Jeux Fenassco : des journalistes brutalisés à Ngaoundéré

0

Adolarc Lamissia, journaliste au quotidien Le Jour, un cameraman de la chaîne de télévision Dbs Tv et d’autres journalistes ont subi des formes de brimades de Olivier Endenguele. Ulcéré par cette exaction autoritariste du chef du protocole du gouverneur de la région de l’Adamaoua, le Syndicat national des journalistes du Cameroun, Snjc, condamne cette brimade exercée à nouveau sur des Hommes de médias.

e chef du protocole du gouverneur de l'Adamaoua a brutalisé un cameraman de la chaîne de télévision Dbs et s'en est pris à Adolarc Lamissia, reporter au quotidien Le Jour. O. Endenguele a, de surcroît, fait appel au chef

La délégation de la Minesec, Nalova Lyonga.

Les faits se sont produits dans la journée du 1er avril 2018. Alors que Nalova Lyonga Pauline Egbe, ministre des Enseignements secondaires  (Minesec), accompagnée de Boniface Bayaola, Secrétaire d’État auprès du Minesec, Kildadi Takiégué Boukar, gouverneur de l’Adamaoua, et d’autres personnalités étaient en visite des sites retenus pour la 20ème édition des jeux scolaires Fenassco  (Fédération nationale des sports scolaires) ligue A dans la ville de Ngaounderé 2018. Olivier Endenguele a interdit aux journalistes toute prise de vue. C’était, en effet, au cours de l’étape de la visite du site de restauration des athlètes au quartier Hauts plateaux. D’après le communiqué du Président du Snjc, «le chef du protocole du gouverneur de l’Adamaoua a brutalisé un cameraman de la chaîne de télévision Dbs et s’en est pris à Adolarc Lamissia, reporter au quotidien Le Jour. O. Endenguele a, de surcroît, fait appel au chef d’antenne de la surveillance du territoire de l’Adamaoua. Ce dernier, poursuit Denis Nkwebo, a menacé de son arme de service le journaliste du quotidien de Haman Mana et d’autres confrères présents

Le Snjc condamne les actes barbares de ces individus. Cette corporation syndicale tiendra, d’ailleurs, pour responsable le chef de la  sécurité du territoire de l’Adamaoua de tout ce qui arriverait de mal aux journalistes exerçant dans cette région. Dénis Nkwebo n’hésite pas, par la même occasion, à prodiguer des conseils aux autorités répressive et administrative. Au Délégué général à la sûreté nationale, le leader syndical propose de sanctionner le chef de la sécurité du territoire de l’Adamaoua. Alors qu’il suggère au gouverneur d’écarter de sa suite tous les responsables ripoux qui se comportent en bourreaux dans une région qui a besoin de cohésion sociale et de paix.

Serge Aimé BIKOI

Share.

About Author

Leave A Reply