Terrorisme : Atanga Nji interdit les mototaxis dans les régions anglophones

0

La décision du ministre de l’Administration territoriale intervient après l’attaque d’un établissement dans la Momo, par des milices terroristes à bord de mototaxis.

La décision du ministre de l’Administration territoriale intervient après l’attaque d’un établissement dans la Momo, par des milices terroristes à bord de mototaxis.

Des mototaximen à Douala.

Pendant une dizaine de jours, à compter du 8 mars, les mototaxis seront non grata dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Une recommandation du ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, aux gouverneurs desdites régions. Ces autorités n’ont pas tardé à prendre les arrêtés interdisant les motocyclettes. Au Nord-ouest, les départements de la Momo et de Ngoketunjia sont concernés par la mesure.  Pour le Sud-ouest, les activités des mototaxis sont suspendues dans les départements du Ndian, du Fako et de la Mémé. «Cette mesure d’interdiction de l’activité des mototaxis dans ces localités, pour une durée de sept ou de dix jours, selon les cas, sera éventuellement renouvelée et pourra s’étendre à d’autres arrondissements en fonction de l’appréciation de la situation faite sur le terrain», écrit Paul Atanga Nji, dans un communiqué signé le 8 mars.

Le Minat, par ailleurs Secrétaire permanent du Conseil national de la sécurité (Cns) explique sa décision à la communauté nationale et internationale : «Dans la journée du mercredi 7 mars 2018 aux environs de 13h, des milices terroristes, à bord de motocyclettes, ont attaqué les forces de défense assurant la garde de la Presbyterian Comprehensive High School de Batibo, dans le département de la Momo, région du Nord-ouest.» L’objectif de l’attaque selon le ministre était «l’enlèvement des élèves de cet établissement scolaire.» Pendant la riposte face aux assaillants munis «d’armes de guerre», un soldat camerounais a perdu la vie. Trois élèves ont été blessés. Après observation, «il apparaît de plus en plus que le mode opératoire des sécessionnistes consiste à lancer des assauts successifs à l’aide de dizaines de motocyclettes ayant chacune à son bord un conducteur et un malfrat armé.» Ce mode opératoire, souligne le ministre, a déjà permis aux terroristes d’assassiner vingt sept éléments des forces de sécurité, d’incendier les édifices publics.  «Cette activité noble –mototaxis– et exercée par plusieurs compatriotes de bonne foi, est malheureusement aujourd’hui envahie par des sécessionnistes, des bandits de grand chemin et des repris de justice qui œuvrent pour le compte des forces obscures

La décision du ministre de l’Administration territoriale intervient après l’attaque d’un établissement dans la Momo, par des milices terroristes à bord de mototaxis.

Paul Atanga Nji.

Dix huit cas de viol

A côté de l’attaque du 7 mars courant, le Minat se livre à une recension de quelques exactions similaires. Il se souvient de : l’enlèvement, le 11 février 2018, du Sous-préfet de l’arrondissement de Batibo ; de l’enlèvement dans le même arrondissement, le 24 février 2018 du délégué régional des Affaires sociales du Nord-ouest ; de l’agression, à la sortie d’une réunion, de neuf femmes qui ont été dépouillées de leurs biens, et l’une d’elle poignardée ; de l’agression de sept élèves sur le chemin de l’école, lesquels ont été grièvement blessés ; l’assassinat de quatre soldats dans l’arrondissement de Eyumodjock dans le Sud-ouest ; l’assassinat de l’inspecteur de police principal Menye Minkoulou Martin, du sergent de l’armée Endamane et du chef traditionnel Ekabe Nyongo. «Toujours dans le département de la Momo, en plus d’une cache d’armes et d’engins explosifs récemment découverte, l’on a recensé dix-huit cas de viol de jeunes filles âgées de 13 à 18 ans, dont certaines sont enceintes aujourd’hui

Les mototaxis sont entrées au Cameroun dans les années 90, suite aux villes mortes. Alors que les taxis étaient interdits de circuler, les populations avaient vu en ces engins, une parade pour se mouvoir. Ils constituent un important moyen de déplacement dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

Valgadine TONGA

Share.

About Author

Leave A Reply