Médias sociaux: nouveau facteur d’effritement des liens familiaux

0

Dans sa déclaration liée à la commémoration de la 24ème édition de la journée internationale de la famille, déclaration lue, ce mardi, 15 mai 2018, devant des Hommes de médias, Marie-Thérèse Abena Ondoa, ministre de la Promotion de la femme et de la Famille, a énuméré des anciens et nouveaux phénomènes sociaux à l’origine de la désagrégation des cellules familiales. Le nouveau phénomène, qui entre en ligne de compte dans le processus de déstabilisation des structures familiales, est l’utilisation abusive et incontrôlée des réseaux sociaux. Toute chose qui, dans les enseignes familiales, marque la distance, voire la ségrégation entre les membres de famille tant chaque individu est, en permanence, connecté sur les techno-médias et, singulièrement, sur les réseaux sociaux.

Cette symphonie a été clamée ce mardi, 15 mai 2018

Marie Thérèse Abena Ondoa

Whatsaap, Facebook, Twitter, Messenger, Instagram, Imo, Badoo sont des réseaux sociaux qui tiennent en haleine un nombre exubérant d’internautes ces dernières années. Cette emprise, voire cette mainmise des nouveaux médias sur les agents sociaux contribue à altérer le socle des relations interpersonnelles en famille, à dissoudre les liens de socialité et à renforcer les relations affinitaire et solidaire entre les membres des familles internes et ceux des micro-groupes extérieurs. Les liens familiaux solides au départ se désagrègent chemin faisant consciemment ou inconsciemment, -délibérément ou involontairement- et entrainent la fissure de la fibre unitaire des familles au profit de la construction d’une résilience sociale avec des groupes de pairs (amis, camarades, collègues, confrères et divers groupes facebook et Whatsaap fondés ici et ailleurs).

Fracture du lien familial au bénéfice du lien social

Avec l’influence des réseaux sociaux sur les structures familiales, des membres de plusieurs cellules familiales sont plus enclins à se lier et à se relier à autrui appartenant à des microcosmes divers qu’à la sphère familiale initiale. Conséquence: il naît une fracture du lien familial au bénéfice du lien social tant il y a une disjonction de la fibre unitaire du groupe d’appartenance qu’est la famille au profit de la construction des liens de solidarité, d’affinité, d’affectivité et de sociabilité avec des groupes de référence, dont la constellation d’amis, de collègues, de confrères, de consœurs constituent l’armature. Irrémédiablement, l’on ne se retrouve plus avec des enfants de la communauté (Gemeinschaft) au sens de Ferdinand Tönnies, Sociologue allemand. Ce fut d’ailleurs le cas autrefois, dans un espace restreint où l’enfant d’une famille était l’enfant de toute la communauté; l’on ne se retrouve plus avec des enfants d’une même famille qui, après les occupations scolaire, parascolaire et professionnelle, sont plongés, chacun dans son giron, dans la nasse des médias sociaux au point de dissoudre la communication familiale. A témoins, l’on se retrouve avec des familles, en zones urbaines modernisées et mondialisées, dont la progéniture ne dialogue plus en permanence comme à l’époque antérieure. L’on se retrouve avec des familles, dont les membres échangent plus avec des tierces personnes qu’avec ses parents, frères, sœurs, cousins, nièces, oncles présents dans le même cocon familial. Pire encore, l’on se retrouve avec des familles, dont les agents hyper-connectés sur la toile, sont, certes, dans un même îlot, mais qui sont éloignés les uns des autres parce que chacun reste arc-bouté sur son i-phone, sur son gadget androïde ou sur son ordinateur portable, dont il a du mal à se départir vu l’attrait perpétuel des réseaux sociaux en matinée, en journée et en soirée.

Les enfants de la société planétaire

L'emprise, voire la mainmise des nouveaux médias sur les agents sociaux contribue à altérer le socle des relations interpersonnelles en famille, à dissoudre les liens de socialité. Dans sa déclaration liée à la commémoration de la 24ème édition,

Sur ces entrefaites, le nouveau phénomène ambiant que représentent les réseaux sociaux participe, sans conteste, à la création des enfants de la société planétaire, à l’avènement des enfants de la mondialisation et à l’invasion des enfants des réseaux sociaux en inter-connexion non plus avec l’en-groupe(groupe social d’appartenance), mais ils sont plutôt en interactivité avec le hors-groupe (groupe social de référence) constitué des pairs domiciliés autant à l’interne qu’à l’international sur la toile. Cette reliance sociale avec le «village global», -pour emprunter la terminologie chère à Marshall Mc Luhan, Sociologue de la communication- contribue en dépit des poches de conflictualisation des rapports inter-individuels, à solidifier la dynamique affinitaire et sociétaire entre égo et alter, entre ici et ailleurs et entre soi et autrui. Ces médias sociaux fragilisant le lien familial aide alors à structurer l’altérité, la diversité et, parfois, la conflictualité entre soi et autrui.

Au demeurant, eu égard à l’environnement de l’afflux des médias sociaux qui assiège le quotidien ambiant des Camerounais subjugués par ce nouveau « type idéal » vital, il apparaît, en référence à Georges Balandier, Anthropologue et Sociologue dynamiste, une incidence d’une « dynamique du dehors » (les réseaux sociaux) sur une « dynamique du dedans »(la vie familiale contemporaine). La société camerounaise actuelle ressemble, en réalité, à cet espace public où la culture du vivre-ensemble avec l’ailleurs ou, du moins, avec autrui a plus d’emprise sur la logique de l’être-ensemble avec ses proches de la cellule domestique. A la faveur de l’ancrage des réseaux sociaux dans les « manières d’agir, de penser, de sentir » et de faire des citoyens du monde, le nouvel éthos du vivre-ensemble avec autrui et l’ailleurs s’est développé au détriment de l’être-ensemble avec ses composantes familiales. Ainsi sommes-nous, par corollaire, plus distants des nôtres dans les entités familiales que ceux qui n’en font pas partie intégrante parce que échangeant et pérorant avec eux perpétuellement dans le cyber-espace. Ce nouvel habitus vital débouche, consciemment ou inconsciemment, sur l’effritement progressif des liens familiaux.

Serge Aimé BIKOI, Journaliste et Sociologue du développement

 

Share.

About Author

Leave A Reply