiante, organiser les compétitions de qualité au niveau départemental, régional et national à l’instar des Play off dans la phase nationale sous la supervision de la Ligue spécialisée de football jeune », promettait l’homme. Vivement donc le réveil de l’Uniffac !

Daniel NDING

Share.

About Author

Leave A Reply