Prorogation du mandat des députés : déclaration de l’Ong un monde avenir

0
des élections organisées dans une telle situation ne pourraient être libres, universelles et justes, et donc démocratiques, alors que leur organisation dans

Philippe Nanga

Le 13 juin 2018, le président de la République Paul Biya a envoyé une correspondance au président du Senat, dans laquelle on peut lire ceci : « Conformément à l’article 15 (4) de la Constitution, j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir réunir le bureau du Sénat, afin de le consulter au sujet de la prorogation du mandat des députés pour une période d’un an à compter du 29 octobre 2018 ». Le président explique dans sa correspondance que « la tenue en cours de l’année 2018, dans notre pays, des élections présidentielle, législatives et municipales sensiblement aux mêmes périodes, rend difficile leur organisation matérielle, à cause du chevauchement des opérations électorales relatives à ces scrutins ».

L’article 15 alinéa 4 de la Constitution auquel fait allusion le président Biya dit in extenso ceci : « En cas de crise grave, le Président de la République peut, après consultation du président du Conseil constitutionnel et des bureaux de l’Assemblée Nationale et du Sénat, demander à l’Assemblée Nationale de décider par une loi de proroger ou d’abréger son mandat. Dans ce cas, l’élection d’une nouvelle Assemblée a lieu quarante (40) jours au moins et soixante (60) jours au plus après l’expiration du délai de prorogation ou d’abrègement de mandat. »

  • Sur la légalité de l’acte

L’ONG Un Monde Avenir et ses partenaires associatifs notent que le Président de la République est tout à fait fondé à demander cette prorogation après consultation du président du Conseil constitutionnel et des bureaux de l’Assemblée Nationale et du Sénat, d’après l’article 15 alinéa 4 de la Constitution. Cependant, l’ONG Un Monde Avenir et ses partenaires associatifs relèvent que le Président Biya parle de chevauchement des opérations électorales, qui selon lui justifierait la prorogation du mandat, alors que l’article 15 alinéa 4 de la Constitution parle de « crise grave ».

  • Sur l’opportunité de l’acte

L’ONG Un Monde Avenir et ses partenaires associatifs notent avec regret que cette correspondance intervient au moment où la nation entière attendait la convocation du corps électoral pour le renouvellement de cette Chambre au plus tard le 21 de ce mois de juin.

Il convient de noter que le président Biya ne peut pas s’être rendu compte seulement en juin 2018 du « chevauchement » de ces opérations électorales prévues depuis 5 ans. En effet, les différentes dates de début de mandat ; novembre 2011 pour la présidentielle, octobre 2013 pour les législatives et les municipales mettait déjà en évidence ce que le président de la république appelle « chevauchement » des opérations électorales.

Ayant du mal à faire le lien entre la cause du report évoquée par le Président « chevauchement des opérations électorales » et la cause prévue dans la constitution « crise grave », mais, créditant le Président de la République d’assez d’intelligence politique et de sens démocratique pour ne pas outrager son peuple par ce qui ressemblerait à un mensonge politique, Un Monde Avenir et ses partenaires font respectueusement observer au Chef de l’Etat :

  • Que non seulement la nation ne saurait nullement être déshonorée que son Président reconnaisse explicitement la réalité, à savoir que la Nation est dans une « crise grave » en raison de la situation de guerre dans les régions du Nord- Ouest et du Sud-Ouest notamment, qui secoue le pays depuis octobre 2016, mais elle apprécierait d’entendre de la bouche présidentielle une telle vérité en terme de préoccupation :
  • Qu’en réalité, des élections organisées dans une telle situation ne pourraient être libres, universelles et justes, et donc démocratiques, alors que leur organisation dans des pans entiers du pays est compromise par l’insécurité, et que des centaines de milliers d’électeurs potentiels pourraient du même fait être privés de leur participation ;
  • Que dans cet ordre d’idées, les élections municipales n’étant pas logées à meilleure enseigne, ne sauraient être dissociées de la décision parlementaire sollicitée par le Président, sans engendrer d’autres suspicions de calculs politiques antidémocratiques.

Tout aussi respectueusement, l’ONG et ses partenaires associatifs font observer au Chef de l’Etat, que sa démarche auprès du Parlement, à 8 jours seulement du délai buttoir fixé pour la convocation du corps électoral, et alors que les parties prenantes sont déjà en préparation des scrutins depuis plusieurs mois, témoigne d’une gestion trop personnalisée du calendrier électoral par la Présidence de la République, alors que  le rôle en est dévolu à ELECTION’S Cameroun.

Faire une vraie preuve de réalisme

 L’ONG Un Monde Avenir et ses partenaires associatifs considèrent la démarche parcellaire du Chef de l’Etat auprès du Parlement comme une reconnaissance implicite de la gravité de la situation sécuritaire dans les zones anglophones du pays, mais seulement d’un point de vue électoral.

Or, ce qui n’y était qu’un manque d’écoute des revendications socioprofessionnelles des populations en octobre 2016 a dégénéré crescendo, des « villes mortes » en rébellion indépendantiste, puis en guerre civile, pour devenir désormais une vraie crise humanitaire à laquelle une solution miliaire devient impossible, avec plus d’une centaine de morts côté civils et militaires, et le déplacement de plus de 100 000 camerounais à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Les destructions des villages, les incendies des édifices publics les enlèvements des fonctionnaires, les attaques répétées des unités de gendarmerie et de commissariat, les viols et torture des jeunes filles et d’enfants, les champs et marchés rasés, plongent les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest dans une déstabilisation des populations et un climat de terreur qui surpassent toute préoccupation électorale, et appellent à considérer qu’il s’agit bien d’un problème national.

En tout état de cause, l’ONG Un Monde Avenir et ses partenaires associatifs souhaitent faire partager au Président de la République et ses collaborateurs, leur conviction que notre pays ne retrouvera pas la paix par la guerre contre lui-même, mais par le dialogue inclusif entre ses concitoyens.

Ils considèrent nécessaire :

Que le Chef de l’Etat engage dès lors, et au plutôt, une démarche sincère et honnête pour un dialogue franc avec toutes les parties prenantes à cette crise, ce qui pourrait permettre un retour au calme garant du déroulement dans la sérénité, des élections sur toute l’étendue du territoire national.

Fait le 18 Juin 2018

Philippe NANGA

Coordinateur de l’ONG Un Monde Avenir

 

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More