Campagne électorale : Laurent Esso drague le Nkam

0

Dans sa stratégie du porte à porte, le président de la commission de campagne du Rdpc dans le Wouri, a rencontré la communauté nkamoise de Douala, ce mercredi 3 octobre 2018.

Laurent Esso poursuit sa stratégie de porte à porte. La journée du mercredi 3 octobre 2018, l’a conduit dans la communauté yabassienne de Douala. Elle porte d’ailleurs bien son nom, «le Camp Yabassi». Accompagné du ministre des Arts et de la Culture Narcisse Mouelle Kombi, le président de la commission régionale de coordination de la campagne du Rdpc pour le Littoral. Une aubaine à point, pour les élites du département du Nkam. Qui n’ont pas craché sur l’occasion.

Les autorités traditionnelles et élites Sawa estiment qu’il est l’homme de la situation. «Le peuple Sawa du Wouri proclame distinctement sa foi profonde au candidat Paul Biya, pour répondre avec succès

Laurent Esso, le 30 septembre 2018 au meeting du Ngondo. (Archives)

«Nous voulons les routes à Yabassi. Nous voulons exploiter notre bois à Yabassi, le transformer à Yabassi. Nous voulons que le Nkam soit transformé en zone industrielle. Dites-le au président Paul Biya, parce que pour nous, il est déjà président», a martelé l’ancien député de la nation Paul Alphonse Soppo, militant de l’Upc. Jean De Dieu Momo du Paddec a poursuivi dans la même lancée, tout en appelant les jeunes à la vigilance. «J’étais égaré. Ne vous égarez pas comme moi. Je suis avec Paul Biya à vie. En France, ils ont eu des rois qui sont restés à vie au pouvoir, question de bâtir une fondation solide», a-t-il relevé, sur des applaudissements nourris de l’assistance. Et d’ajouter : «Quand l’occident et ces médias traitent un chef d’Etat africain de dictateur, c’est signe que celui-ci sert son pays. Le Cameroun va vers les grandes opportunités» avec Paul Biya.

Fils du Nkam, Narcisse Mouelle Kombi a souligné «l’impérieux devoir du Nkam, de voter pour le candidat Paul Biya, le 7 octobre. Cette élection n’est pas comme les autres. Elle est précisément rude, ne nous le cachons pas», prévient le ministre, qui ne va pas sans compter les réalisations de Paul Biya dans le département du Nkam. «Aucune élection n’est gagnée d’avance. Le Nkam doit beaucoup au président Paul Biya. Il aurait pu faire d’avantage, mais le maire, dont je ne veux pas citer le nom, ne l’a pas permis, vu qu’il est d’un autre bord politiqueLire aussi :Campagne présidentielle : les Rois Sawa appellent au plébiscite de Paul Biya

Devant le pupitre de circonstance, c’est un Laurent Esso décontracté, souriant et des fois blagueur qui a passé en revue ses liens familiaux avec le Nkam. Avant de rappeler que : «les réalisations ont été faites dans le Nkam, mais je voudrai vous assurer qu’elles vont se poursuivre, parce que le développement n’est pas une affaire d’un jour. Je vous invite à voter le 7 octobre le candidat Paul Biya

Valgadine TONGA

Share.

About Author

Leave A Reply