Alerte : Urgence d’arrêter les projets d’installation de centrales thermiques à gaz au Cameroun

0

Du fait du déficit d’énergie, le Cameroun encourage des investissements étrangers pour la mise en place des centrales thermiques au gaz. Pourtant, ces centrales comportent néanmoins de nombreux dangers…

Dans son rapport de publication des résultats du premier trimestre de l’année 2018, Gaz du Cameroun (GDC), filiale de la junior britannique Victoria Oil and Gas Plc (VOG)[1] annonçait qu’elle mène actuellement des discussions avec trois producteurs indépendants d’électricité pour les débouchés du gaz naturel produit sur le champ gazier de Logbaba. Altaaqa, DPDC et Grenor, qui sont les investisseurs indépendants d’électricité, comptent mettre en service des centrales thermiques à gaz à Douala pour une offre combinée de 440 MW. Ces autres centrales thermiques au gaz porteront à plus de dix le nombre de centrale thermique à gaz qui se multiplient au Cameroun et sont présentées comme des solutions « idoines » pour résoudre le déficit énergétique du pays. Pourtant, ces centrales thermiques à gaz, sont une très mauvaise nouvelle pour le climat camerounais, et le gouvernement devait y surseoir.

En effet, en autorisant des investissements pour les projets d’installation de centrale thermique à gaz, le gouvernement contribuera à ce que ces énergies fossiles augmentent les émissions des gaz à effet de serre (GES) responsables du changement climatique. Cette forte augmentation des émissions des GES, viendrais alors faucher l’atteinte des objectifs de réduction de ses émissions de GES de 32% d’ici 2035, comme prévu dans le plan d’action climat du Cameroun soumis à CCNUCC. Dans un rapport rédigé pour le PNUD sur la situation de la production énergétique au Cameroun, en 2014, Dr Gabriel Tchatat[2], PhD. Environment Science and Environment Management PhD avait déjà relevé que depuis 1990 le niveau de dioxyde de souffre[3] (SO2) produits par les énergies électriques à base de fossile combustible comme le gaz étant en pleine croissance. A cette époque, l’on comptait a peine une dizaine de centrale thermique, aujourd’hui le nombre a presque doublé.

Bien plus, malgré les mesures (dénitrification, désulfuration) qui seront prises pour soit disant limiter les dégâts environnementaux des centrales thermiques à gaz, il est important de relever que ces centrales demeurent de véritable poudrière dans la capitale économique du Cameroun. Même si, jusqu’à ce jour aucune explosion n’a encore été enregistrée, il n’en demeure pas moins que la ville reste exposée à ces catastrophes, qui, le plus souvent coûtent chers à l’Etat en terme de perte en vie humaine, de pollution de l’air et de pertes matérielles.

En plus des risques d’émission de GES, d’autres risques pourront se greffer sur la prolifération de ces centrales. En effet, le déploiement de ces centrales pourrait également poser un problème d’approvisionnement en gaz. En effet, à la longue, il faudra augmenter les capacités de stockage de gaz pour subvenir aux besoins de ces centrales et dimensionner les canalisations de gaz dans tout le pays. La part de la production de l’énergie thermique augmentera donc au détriment des énergies renouvelables. Le retard dans le développement de l’éolien, du solaire, de la biomasse et bien d’autres énergies propres ne cesse de se creuser. Pourtant le Cameron dispose d’un climat écologiquement favorable. Ainsi, en lieu et place de multiplier les projets de centrales thermique à gaz, le gouvernement camerounais devraient se retourner le plus urgemment possible vers les énergies renouvelables. Ces énergies propres, limiteront la pollution et permettront au pays de prévenir l’épuisement des énergies fossiles. Pour y arriver, le pays doit prendre les mesures idoines pour favoriser l’utilisation de ces énergies propres, un bonus écologique serait sans aucun doute un moyen pour attirer les investisseurs dans ce domaine. Ainsi, avec les énergies renouvelables, il y aurait de quoi produire de l’énergie sans en gaspiller inutilement et sans construire de nouvelles centrales polluantes et le paysage énergétique camerounais pourrait changer.

Christelle KOUETCHA

 

Share.

