Sénat: Paul Biya prend les mêmes et recommence

0

Le Président de la République a procédé, le jeudi 12 avril 2018, à la nomination des 30 sénateurs, soit 3 sénateurs titulaires par région et 3 suppléants. En dehors de quelques figures qui font leur entrée dans la chambre haute du parlement camerounais, la quasi-totalité des sénateurs sortants sont reconduits.

Le décret qui confie désormais toutes les activités liées au service public de l’eau à la Camwater est de nature à permettre à cette entreprise publique de répondre aux

Le Chef de l’État a quasiment nommé les mêmes sénateurs que ceux de la mandature 2013-2018. Parmi les 30 sénateurs nommés, figurent majoritairement ceux du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Parmi les grands noms qui reviennent, Il y a ceux d’Ibrahim Mbombo Njoya, sultan du royaume Bamoun, Aboubakary Abdoulaye, Premier vice-président du Sénat de l’équipe sortante, par ailleurs Lamido de Rey Bouba. Il y a aussi Madiba Songue, président en exercice du Ngondo ayant appelé, le 8 avril 2018, lors de la visite de Paul Atanga Nji, ministre de l’Administration territoriale (Minat), au soutien de la candidature de Paul Biya à la présidentielle de cette année.

Parmi la vingtaine des cadres du parti au pouvoir ayant bénéficié, à nouveau, de la confiance du prince du Renouveau, il y a aussi des figures féminines non des moindres. Paulette Bisseck, sénateur du Sud, Pierrete Hayatou Aïcha, sénateur du Nord, par ailleurs épouse de l’ancien premier ministre Sadou Hayatou. Il y a, dans le même ordre d’idées, une figure féminine de la zone anglophone, à l’instar de Regina Mudi Elisabeth, qui fait son entrée dans la chambre haute du parlement camerounais. Quelques têtes emblématiques du parti du flambeau ardent restent maintenues dans cette chambre importante du pouvoir législatif. Il s’agit de Marcel Niat Njifenji, sénateur de l’Ouest, bien parti pour être  reconduit à la présidence du Sénat si le président national du Rdpc n’y trouve aucune objection. Il y a aussi Chief Victor Fon Mukete, qui reste et demeure le doyen d’âge du Sénat à 100ans. Hormis des cadres du Rdpc qui viennent d’être nommés, il y a une figure du monde médiatique qui entre en scène dans le parlement. Albert Mbida ou, pour être plus précis, Mbida Mvodo Albert, enseignant des sciences de l’information et de la communication, ancien inspecteur général au ministère de la Communication  (Mincom). Maître des conférences des universités, Albert Mbida, n’est pas seulement un universitaire chevronné. Il est aussi un militant avéré et patenté du Rdpc et, par corollaire, un homme politique qui, enfin, est doté d’un strapontin dans la sphère de la haute chambre du parlement.

Le Président de la République a procédé, le jeudi 12 avril 2018, à la nomination des 30 sénateurs, soit 3 sénateurs titulaires par région et 3 suppléants. En dehors de quelques figures qui font leur entrée dans la chambre haute du parlement la quasi-totalité des sénateurs sortants sont reconduits.

Chief Mukete; Doyen d’âge du Senat.

La reconduction des sénateurs sortants des partis politiques alliés

Paul Biya a tenu, dans la même veine, à satisfaire une fourchette des cadres des formations politiques alliées au Rdpc. C’est le cas de Pierre Flambeau Ngayap, actuel secrétaire général de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès  (Undp), qui est, à nouveau, sénateur nommé du Littoral à côté de Siegfried David Etame Massoma et de Madiba Songue. Il y a aussi Dakolé Daissala, président national du Mouvement démocratique  pour la défense de la République  (Mdr). Qui est, une fois encore, sénateur nommé de l’Extrême- Nord. Marlyse Aboui, cadre de l’Alliance nationale pour la démocratie et le progrès  (Andp), a aussi été nommée dans cette nouvelle cuvée. Dans l’ancienne législature, cette militante invétérée du parti d’Amadou Moustapha était la jeune des 100 sénateurs qui, lors de la dernière session parlementaire de mars 2018, affirmait son satisfecit d’avoir passé 5 meilleures années au sénat.

Quatre formations politiques de l’opposition camerounaise représentées au parlement ne présentent pas de cadres ou, du moins, des militants faisant partie intégrante des 30 nommés de Paul Biya. Le Sdf (Social democratic front), l’Udc (Union démocratique du Cameroun), le Mrc (Mouvement pour la renaissance du Cameroun) et l’Upc (Union des populations du Cameroun) n’y ont aucun membre nommé. La parution de Jeune Afrique du 9 avril 2018, laquelle a inscrit à la une que Ni John Fru Ndi, chairman du Sdf, a proposé quelques noms pour être nommés sénateurs parmi lesquels  lui-même n’est qu’une information non-fondée. Cette mauvaise information avait, d’ailleurs, été démentie par Jean-Robert Wafo, ministre du shadow cabinet en charge de l’information et des médias. Il avait rendu public un communiqué à cet effet, qui est, de surcroît, intervenu sur les antennes de la Rts (Radio Tiemeni Siantou), le 10 avril 2018 dans les éditions de journaux parlés. En conséquence, la principale formation politique de l’opposition camerounaise n’aura pas droit à un groupe parlementaire comme c’était le cas à la dernière législature.

Serge Aimé BIKOI

Share.

About Author

Leave A Reply