Célébration : rideau sur le Festival Nautique Giselle Ndoumbe

0

Plusieurs articulations au programme samedi 31 mars dernier à Malimba, dans le cadre de la célébration de la 9ème édition da la Journée nautique de la femme Malimba désormais baptisée Festival nautique Giselle Ndoumbe, en l’honneur de cette dame disparue et fondatrice de cet événement. Elle a été célébrée sous le thème, «Femme Malimba, partenaire pour accélérer le développement durable».

Les lampions se sont éteints samedi 31 mars à Malimba. Le train de la 9ème édition du Fenagin, entendre Festival nautique de la femme Malimba, est désormais entré en gare. Beaucoup d’émotions et de tristesse dans les cœurs des femmes et des participants. C’est la première fois depuis neuf ans que cette cérémonie se célèbre sans sa marraine et fondatrice du concept, Mme Giselle Ndoumbe, «grande absente» aujourd’hui partie, pour reprendre les mots d’un des derniers poètes de la Négritude, Fernando d’Almeida, « vers l’ailleurs de l’ailleurs ». Et c’est à juste titre qu’on peut comprendre l’expression de l’égotisme de Imit Rebecca Nokmis, Présidente de la Harmonious Expression, une chorale de chant, essentiellement constituée de jeunes gens, qui a également vu le jour grâce à l’amour et au partage de celle qu’on ne verra plus jamais : « Cette année est particulière, car trop triste et tellement chargée d’émotions. Nous sommes partenaires de cet événement depuis neuf ans date de sa mise sur pied. Autrefois, nous avions l’habitude à la clôture de l’événement, de chanter et danser avec elle. Aujourd’hui, nous n’arrivons même pas à le faire. C’est tellement lourd et très dur pour nous. Nous ne réalisons pas que nous soyons ici sans elle et que nous tenions debout. Et cela est très visible aussi partout. Toute l’assemblée aussi est triste. Son absence est irréalisable» affirme-t-elle.

Plusieurs articulations au programme samedi 31 mars dernier à Malimba, dans le cadre de la célébration de la 9ème édition da la Journée nautique de la femme Malimba désormais baptisée Festival nautique Giselle Ndoumbe

A la course de la pirogue.

Alors qu’on s’attendait peut-être à aller vers une année sabbatique si ce n’est vers la fin de ce concept, Marcelin Ndoumbe, le mari et PCO, qui tient absolument à continuer le combat malgré toutes les incertitudes, a immédiatement mis sur pied une équipe d’organisation aux fins de réfléchir sur la faisabilité et la survie de cet événement. Car cette œuvre ne devait pas mourir à sa marraine également. Autrefois dénommé Festival nautique de la femme Malimba, ce concept a été rebaptisé Festival nautique Gisèle Ndoumbè, en mémoire et en hommage à sa fondatrice. Comme nous l’explique Marcelin Ndoumbe, «les Malimba ont décidé d’estampiller ce concept en lui greffant le nom de sa créatrice, pour perpétuer sa mémoire.» Et c’est avec raison qu’on peut accorder du crédit à ces propos, car cette 9ème édition a également tenu comme les précédentes, toutes les promesses. Hommage rendu également lors du discours d’ouverture « Mme Gisèle Ndoumbè en tant que fondatrice de ce grand rendez-vous culturel, mérite bien que nous lui rendions hommage »

Plusieurs grands moments  ont meublé ce énième rendez-vous des femmes. Du concours des Miss en passant par l’épreuve de natation, les sketchs, le défilé des rameuses, la parade nautique, la régate des sirènes. Celles-ci ont une fois encore, en présence d’une foule bigarrée de personnes cosmopolites venues des quatre coins du Cameroun et de la diaspora, exprimé leur savoir faire, et même leur savoir être. Que dire alors de Harmonious expression et des groupes de danses culturelles ? Malimba s’est transformé le temps de deux jours, à une véritable fête foraine où on pouvait manger la palourde hygiéniquement bien concoctée de différentes manières, et ou les disciples de Bacchus se délectaient à volonté, sans oublier de mentionner les amoureux des envolées lyriques qui ne manquaient pas l’occasion d’exprimer leur galanterie. C’était un moment de joie.  Pour la présidente de Malimba expression, Mme Matio Ewandje Jeanne-D’arc, c’est la satisfaction totale : «Ce jour consacre la fierté de toutes les femmes Malimba. La culture et la pérennisation des traditions que nous ont léguées nos ancêtres. Nous voulons passer un message à la nation camerounaise et à toutes les femmes sur les qualités et les valeurs de  la femme Malimba. Que la femme Malimba est un être à part entière et non entièrement à part. Vous avez vu tout à l’heure à travers la course des pirogues et la natation, la femme Malimba a pu montrer qu’elle peut s’élever à la dimension de l’homme et réaliser certains travaux. »

C’est donc avec joie et beaucoup de fierté que toutes se sont séparées samedi dernier dans l’espoir de se retrouver l’année prochaine pour l’édition anniversaire comme le rappelait Marcelin Ndoumbè dans son allocution de circonstance : « 10 ans se fêtent. C’est le temps d’un bilan. 10 ans c’est une vie. Préparons nous dès cet instant à célébrer notre 10ème anniversaire l’édition prochaine. »

Cheikh Radykhal EPANDA de retour de Malimba

Share.

About Author

Leave A Reply