Championnats professionnels : balle au centre, place au spectacle !

0

Après le faux départ de la semaine dernière, les championnats de Ligue 1 et Ligue 2 reprennent droit de citer ce week-end à Yaoundé. La bonne nouvelle est le fruit d’une réunion du Comité ad hoc de la Fédération camerounaise de football chargé de la réflexion sur l’avenir de la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc), tenue mercredi dernier.

Cette fois sera-t-elle la bonne ? Pas de doute. Le Syndicat des clubs d’élites du Cameroun (Sycec) et le président de la Lfpc ont donné leur parole (d’honneur). Les clubs reprendront le chemin des pelouses demain. C’est peut être les premiers fruits du Comité Adhoc chargé de proposer des solutions à la crise de confiance qui menace de manière perpétuelle, le bon fonctionnement de l’instance ayant pour siège, le quartier Fouda. Une victoire dont tout le mérite revient à son instigateur Seidou Mbombo Njoya, déterminé à siffler la fin de la récréation dans la cour de l’organe qui préside aux destinées du football professionnel au Cameroun. Lire aussi :Fécafoot : Appelez-moi Prince Seidou Mbombo Njoya !

Après avoir fait chou blanc le week-end dernier avec en prime, l’humiliation de Pierre Semengue -qui s’est entêté de botter en touche le mot d’ordre du Sycec au motif qu’il est illégal-, le bon départ est annoncé pour ce 2 février au stade militaire de Yaoundé. C’est l’une des résolutions phares de la réunion de crise tenue mercredi dernier sous la direction du premier vice-président de la Fécafoot, Alim Konaté. La situation antagoniste au sein de la Lfpc ayant poussé la maison mère du sport roi au pays de Samuel Eto’o, tutelle de Ligue, de sortir de sa réserve pour remettre de l’ordre, il était plus que jamais temps d’amener les deux factions en conflit, à enterrer la hache de guerre pour sauver l’intérêt supérieur du football. Lire aussi :Football professionnel : comment les clubs ont humilié Pierre Semengue

Apaisement

Pierre Semengue donnant le coup d’envoi. (Archives)

Tout a commencé par ce communiqué signé du nouveau locataire du palais de Tsinga le 28 janvier 2019, donnant injonction aux acteurs de la Lfpc sept jours pour démarrer un championnat, faute de quoi elle prendrait ses responsabilités « légales et réglementaires ». Ultimatum, mise en garde ou agacement ? Ce qu’on sait, c’est que la réunion tripartie Fécafoot-Ligue-Clubs élargie à certaines personnalités, était d’une importance capitale pour la survie des championnats professionnels qu’on annonçait en lambeaux au regard de l’avant-goût amer servi le 26 janvier dernier dans la gueule du général d’armée. Après plus de 4h d’échanges, de discussions et de conciliabules, Pierre Semengue peut pousser un ouf de soulagement. Parce que « le Comité ad hoc recommande que, dans l’intérêt unique et supérieur du football camerounais, la logique de l’affrontement se fasse à la logique d’apaisement », peut-on lire sur le communiqué qui a sanctionné le conclave.

Mais le plus important a été la résolution concernant l’ouverture des championnats professionnels Ligue 1 et Ligue 2 programmée pour ce week-end, avec la tenue samedi, de deux matchs de division. Canon de Yaoundé contre Panthère du Ndé et Eding sport Fc qui affrontera Yong Sport academy de Bamenda au stade militaire de Yaoundé. Le temps pour le Sycec qui attend des comptes du président de la Lfpc de calmer la tempête puisque « (…) l’Assemblée générale de la Lfpc est fixée au 28 février 2019 ». A suivre !

Daniel NDING

Share.

About Author

Leave A Reply