Can 2019 / Groupe F : qui est qui ?

0

Après avoir esquivé l’Egypte pays hôte de cette Coupe d’Afrique des nations qui démarre en juin prochain, le Cameroun, tenant du titre, partagera sa poule avec le Ghana, le Bénin et la Guinée-Bissau. Forces et faiblesses de ces adversaires « prenables ».

Après avoir esquivé l’Egypte pays hôte de cette Coupe d’Afrique des nations qui démarre en juin prochain, le Cameroun, tenant du titre, partagera sa poule avec le Ghana, le Benin et la Guinée-Bissau. Forces et faiblesses de ces adversaires « prenables ». Le vin est tiré, il faut le boire ! Les boules ont dévoilé leur secret au soir du vendredi 12 avril dernier au Caire. Le premier client des poulains de Clarence Seedorf est loin d’avoir oublié ce fameux jeudi 02 février 2017 à Franceville...(La suite en un clic)

Le vin est tiré, il faut le boire ! Les boules ont dévoilé leur secret au soir du vendredi 12 avril dernier au Caire. Plus de mystère, les 24 équipes attendues dans deux mois sur les terres égyptiennes, sont désormais fixées sur leurs adversaires. La course vers la succession du Cameroun a donc commencé. Les Lions indomptables qui nourrissent l’ambition de conserver le trophée, auront d’abord fort à faire en phase de poules avec le Ghana, le Bénin et la Guinée-Bissau, toutes logées dans le Groupe F. Le premier client des poulains de Clarence Seedorf est loin d’avoir oublié ce fameux jeudi 02 février 2017 à Franceville. A l’affiche des demi-finales, le Cameroun, quatre fois titré sur la scène continentale, défiait le Ghana, également sacré à quatre reprises. Un duel entre une équipe des Black Stars qui reste un modèle de régularité depuis près d’une décennie, mais jamais sacrée. Et un Cameroun rajeuni, qui s’est défait du Sénégal aux quarts de finale.

Il y avait forcément un goût de revanche dans l’air puisque chacune des deux équipes se remémorait ce 7 février 2008, jour où les félins avaient sorti les ghanéens de leur Can. Et le scénario se répéta lors de cette 31e édition au Gabon. A la 72e minute, Benjamin Moukandjo, le capitaine, lance un ballon vers le deuxième poteau. Le défenseur ghanéen John Boye rate son dégagement de la tête et Michaël Ngadeu en profite pour fusiller Razak Brimah à bout portant. Dans le temps additionnel, Christian Bassogog double la mise (90e+3). Le Cameroun qui a attendu neuf années pour signer son grand retour en finale de la Can, valide son ticket pour la finale où il soulève au terme d’un match fou fou foot face à l’ogre égyptien, son 5e trophée. Deux ans plus tard, revoici les deux frères ennemis qui se retrouvent. Une affaire de vengeance qui promet des étincelles.

Lire aussi :Can Total Égypte 2019 : voici le verdict du tirage au sort

Les Écureuils en embuscade

Absent des quatre dernières Can, le Bénin qui est parvenu à valider sa qualification face au Togo d’Emmanuel Adebayor, se retrouve dans une poule où les statistiques ne lui sont pas favorables. Sur cinq matchs contre le Ghana, éliminatoires de la Can et matchs amicaux confondus, le pays de Patrice Talon a remporté une seule fois (11 octobre 2009). Il a fait trois matchs nuls et a perdu une fois. Démarré alors une compétition par cette redoutable sélection du Ghana sera une difficile entame pour les Écureuils qui n’auront pas de choix. Le Cameroun qui n’a plus joué contre le Bénin ces dernières années est le tenant du titre et aura à cœur de dompter cet adversaire plutôt prenable.

Dans un groupe de ce genre, le sélectionneur Michel Dussuyer aura à développer toutes les stratégies pour ne pas étouffer le rêve d’un Oswald Homéky qui croit en une performance de son équipe nationale. Stéphane Sessègnon et ses coéquipiers devront retrousser les manches, jouer comme si tout allait dépendre d’eux pour, à tout le moins, éviter d’encaisser à défaut de marquer des buts. Les quelques exploits que la sélection nationale a à son actif ne sont pas suffisants pour croiser les bras. Les deux grandes conditions pour que le Bénin ne soit pas un distributeur automatique de points, selon le ministre des Sports, est de maintenir les joueurs en forme, mais ensemble d’une part et, d’autre part, de les envoyer séjourner dans un pays qui partage les mêmes réalités que l’Egypte.

Djurtus, le cauchemar des Lions

La Guinée-Bissau a toujours été un client difficile à manœuvrer et même à dompter pour les Lions. Homogène, défensivement solide et très remuante en attaque, les Djurtus ont la réputation de donner du fil à retordre aux quintuples champions d’Afrique. Ces derniers ont encore en souvenir, le chemin de croix de 2017 au Gabon. Deuxième adversaire du Cameroun dans la poule A,  elle avait surpris les poulains d’Hugo Broos alors sélectionneur des fauves, en ouvrant le  score par Piqueti à la 13ème minute. Le Onze national  avait sérieusement peiné pour revenir au score grâce  à Sébastien Siani (61e) avant le but de la victoire signé  Michael Ngadeu Ngadjui. Cette deuxième participation sera l’occasion pour les Djurtus de corriger les  erreurs d’immaturité du passé et prouver que leur deuxième qualification consécutive à ce prestigieux rendez-vous, démontre à suffire qu’ils ont eux-aussi, des arguments à faire valoir.

Présente pour la première fois à la Can il y a deux ans, la Guinée-Bissau a réussi la passe de deux en arrachant sa qualification au bout du bout contre le Mozambique, qui pouvait encore obtenir son billet (2-2) lors de la dernière journée des éliminatoires le 23 mars dernier. Alors que le score était de 1-1 à la 88e minute de jeu, le Mozambique a pris l’avantage à une minute de la fin du temps réglementaire (89e). Mais la Guinée-Bissau a égalisé à la 94e, et s’est assurée son billet dans un groupe très serré. Les Lions indomptables sont prévenus !

Daniel NDING

Share.

About Author

Leave A Reply