Conseil de cabinet : stop aux importations, priorité à la production locale

0

Les travaux présidés par Joseph Dion Ngute en sa qualité de Premier ministre et chef du gouvernement hier 31 janvier, visaient entre autres objectifs à limiter les importations et promouvoir le made in Cameroun.

Le Cameroun doit protéger les marchés locaux contre la concurrence déloyale. C’est peut-être en cette phrase, contenant une bonne dose de protectionnisme, que l’on peut résumer l’essentiel de la communication faite hier jeudi 31 janvier, par le nouveau Premier ministre, chef du gouvernement. Conscient que l’heure est grave et que la stratégie nationale de promotion des produits locaux est en panne si ce n’est qu’elle est infructueuse, l’Etat du Cameroun tire la sonnette d’alarme. Il ambitionne de relancer cette machine grippée à travers la valorisation des savoirs sur les enjeux de production agropastorale, la transformation, la distribution et la consommation. L’Etat compte ainsi notamment faciliter et prioriser par exemple la recherche des marchés pour la production locale non sans prendre en compte les besoins des consommateurs ou par exemple multiplier les comices, les foires pour la promotion des produits locaux. Une espèce d’orgueil national capable de bouleverser les habitudes pour susciter chez les décideurs un sentiment de redynamisation de l’économie camerounaise qui bat visiblement de l’aile.

Tissu de la production nationale

Joseph Dion Ngute en présidant son premier Conseil de cabinet, le premier également du « septennat des Grandes Opportunités », a prêté une attention soutenue aux deux exposés qui ont suivi son discours inaugural. Le premier exposé a porté sur l’impact des importations par le ministre des Finances, Louis-Paul Motaze. Dans sa prise de parole, le Minfi a parlé d’un trou de 800 milliards de Fcfa. Une enveloppe qui aurait eu pu servir à étoffer le tissu de production nationale. La promotion des produits made in Cameroun pour une réduction des importations. C’était d’ailleurs l’objet du second exposé déroulé par le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana. Le Mincommerce a souligné la nécessité de rendre ces produits disponibles, accessibles et surtout compétitifs tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. N’a-t-il pas d’ailleurs envisager depuis une dizaine d’années des descentes sur le terrain  pour continuer à traquer ceux des fabricants des produits de consommations qui se livrent à des pratiques peu orthodoxes.   Car ce ne sont que de telles actions répétées qui pourront dissiper le doute dans les esprits de certains consommateurs. Lire aussi :Industrialisation du Cameroun… La réponse se trouve en Chine

En clair, l’ambition du gouvernement, tel que livrée sur les antennes de la Crtv, consiste à pallier la dépendance du Cameroun des pays étrangers. Tel qu’édictées par le président de la République Paul Biya, le Pm a insisté sur le développement économique, la paix sociale, la sécurité aux frontières, la prise en compte des aspirations des jeunes et des femmes. Mais aussi, la préservation de l’unité nationale. A l’issue des échanges qui ont duré près de 3h, Joseph Dion Ngute a engagé son équipe en totale synergie pour l’atteinte de tous les objectifs.

Daniel NDING

Share.

About Author

Leave A Reply