Can 2021 : Ahmad Ahmad et l’équation Alassane Ouattara

0

Alors que la Caf a obtenu le feu vert du Cameroun et de la Guinée pour le glissement des Can 2019 et 2023, la Côte d’Ivoire continue de donner du fil à retordre à l’instance que dirige le Malgache. Lui qui doit prochainement rencontrer le président de la République avec pour objectif d’entériner le décalage de deux ans de la Can organisée à la maison, de 2021 à 2023.

Le feuilleton de l’attribution des Can est loin d’avoir livré son dernier épisode. Chaque semaine qui passe donne lieu à un nouveau rebondissement, mettant fatalement la Confédération africaine de football sur le gril non sans provoquer frustrations et polémiques dans les rangs des pays concernés. En retirant l’organisation de la Can 2019 au Cameroun tout en lui réattribuant l’édition suivante, en 2021, la maison mère du football africain a ouvert une boîte de Pandore qui l’a obligée à procéder à un « glissement » de calendrier. Mais au regard des derniers événements en date, il ne serait pas maladroit de dire que la Caf commence à voir le bout du tunnel puisque le Cameroun, et la Guinée, qui a accepté de décaler sa Can de 2023 à 2025, ont donné leur feu vert et il ne manque plus que l’aval de la Côte d’Ivoire dont la Can à domicile doit passer de 2021 à 2023.

Contourner le Tas

Comment procéder pour faire plier le pays des Eléphants ? Quels stratagèmes employés pour éviter que l’affaire vire à une interminable succession de procès ? Ahmad et les têtes pensantes du Comité exécutif se remuent les méninges. Alors que à la Fédération ivoirienne (Fif) a saisi le Tribunal arbitral de sport (Tas) à ce sujet, le président de la Caf doit prochainement rencontrer le président ivoirien Alassane Ouattara pour trouver une solution. Avant cette entrevue, le Malgache a de nouveau mis la pression sur les Eléphants à l’occasion d’un entretien accordé mercredi dernier à nos confrères de France 24. « Nous n’avons pas encore reçu la réponse de la Côte d’Ivoire. Elle n’est pas obligée d’accepter l’organisation de la Can 2023 par, contre nous, nous sommes obligés de faire ce glissement », a affirmé le dirigeant malgache, avant de tacler les Ivoiriens concernant l’état d’avancée des travaux.

200 milliards pour être prêt le jour-dit

Alors que la Caf a obtenu le feu vert du Cameroun et de la Guinée pour le glissement des Can 2019 et 2023, la Côte d’Ivoire continue de donner du fil à retordre à l’instance que dirige le Malgache. Lui qui doit prochainement rencontrer le président de la République avec pour objectif d’entériner le décalage de deux ans de la Can organisée à la maison, de 2021 à 2023. « Je dois rencontrer prochainement le président de la République de Côte d’Ivoire, pour discuter avec lui. Est-ce que vous pouvez imaginer qu’il n’existe qu’un seul site de compétition. Il n’y a même pas la fondation du site, pas d’hôtels, pas de routes, pas d’aéroport. En deux ans on peut le faire ?

Ahmad et Ouattara.

« Je dois rencontrer prochainement le président de la République de Côte d’Ivoire, pour discuter avec lui. Est-ce que vous pouvez imaginer qu’il n’existe qu’un seul site de compétition. Il n’y a même pas la fondation du site, pas d’hôtels, pas de routes, pas d’aéroport. En deux ans on peut le faire ? Le mal de ce continent, ce sont les gens qui doivent réaliser la promesse du chef de l’Etat », a ajouté Ahmad. Aux dernières nouvelles, le gouvernement ivoirien compte accepter ce report et demander à Fif de retirer son recours au Tas, ce qui signifierait une victoire totale de la Caf. Pendant ce temps, la Côte d’Ivoire dit continuer à travailler pour respecter ses engagements pour 2021. En rappel, c’est une enveloppe globale de plus de 200 milliards de Fcfa, que l’Etat de Côte d’Ivoire, avec l’appui de ses partenaires, déploie pour ne pas se faire surprendre par les exigences connues de la Caf. Lire aussi :Football : l’Egypte organisera la Can Total 2019

D’ailleurs, les différents sites devant accueillir les groupes de la 33è édition de cette grand’messe du football africain sont en chantier. Un mouvement d’ensemble qui concerne 80% de l’œuvre. Le stade Félix Houphouët-Boigny a débuté sa réhabilitation à partir du 1erdécembre dernier. Date à laquelle la bonbonnière du Plateau a été fermée pour faire place aux ouvriers qui sont déjà à pied d’œuvre. En avance sur le calendrier établi par les services de la Caf, le stade Olympique d’Ebimpé présente un niveau d’achèvement de 65%. Une avancée qui précède les autres œuvres dont la durée de construction s’étalera sur 24 mois. En plus des infrastructures sportives dont les travaux ont été officiellement lancés le 19 octobre 2018, le Premier ministre ivoirien a indiqué que d’autres suivront sous l’impulsion des experts du Cocan 2021. A suivre !

Daniel NDING

Share.

About Author

Leave A Reply