About Author

Laisser un commentaire

  • SANTE

    Près d’une vingtaine d’instituts hospitaliers publics ont déjà bénéficié de dons d’entreprises françaises basées sur le territoire camerounais. Président des Ccef, Pascal Louchelart souligne : «Cette action est annonciatrice d’une série d’autres qui seront menées par le réseau des Conseillers du Commerce Extérieur de la France au Cameroun. Nous travaillons pour doter davantage le personnel de santé d’équipements...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Sortez couverts ! Portez un masque ; protégeons-nous et protégeons les autres ! Ces messages de sensibilisation ont plus que jamais tout leur sens en ces jours où la menace du Coronavirus fait frémir au Cameroun. Les statistiques donnent froid au dos et sonnent comme une course vers un record en termes de contamination. Les derniers chiffres font état de 112 cas, 14 guéris et 3 décès enregistrés hier, vendredi 22 mai 2020...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    Il s’est fait connaître, vers les années 1995, à l’échelle nationale et internationale avec ses remèdes notamment contre le Vih Sida, à base de plantes. Le Camerounais Dr Richard Fru présente aujourd’hui une gamme de produits pour barrer la voie au covid-19.
    Malgré l’indifférence du gouvernement camerounais, l’expert de la médecine orthomoléculaire soigne depuis des mois, les malades du Covid-19. Aujourd’hui, il présente une solution buvable à base de plantes naturelles, pour prévenir et soigner les patients du Covid-19. «Ces deux nouveaux produits destinés au grand public permettent de créer une immunité collective acquise et rompre définitivement la chaîne de transmission du Covid-19»...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)
    L'Unicef répond à l'appel du premier magistrat de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine, qui a mis sur pied une stratégie de riposte. La cérémonie de remise de ce don par l'Unicef s'est tenue  le 24 avril dernier à Bonaberi à l'esplanade de la sous-préfecture. Constitué de 70 cubitainers de  1000 litres chacun, des chasubles pour les équipes qui descendront sur le terrain
  • DIPLOMATIE

    Sommet Afrique-France 2020 : Stéphanie Rivoal séjourne au Cameroun
    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-France 2020 qui se tiendra à Bordeaux. Stéphanie Rivoal a rencontré ce lundi 2 mars 2020, le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, Célestine Ketcha Courtès, pour s'enquérir du contenu technique de la participation...(Cliquez sur le lien pour lire la suite)

    La Secrétaire générale Stéphanie Rivoal veut notamment se rassurer de la participation conséquente des entrepreneurs camerounais au Sommet Afrique-Fran...

    Read More
    Droit financier communautaire : la Cemac vulgarise les mécanismes
    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire et de sensibilisation sur les procédures de la Cour des Comptes de la Cemac. C’est autour de ces travaux de trois jours que les premiers responsables des institutions, organes et institutions spécialisées, et acteurs financiers de la zone Cemac (Communauté des économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale) s’affairent depuis le 3 décembre courant. Le centre des conférences de Sipopo de Malabo en Guinée Équatoriale accueille l’évènement. Il est question de former les acteurs impliqués dans la gestion des ressources mises à la disposition des institutions de la sous-région. Comme l’a expliqué dans son discours inaugural Juan Carlos Owono Ela Mangue,Les travaux de Malabo en Guinée Équatoriale ont débuté le 3 décembre 2019.

    Séminaire de vulgarisation du droit financier Communautaire...

    Read More
    Affaire Nexttel : le Vice-premier Ministre vietnamien en route pour le Cameroun
    Dans une récente parution, La Voix Du Koat informait le public de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera à la tête d’une délégation de neuf personnes. Au menu de ce voyage diplomatique, deux questions : la coopération bilatérale et les décisions liées au règlement des différends dans l'entreprise commune NexttelDans une récente parution, La Voix Du Koat informait les lecteurs de la visite officielle au Cameroun, du 1er au 3 novembre 2019, du Vice-premier Ministre vietnamien. Vuong Dinh Hue sera ...
    Read More
    Grand dialogue national : la France et la Francophonie encouragent la «libre expression»
    Elles se sont prononcées ce jeudi 12 septembre 2019 sur l’actualité majeure au Cameroun. À travers un tweet, la France laisse entendre qu’elle est attachée au « dialogue et à ...
    Read More
    Revendications anticoloniales : Martin Dibobe célébré en Allemagne
    Premier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une deuxième plaque au centre administratif de Berlin. Le gouvernement du Land de Berlin et de la ville de Berlin, capitale de la République fédérale d’Allemagne, a pris la résolution de retirer des noms de rues célébrant d’anciens esclavagistes et colonisateurs pour les remplacer par des noms d’anciens défenseurs des libertés fondamentales, des activistes de l’égalité des droits et des militants ou résistants anticolonialistes. Un acte que le professeur Kum’à Ndoumbè III considère comme une victoire suite à plusieurs années de luttes et d’injustices subites par les peuples colonisés d’AfriquePremier Noir conducteur de train dans les années 1900 à Berlin, ce Camerounais  d’origine et militant anticolonialiste a été honoré le 22 juillet 2019 par le gouvernement du Land avec une ...
    Read More