Crise anglophone : Fru Ndi attendu au Haut commissariat du Nigéria

0

C’est l’une des annonces faites le week-end dernier lors des dernières assises du Comité exécutif national, lesquelles se sont tenues à Soa.

Au moment où il règne un enlisement de la situation sociopolitique interne, le chairman du Sdf, Ni John Fru Ndi, éprouve des difficultés à rencontrer de milliers de déplacés et de réfugiés nés de cette crise. La figure de proue de la principale force politique de l’opposition camerounaise est, d’ailleurs, attendue ce lundi 11 juin 2018, au siège du Haut commissariat du Nigéria à Yaoundé. Question d’engager une action humanitaire pour les réfugiés camerounais au Nigéria, conséquence immédiate de la crise anglophone.

Les membres du Comité exécutif national ont, lors des lors assises des 21 et 22 avril 2018 à Bamenda, formulé des résolutions sur la vie du parti, ainsi que sur la scène nationale et, singulièrement, sur la crise anglophone.

Ni John Fru Ndi.

La principale formation politique de l’opposition camerounaise décrie –encore- l’approche du système gouvernant en place consistant à récuser la voie du dialogue inclusif avec toutes les parties prenantes concernées par la crise sociopolitique actuelle. Les membres du comité exécutif national du Social democratic front (Sdf) exigent, en effet, un dialogue obligatoire avec toutes les forces plurielles impliquées dans le processus de règlement de ce contentieux anglophone, dont l’enclenchement remonte en octobre 2016 dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest-Cameroun.

2018 étant une année électorale en dépit des incertitudes sur le calendrier, le comité exécutif national demande à tous les candidats des différentes aires géographiques de compétir aux législatives et aux municipales. Histoire de contribuer à l’élévation du nombre d’élus locaux autant à l’Assemblée nationale que dans les municipalités. Josua Osih, candidat du Sdf à la prochaine présidentielle, poursuivra, à cet effet, sa tournée dans la quasi-totalité des régions camerounaises, l’enjeu étant d’être à la quête de l’électorat hétéroclite. Aussi le Sdf continuera-t-il d’exercer une pression permanente sur le conseil électoral d’Elecam afin qu’il y ait un minimum de respect pour le code électoral. L’on se souvient, à ce propos, que le Sdf pour le Centre avait, il y a quelques mois, battu en brèche l’installation des bureaux de vote dans les casernes militaires lors des échéances électorales. Jusqu’ici, Elecam n’y a pas répondu favorablement. Enfin, le comité exécutif national prend acte et félicite de nouveaux militants ayant intégré les rangs du Sdf. Ces derniers sont, réalité selon les sources du comité exécutif national, des transfuges du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc).

Serge Aimé BIKOI

Share.

About Author

Leave A Reply