Togo/Crise sociopolitique : les acteurs politiques appelés au civisme

0

C’est le message que lance l’Africaine des experts électoraux (Afeel), à l’attention de toute la classe politique togolaise, et à la population.

C’est le message que lance l’Africaine des experts électoraux (Afeel), à l’attention de toute la classe politique togolaise, et à la population. La crise sociopolitique qui secoue depuis des mois le Togo inquiète l’Africaine des experts électoraux

Faure Gnassingbé.

La crise sociopolitique qui secoue depuis des mois le Togo inquiète l’Africaine des experts électoraux (Afeel). Pomme de discorde, la tenue des échéances électorales prévues cette année 2018. Trois rendez-vous électoraux sont attendus. Il s’agit notamment des élections législatives mais aussi locales et le référendum. Contrairement à ce qu’on observe généralement, c’est l’opposition qui ne veut par de la tenue des élections. Si le président Faure Essozimna Gnassingbé tient au respect de la Constitution, l’opposition estime que le référendum aura pour fin la révision de la Constitution. Ce dont elle est contre. Et campe sur le retour de la constitution de 1992 et le vote de la diaspora togolaise, en filigrane un départ du chef de l’Etat avant 2020.

Devant cette fronde entre les deux parties, la société est à mal. Dans sa déclaration du 14 octobre signée par son président Ignace Tchiapke, l’Afeel désapprouve l’appel au boycott, lancé par l’opposition. Elle constate que «l’enrôlement en cours suscite un engouement débordant» chez les Togolais. Raison pour laquelle elle «déplore l’appel au boycott lancé par des partis de l’opposition à l’endroit de leurs militants dans le cadre de l’enrôlement.» L’Africaine des experts électoraux ponctue : «Le droit au vote des citoyens est un droit inaliénable à lui conféré et régi par la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen

Elle invite «tous les acteurs politiques togolais sans exception à faire le choix du progrès, de la fraternité, de la cohésion sociale, et à toujours privilégier le dialogue accompli comme arme des forts». En encourageant la Ceni –organe en charge de l’organisation des élections-, et l’administration territoriale, elle leur recommande notamment la prorogation de quelques jours, de la date limite de l’enrôlement ; l’amplification d’une campagne d’information sur le processus ; la cessation des appels à l’incivisme ; la réalisation des réformes constitutionnelles dans le respect des délais légaux.

Valgadine TONGA

Share.

About Author

Leave A Reply