Présidentielle 2018 : Transparency International contre Transparency International au Cameroun

0

Transparency International a-t-il envoyé une mission d’observation au Cameroun pour le scrutin du 7 octobre ? La préoccupation est devenue une polémique.

Transparency International a-t-il envoyé une mission d’observation au Cameroun pour le scrutin du 7 octobre ? La préoccupation est devenue une polémique.

Les « observateurs » de Transparency International pendant la conférence de presse.

Tout a commencé lundi 8 octobre à Yaoundé. Des personnes qui se sont présentées comme observateurs de l’Ong Transparency International on convoqué la presse à une conférence. Objet, faire un bilan global de la mission d’observation sur l’étendue du territoire.

Coup de théâtre, Transparency International a fait une déclaration ce mardi 9 octobre 2018. Directrice générale de T.I., Patricia Moreira «confirme n’avoir aucune mission internationale d’observation des élections au Cameroun.» Selon elle, il s’agit d’une «une tentative délibérée d’usurper l’identité de Transparency International ou de sciemment décrire des individus non affiliés comme des employés du mécanisme de surveillance de la corruption est totalement inacceptable. En cette période critique pour la démocratie au Cameroun, Transparency International et Transparency International Cameroon exhortent tous les partis politiques et les médias à agir de manière responsable et intègre dans leurs communications autour de l’élection et de ses résultats.» La polémique enfle. D’où sortent ces «observateurs» ? Ont-ils oui ou non berné les autorités camerounaises ? Transparency joue-t-elle un double jeu ?

Sur son mur Facebook, dame Nurit Greengers a dit sa part de vérité. «J’ai été sélectionnée et invitée par l’Agence Cameroun presse (ACP), -une organisation qui lutte contre la corruption et les préjugés médiatiques- et Transparency International pour être un observateur et capturer des irrégularités électorales lors de l’élection présidentielle qui a eu lieu le dimanche 7 octobre 2018. Les pays Acp sont assistés par globaleaks, un logiciel libre destiné à permettre des initiatives de dénonciation sécurisées et anonymes.» Elle persiste et signe : « Transparency International nous a formés, un groupe de 6. Sur les photos ci-joint il y a Ti Trainer qui a passé une heure avec nous pour nous donner tous les moyens de signaler des irrégularités si on en voit. La formation comprenait toutes les informations sur la façon de nourrir Ti avec le processus électoral dont nous avons été témoins afin qu’ils soient bien informés. En regardant attentivement les photos, on voit le lien international de transparence apparaître.» Qui dit vrai dans l’affaire ? Bien malin peut y répondre, pour l’heure.

Valgadine TONGA

Share.

About Author

Leave A Reply