Présidentielle 2018 au Cameroun : l’Ong Un Monde Avenir évalue les anomalies

0

POINT DE PRESSE 1 MONDE AVENIR ET PARTENAIRES
Douala le 25 septembre 2018

Suite à la convocation du corps électoral pour l’élection présidentielle le 9 juillet 2018 et quelques jours après le lancement officiel de la campagne le 22 Septembre 2018 (soit 90 jours et 15 jours respectivement avant la date du scrutin, en conformité avec le Code Electoral), l’ONG Un Monde Avenir et ses partenaires associatifs, engagés dans le suivi du processus électoral en vue de l’avènement d’une démocratie véritable, tiennent à vous faire part d’un certain nombre de constats et problèmes susceptibles de nuire au bon déroulement non seulement de la présidentielle en cours, mais également sur les élections à venir.
Concernant les inscriptions sur les listes électorales.
Un monde Avenir et ses partenaires associatifs prennent acte de la publication par ELECAM du nombre total des inscrits à la date de convocation du corps électoral qui est de 6 605 813 inscrits, dont 324 463 en 2018. Ils tiennent toutefois à relever tout en exprimant leur surprise, la faiblesse du nombre d’inscrits en 2018 nonobstant toute la mobilisation de la société civile, des partis politiques, voir de ELECAM et d’autres mouvements indépendants.
Sur Les situations conflictogènes :
Parmi les situations susceptibles de nuire au bon déroulement du processus électoral, Un Monde Avenir et ses partenaires associatifs relèvent entre autres que :
– Les jeunes de moins de 20 ans étant intéressés par la politique mais étant malheureusement privés du droit de vote par la loi, manifestent de plus en plus leur frustration et peuvent être violents.
-La situation sécuritaire reste préoccupante dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, ce qui est en train d’hypothéquer grandement la tenue du scrutin dans ces localités.
– Le parti au pouvoir a initié depuis quelques jours une campagne d’affichage en marge des dispositions des articles 87, 88, 89, 90 et 91 du Code électoral, qui règlementent les affichages en période de campagne électorale. La destruction de ces affiches déjà observée dans certaines localités par les sympathisants des autres candidats, peut provoquer des altercations pouvant générer la violence.
Sur la distribution des cartes électorales :
S’agissant de la distribution des cartes, Un Monde Avenir et ses partenaires associatifs sont en mesure d’affirmer que des milliers de personnes régulièrement inscrites sur l’ensemble du territoire ne retrouvent pas leurs cartes électorales. Ils tiennent aussi à vous informer que des listes sont actuellement en train d’être constituées dans des réunions familiales, au niveau des chefferies et des blocs, avec identification complète des membres, pour des raisons à élucider.
Sur les bureaux de votes
En ce qui concerne les bureaux de vote, Un Monde Avenir et ses partenaires associatifs tiennent à relever que :
 Malgré l’annonce faite par Elecam de retirer les bureaux de vote des casernes et des chefferies, aucun acte administratif formel, ni note officielle n’a encore été posé dans ce sens à 12 jours du scrutin.
 La multiplication des centres de votes, avec 1 seul bureau de vote, participe des manœuvres pour rendre le contrôle difficile. A ce jour le Cameroun compte 24 944 bureaux de votes sur le territoire national.
Sur l’immixtion du MINAT dans le processus :
Sous prétexte du contexte sécuritaire dans les régions anglophones, le ministre de l’administration territorial est en train de s’impliquer plus qu’il n’en faut dans le processus, sans s’en référer à ELECAM.
Sur l’observation électorale
Le MINAT a systématiquement réduit des accréditations aux observateurs de la Société Civile. A titre d’exemple, sur une liste de 600 observateurs soumise, plus de 500 ont été refusés, ce qui constitue une violation du droit des citoyens à observer le processus électoral.

Share.

About Author

Leave A Reply