Chronique

Marchés publics au Cameroun : la mare à crabes (2)

Des tronçons de routes en construction abandonnés, la ville de Douala en connait en nombre…
Blogosphère

Je rêve du Royaume du Cameroun

Je suis sûr et certain que notre peuple se porterait mieux si on avait un…
Société

Nomination de Ketcha Courtès : le satisfecit de l’Essec

Au cours d’une audience spéciale, les anciens de l’Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales…
Chronique

Marchés publics au Cameroun : la mare à crabes (1)

Au cours d’un briefing  tenu le 12 février au soir à Douala à la suite…
Santé

Défécation en plein air : 7millions de Camerounais sont concernés

Le chiffre a été dévoilé lors de la cérémonie de présentation officielle de la stratégie…
Société

Douala : des élèves à l’école de ”Yao”

Bravoure, audace, courage, persévérance. Ce sont les traits  déterminants du jeune Yao. A 13 ans…
International

Pillage du Cameroun : les gilets jaunes chargent Bolloré et Sosucam

S’exprimant sur les causes de l’immigration en France, les manifestants de l’Ile Saint-Denis s’indignent contre…
CHRONIQUE
Des tronçons de routes en construction abandonnés, la ville de Douala en connait en nombre important. Sur d’autres tronçons, les entreprises traînent quelques jours dans le mois, et ceci pendant des années. Personne ne peut dans la plupart de ces cas dire avec exactitude quand le marché sera livré, ni même s’il sera livré un jour. Nyalla, Kotto, Bonamoussadi peuvent être cités, et un exemple typique, est le prolongement Nord du Boulevard de la République
Au cours d’un briefing tenu le 12 février au soir à Douala à la suite de la visite des chantiers de la ville, la ministre de l’Habitat et du développement urbain Célestine Ketcha Courtes a exprimé toute sa déception face à la façon dont les projets sont conduits. Elle était très remontée contre les entreprises qui ont gagné des marchés de construction des logements sociaux, qui ne sont pas livrés depuis 8 ans. Selon l’article 137 de ce Code, tout titulaire d’un marché est tenu de fournir un cautionnement garantissant l’exécution intégrale des prestations, encore appelé cautionnement définitif, et un cautionnement garantissant
Après le discours, la célébration de la fête de la jeunesse. Le président de la République a dit à cette jeunesse camerounaise le soir du 10 février 2019 qu’il comptait sur elle pour relever de nombreux défis de la croissance ; avant de lui souhaiter une bonne célébration. Au soir de la célébration de cette fête, on peut retenir au moins deux clichés frappants
Le Cameroun est en train de se transformer lentement, mais sûrement en un conglomérat de mini tribu. Ou plutôt, comme pour la dérive des continents, les tribus qui constituent l’ensemble Cameroun sont en train de se fissurer progressivement, à l’image de l’éclatement du globe terrestre qui a abouti à la séparation des continents. Quelques faits. Blanche Oyono Belinga, une camerounaise éprise de paix et d’unité, en réponse à certains intellectuels au service de la division du pays
Parmi les institutions de la République du Cameroun, il existe une qu’on appelle le Conseil économique et social. Il est instauré par l’article 54 de la Constitution, qui indique qu’ « il est créé un Conseil économique et social dont la composition, des attributions et l’organisation sont déterminées par la loi. »Très peu connu du public de par son inaction, l’existence de cette institution se résume à celle de son président, Ayang Luc lui-même très effacé. On entend parler de lui souvent à des rares occasions de présentation des vœux au chef de l’Etat, ou lors des défilés du 20 mai au cours desquelles il est présenté comme la 4eme personnalité
ILS ONT DIT…
Me Akere Muna "Gardons-nous de faire de la Justice une histoire de ruse"
"Heureusement que je n'ai pas de coalition avec Kamto, sinon je serai comptable de sa déclaration faite au lendemain des élections. Dieu merci, nous ne l'avons pas fait. Nous sommes restés légalistes"
LES BATRACIENNES