Crise anglophone : les USA et le Royaume-Uni appellent au retour urgent à la paix

0

Après l’avoir félicité pour sa réélection «pacifique», les Etats-Unis et le Royaume-Uni attendent désormais Paul Biya sur la résolution immédiate du problème anglophone.

Après l’avoir félicité pour sa réélection «pacifique», les Etats-Unis et le Royaume-Uni attendent désormais Paul Biya sur la résolution immédiate du problème anglophone.

«Le Royaume-Uni félicite le président Paul Biya pour sa réélection», dixit la ministre du Royaume-Uni en charge de l’Afrique, Harriett Baldwin. Dans le communiqué publié ce mardi 23 octobre 2018 sur le site du gouvernement du Royaume-Uni, la ministre demande à Paul Biya, proclamé président par le Conseil constitutionnel le 22 octobre, de vite s’attaquer aux troubles insécuritaires qui minent les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest du Cameroun. «Nous restons profondément préoccupés par la détérioration de la situation dans les régions anglophones, qui continuent de subir des niveaux élevés de violence et de violations des droits de l’homme perpétrées à la fois par les forces de sécurité et les séparatistes armés. Le Royaume-Uni appelle le gouvernement camerounais à prendre des mesures urgentes pour remédier à la crise dans les régions anglophones. Il est essentiel que toutes les parties s’engagent dans un processus pacifique et structuré débouchant sur des réformes constitutionnelles, telles que définies précédemment par le président, et évitant le recours excessif à la force.»

Le Royaume-Uni convie toutes les parties à apporter une aide humanitaire à la population. Du côté des Etats-Unis, le message est quasiment le même. D’entame, une appréciation du récent scrutin. «Les États-Unis félicitent le peuple camerounais pour les élections largement pacifiques du 7 octobre. Nous nous félicitons de l’amélioration démontrable de la Commission électorale camerounaise par rapport aux élections de 2011.» Lit-on sur le site du gouvernement américain. Il y a un mais. «Nous avons constaté un certain nombre d’irrégularités avant, pendant et après les élections du 7 octobre. Ces irrégularités n’ont peut-être pas affecté le résultat mais ont donné l’impression que les élections n’étaient ni crédibles ni véritablement libres et équitables. Nous félicitons la Mission d’observation électorale de l’Union africaine pour sa déclaration préliminaire, notamment selon laquelle ‘‘le cadre actuel doit être renforcé afin de préserver les principes démocratiques de séparation des pouvoirs, d’équité, d’indépendance et d’impartialité’’.»

Exit l’élection présidentielle, le pays de Trump estime, comme les Camerounais d’ailleurs, que la crise anglophone n’a que trop durée, avec son lot de morts, de déplacés. Les États-Unis «encouragent vivement les deux parties impliquées à se concentrer sur le règlement des différends par un dialogue pacifique et à permettre un accès sans entraves aux travailleurs de l’aide humanitaire.»

Valgadine TONGA

Share.

About Author

Leave A Reply