Automobile : le Cameroun célèbre ses premiers mécatroniciens

2

Les seize récipiendaires du centre de formation Asta ont reçu leurs parchemins des mains du ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle.

Il leur a fallu douze mois. Toute une année pour se former à un métier encore peu connu au Cameroun, la mécatronique automobile. La première promotion d’Auto Service Training Academy, Asta, (Asta est le centre de formation de la maison Autohaus qui est concessionnaire et représentante de Volkswagen au Cameroun) est sur le terrain. Ils sont seize récipiendaires au total.  Ils ont reçu leurs parchemins, mardi 8 mai 2018, lors d’une cérémonie présidée par le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Il y a eu du beau monde au siège d’Autohaus à Douala, notamment l’ambassadeur de l’Allemagne au Cameroun.

Les seize récipiendaires du centre de formation Asta ont reçu leurs parchemins des mains du ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle.

Les quatre majors de la formation.

De grands sourires se dessinaient sur les visages des seize jeunes lauréats. Il y a de quoi. Après la longue formation, ils sortent avec une assurance d’emploi.  «Ils étaient trente, mais ce sont seize qui ont passé l’examen. Les autres avaient déjà l’emploi et n’ont pas voulu composer. Les lauréats sont intégrés à 100%», renseigne le promoteur d’Asta, Dr Christian Kouam. Celui qui est par ailleurs PDG de Autohaus S.A souligne : «Il était question de donner aux apprenants les bases pour pouvoir réparer les véhicules d’aujourd’hui et de demain, comprendre la communication qu’il y a entre les véhicules. Il faut savoir que la mécanique automobile c’est la mécanique des véhicules qui ont déjà de l’électronique. Aujourd’hui, les véhicules sont de plus en plus électroniques. C’est un mélange d’informatique, de mécanique, d’électronique et de robotique. Le garagiste c’est quelqu’un qui n’a fait que de la mécanique. Il ne sait pas allier l’électronique, et vous verrez que le garage tel que vous le connaissez aujourd’hui ne va plus exister à l’avenir. Il ne sera plus possible de réparer une voiture en bordure de la route parce que ces garagistes ne savent pas réceptionner le véhicule.»

Pour se performer, les récipiendaires avaient comme matières la gestion moteur, électronique automobile, droit allemand et anglais parce que le diagnostic se fait en anglais. «En fait, ponctue le PDG, nous formons exactement comme ça se fait en Allemagne. Autohaus suit l’exemple allemand de l’employabilité des jeunes. C’est pourquoi il a créé en son sein le centre Asta. La sortie de cette première promotion est une grande fierté. En tant qu’ancien Camerounais de la diaspora, je peux dire que j’ai rempli mon cahier de charge vis-à-vis de la société, de l’Etat et de moi-même.» Mouyikouop Abdou Bachirou fait partie de ces premiers mécatroniciens formés au Cameroun.  «Grâce à cette formation de haut niveau, déclare-t-il, nous pouvons entrer dans le monde de l’emploi et de l’auto-emploi. Nous sommes fiers de cette formation qui nous donne des atouts importants pour notre carrière professionnelle.» Le secteur de la mécatronique représente une niche d’emplois à saisir pour le Cameroun.

Valgadine TONGA

Share.

About Author

2 commentaires

  1. Darry Cédric NJIPKOUO on

    Bonjour,
    Je suis vraiment motivé par la formation que vous offrez aux jeunes camerounais. Néanmoins je souhaite avoir votre contact afin de prendre attache avec votre structure pour suivre ladite formation.
    Je réside à douala ( bonamoussadi) .
    Merci d’accuser réception !

    Cédric NJIPKOUO

Leave A Reply