Bonamoukouri : l’excellence communautaire placée sous le signe de la promotion de la langue Duala

0

La communauté Bonamoukouri dans le canton Banakouamouang a organisé dans les installations du Collège de la Salle de Douala les 08 et 09 septembre 2018 la 5ème édition de l’excellence des enfants qui se seront illustrés entre les deux éditions.

Les installations du Collège de la Salle de Douala ont pendant deux jours (du 08 au 09 septembre 2018) servi de cadre d’animation et d’expression des talents dans les différentes activités sportives, ludiques et culturelles organisées dans le cadre de la 5è édition de l’excellence Bonamoukouri-Bonakouamouang. Une première dans le cadre de cette initiative qui passait de l’excellence scolaire consacrée à célébrer les meilleurs élèves de ce village qui se seront illustrés au cours de l’année scolaire et académique précédente à l’excellence de tous les filles et fils qui se seront illustrés dans aussi bien sur le plan scolaire et académique que lors des différentes activités compétitives organisées au cours de cette édition, mais aussi dans d’autres domaines de la vie. Pour cette 5è édition, le président du Comité d’organisation, Rodolphe Ekoko Kouoh, assisté d’une forte équipe où l’on retrouvait à la commission de communication Charly Ekanga et Charles Douglas Ndemba, n’a lésiné sur aucun effort pour mettre les petits plats dans les grands. Après la précédente édition qui était sous le signe du «multiculturalisme et le vivre ensemble», cette 5è édition a été placée sous le signe de «l’initiation à la langue duala».

La communauté Bonamoukouri dans le canton Banakouamouang a organisé dans les installations du Collège de la Salle de Douala les 08 et 09 septembre 2018 la 5ème édition de l’excellence des enfants qui se seront illustrés entre les deux éditions.

Les récipiendaires.

Le public a pu apprécier le concours d’expression en langue duala réservé aux enfants de moins de 10 ans, ainsi l’expression des danses folkloriques sur les aires des chants traditionnels. Mais surtout, l’hymne national chanté en langue duala par des jeunes de moins de 12 ans. La présidente de la commission d’animation et des affaires culturelles, Charlotte Makembe Mouangue en a profité pour exhorter les filles et femmes du village Bonamoukouri d’aller s’inscrire à l’école d’initiation à la langue duala destinée à la formation des formateurs qui est gratuite. Anecdote pour anecdote, le formateur principal est un jeune garçon originaire de l’Ouest. «Au lieu de porter seulement les Kaba et les jolis colis pour aller aux réunions, à l’église et aux cérémonies funéraires, il faut aussi se sacrifier pour aller à cette école qui permet de mieux promouvoir la langue et la culture duala. Surtout en ce moment où nos valeurs traditionnelles sont en perte de vitesse». Et de poursuivre : «Nos enfants vont à l’école du blanc apprendre l’éducation occidentale, c’est bien, mais il est dommage que ces enfants n’aient aucune connaissance de leurs us et coutumes, et surtout ne parlent pas correctement leur langue maternelle». Lire aussi :Éducation : Les Bonamoukouri célèbrent l’excellence scolaire

Le tout a été clôturé en apothéose par la cérémonie de remise des prix organisée au gymnase du Collège de la Salle. Une cérémonie qui a vu le nombre de lauréats passés de 48 à l’édition précédente à 70 à cette édition, preuve que cet évènement prend au fil des éditions de plus en plus de l’importance. Plus encore, atteint son principal objectif la stimulation des jeunes à l’effort : «Cet évènement a été institutionnalisé pour faire comprendre l’importance de l’éducation à nos enfants ; inculquer le culte de l’excellence et assurer une relève digne» a affirmé S.M. Alain Camille Dissake Mouangue,  Chef supérieur du village Bonamoukouri-Bonakouamouang. Aux différents lauréats issus des quatre foyers de ce village et des composantes sociologiques qui y habitent, le Sous-préfet de l’Arrondissement de Douala 1er, Jean Marie Tchakui a demandé qu’ils soient «des jeunes dignes et exemplaires pour ceux qui n’ont pas eu l’honneur d’être boursiers à cette édition». Non sans reconnaitre que cette initiative contribue à «la promotion de l’éducation tel que l’a prescrit le Président de la République, Paul Biya à la tribune de l’Unesco, et à la formation des citoyens dynamiques et épris de paix».

Seul hic, pour le Comité d’organisation, c’est que tous les meilleurs élèves n’ont pas pu être primés, faute de moyens. Conséquence, seuls les enfants ayant réussis aux différents examens des enseignements primaires, secondaires et universitaires des sections anglophones et francophones ont été primés. Présidée par le Sous-préfet de l’Arrondissement de Douala 1er Jean-Marie Tchakui qui était accompagné pour la circonstance du Maire de la Commune d’arrondissement éponyme, Jean Jacques Lengue Malapa et de son prédécesseur, Jean Marc Ekoa Mbarga (actuellement Sous-préfet de Douala 4è et invité spécial), cette 5è édition a drainé tous les fils et filles Bonamoukouri, ainsi que les composantes sociologiques allogènes résidentes dans ce village, qui est situé en plein cœur du centre urbain de la ville de Douala. Au premier plan, l’initiateur de ce grand rendez-vous annuel, le Chef supérieur des Bonamoukouri-Bonakouamouang, S.M. Alain Camille Dissake Mouangue, lui aussi accompagné de quelques chefs des amies à l’instar du chef du village Bonamouti-Déido, S.M. Bella Toube  et du chef du village… -Bonabassam, S.M. Eugène Ekéké.

Herman NOE

Share.

About Author

Leave A Reply