Sécessionnisme/Exécution sommaire: la grossière manœuvre de désinformation

0

C’est ainsi que le gouvernement qualifie la vidéo en circulation sur les réseaux sociaux attribuant à l’armée camerounaise des actes odieux et d’exécution sommaires perpétrés sur des civils. Dans un point de presse donné mercredi 11 juillet 2018 à Yaoundé, Issa Tchiroma Bakary a démontré, en quatre points, les incongruités et incohérences de cette vidéo.

Les militaires qui sont impliqués dans cette opération présentent visiblement le même phénotype. Or, l'armée camerounaise est une armée qui réunit, en son sein,

Des soldats du BIR au front.

 «Fake news sur des prétendues exécutions sommaires attribuées aux forces de défense camerounaises». C’est ainsi qu’est intitulé le propos du porte-parole du gouvernement camerounais. D’après Issa Tchiroma Bakary, «la vidéo circulant sur les réseaux sociaux attribuant aux forces armées camerounaises des actes odieux  d’exécution sommaires perpétrés sur des civils participe d’une manœuvre de désinformation grossière, dont les faits projetés n’ont aucun lien avec l’action menée par les forces de défense et de sécurité dans le cadre des missions qui leur sont confiées».

Dans cette veine de conspiration manifeste, explique le ministre de la Communication (Mincom), la vidéo diffusée n’est autre qu’une malheureuse tentative de transfiguration de la réalité et d’intoxication du public, dont il est aisé de démentir la sincérité au regard des indicateurs factuels contenus dans cet horrible trucage avec des voix approximativement apposées sur des séquences visuelles. Le porte-parole du gouvernement a, d’ailleurs, grâce à des experts en cybernétique mobilisés par le gouvernement, fait cas des éléments incongrus analysés par ces spécialistes de la cybercriminalité et de la cyber-sécurité.

Premièrement, explique Tchiroma, «les militaires qui sont impliqués dans cette opération présentent visiblement le même phénotype. Or, l’armée camerounaise est une armée qui réunit, en son sein, toutes les composantes sociologiques de la nation».

Deuxièmement, ajoute le Mincom, l’élément vestimentaire étant fondamental dans l’identification d’une armée en rapport, d’ailleurs, avec l’environnement géographique, l’on note à  l’examen de cette vidéo, que les hommes concernés arborent des uniformes bariolés pour certains de type « forêt » alors que le paysage et le relief indique clairement que l’on se trouve en zone sahelo-saharienne.

Les militaires qui sont impliqués dans cette opération présentent visiblement le même phénotype. Or, l'armée camerounaise est une armée qui réunit, en son sein,

Troisièmement, ajoute l’officiel gouvernemental, les armes arborées par les présumés soldats présentés dans la vidéo ne sont pas celles utilisées par l’armée camerounaise dans cette  zone d’opération.

Quatrièmement, conclut Issa Tchiroma, un des hommes se faisant appeler « le caporal-chef Cho Cho Sissignon » n’arbore aucun signe de son grade. Par contre, l’écusson parachutiste présenté n’est pas conforme au design de l’armée camerounaise. Il s’agit donc d’une énième tentative de diabolisation de ces valeureux soldats qui se sacrifient au front tous les jours, pour la défense de l’intégrité nationale.

Serge Aimé BIKOI

Share.

About Author

Leave A Reply