Technologie : Mtn présente sa chaîne vidéo sur commande

0

Yabadoo se veut une plateforme qui fait prévaloir les productions camerounaises.

Regarder la télévision, les films et autres séries à toute heure et à moindre coût. C’est l’une des particularités de Yabadoo, vantés par Mtn Cameroon. L’application a été présentée le jeudi 20 septembre 2018 devant les médias à Douala. Manager Innovation à Mtn, Patrick Ndjientcheu relève les grandes spécificités de Yabadoo. Premièrement, «elle ne consomme pas votre crédit internet. Généralement quand vous avez souscrit à un forfait de 100mégas et que vous commencez à regarder un film, en temps normal, le forfait expire après 30min. Sur Yabadoo, regardez pendant 1heure voire 2heures, votre forfait restera à 100mégas.» Tout n’est pas gratuit. Il faut une somme pour le moins symbolique. «C’est le crédit de communication qu’on utilise. Il suffit d’avoir du crédit et d’acheter le film sur la plateforme Yabadoo». Les prix varient : 350 Fcfa pour un film pendant une semaine ; 500 pour une série -une saison-  pendant une semaine ; 1500 la série sur un mois.

Yabadoo se veut une plateforme qui fait prévaloir les productions cinématographiques camerounaises

Deuxièmement, Yabadoo met l’accent sur le contenu local. «Il y a les plateformes qui existent mais vous ne pouvez pas y retrouver le contenu local et légal. C’est sur Yabadoo que vous pouvez le trouver. Pour le moment, nous n’avons que trois films camerounais sur la plateforme. Les acteurs de l’espace cinématographique y travaillent pour nous produire les contenus. Le ratio de contenu camerounais sera de 60% et 40% de films internationaux», rassure Patrick Ndientcheu.

La plateforme est très bien accueillie chez les acteurs du cinéma. «Yabadoo arrive dans un univers concurrentiel où il y a déjà énormément d’applications, mais nous trouvons une certaine originalité, pour nous les producteurs de contenus. Cette application va permettre aux producteurs de pouvoir vendre véritablement leurs contenus. Ce qui nous intéresse ici c’est qu’ils sont plus axés sur les contenus locaux, et avec tous les talents que le Cameroun regorge, on pourra facilement écouler nos films, long métrage, court métrage, documentaire. C’est un marché de plus, à côté des marchés classiques que sont les salles, les télévisions, les festivals. Elle va apporter un gros coup de pouce à la production du cinéma camerounais», se réjouie Michel Kuate, réalisateur, par ailleurs délégué général du Festival international du court-métrage de Douala.

V.T.

Share.

About Author

Leave A Reply