Amical France-Cameroun : le chemin de croix des Lionnes indomptables

0

Secouées par une affaire de visas, les joueuses locales de la sélection nationale de football féminin et les membres de l’encadrement technique n’ont foulé le sol français que depuis 10h ce mardi. Pourtant, l’équipe est attendue ce soir à 21h au stade des Alpes de Grenoble pour une rencontre amicale contre les Bleues.

Secouées par une affaire de visas, les joueuses locales de la sélection nationale de football féminin et les membres de l’encadrement technique n’ont foulé le sol français que depuis 10h ce mardi. Pourtant, l’équipe est attendue ce soir à 21h

Les Lionnes indomptables.

Les premières images des membres de la délégation camerounaise sortant d’un jet privé affrété pour la circonstance par les bons soins de la Fédération française de football (Fff), ont commencé à faire le tour des réseaux sociaux à partir de 10h ce mardi. C’est en effet depuis quelques heures seulement qu’une partie des joueuses locales et le staff médico-technique des Lionnes indomptables sont sur le territoire français. Soit moins de 24h avant le coup d’envoi du match qui oppose le Cameroun à la France ce soir dans l’antre du stade des Alpes de Grenoble. Le groupe n’aura donc que très peu de temps pour se reposer, reprendre des forces avant de découvrir quelques 20 minutes avant le kick-off, la pelouse sur laquelle elles vont évoluer. Pour comprendre ce nouveau mélodrame à la camerounaise, il faut remonter à hier lundi 08 octobre où les vice-championnes d’Afrique et l’ensemble du staff technique étaient encore dans le flou.

La malédiction des visas

C’est que, la délégation composée d’une douzaine de personnes soit sept joueurs locales et six responsables du staff médico-technique s’est vue refusée les visas d’entrée en France. Alors que l’ambassade de France à Yaoundé exige d’eux des passeports de service en lieu et place des passeports ordinaires dont ils sont en possession, c’est un refus catégorique que la bande à Joseph Ndoko a essuyé devant les autorités consulaires. Une source de l’équipe administrative des félines indique pourtant que « les documents ont été déposés à l’ambassade à temps pour permettre à l’encadrement technique et les joueuses de voyager vendredi (5 octobre 2018) et d’arriver samedi, puisqu’il avait été demandé aux professionnelles de rejoindre l’hôtel mercure à Grenoble ce samedi là. Malheureusement, vendredi au moment de récupérer les visas, l’ambassade nous a dit que tout le monde ne voyage pas. Emmanuel Maboang Kessack s’occupe des filles sur place d’après un programme de travail établi par le coach Ndoko et son préparateur physique », confie-t-elle à nos confrères d’africafootunited.com.

Et le rendez-vous pris pour hier lundi 8 octobre 2018 à l’ambassade s’est transformé en un interminable concours de patience. Le pied de grue devant les services des représentants du Quai d’Orsay à Yaoundé, s’est avéré infructueux. Entre tractations et conciliabules, les responsables du Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) en ont eu pour leurs nerfs. Résultat des courses : ce n’est qu’aux environs de 19h que le précieux sésame a été remis à une partie de la délégation qui s’est empressé de sauter dans l’avion à destination de Paris.

Peur sur la Can 2018

A ce chemin de croix vient se greffer l’impréparation qui plane sur l’équipe du coach Ndoko. Tenez par exemple ! Aucun stage de préparation en bonne et due forme. Depuis leur retour d’Afrique du Sud où elles ont pris part au tournoi Cosafa, les joueuses ne se sont pas retrouvées toutes ensembles, amateurs et professionnelles pour peaufiner cette sortie internationale. Plusieurs problèmes ont continué de plomber le climat au sein de l’équipe. Pire, confrontées sans le vouloir à cette scabreuse affaire de visas, Annette Ngo Ndom et ses coéquipières n’ont eu d’autre choix que de se soumettre aux rafistolages. Seules les footballeuses professionnelles exerçant à l’étranger ont pu accéder sans sourciller aux visas.

Conséquence, uniquement neuf (09) joueuses sur les vingt (20) convoqués par Ndoko étaient déjà dans la métropole avant l’arrivée des joueuses locales. Notamment, Ngo Ndoumbouck Marlyse, Zouga Francine, Meffoumetou Falonne, Ngock Tango, Leuko Yvonne, Mani Christine, Nchout Ajara, Michèle Akaba et la surprise de cette liste Gaëlle Enganamouit. Aboudi Onguene qui est finalement « bloquée en Russie du fait des difficultés à obtenir son visa pour la France », a appris La Voix Du Koat.  Faute de mieux, Maboang Kessack, le coach adjoint de la sélection nationale olympique masculine et François Ngoumou ont été mis à contribution pour limiter les dégâts et « sauver le match ». Suffisant pour comprendre que les vieux démons de l’impréparation et de l’amateurisme continuent de hanter la tanière des Lionnes. Et dire que le groupe aura rendez-vous avec l’histoire dans quelques semaines au Ghana pour la Can 2018 !

Daniel DING

Share.

About Author

Leave A Reply